Le meilleur, c'est Mejia ?

  • A
  • A
Le meilleur, c'est Mejia ?
Partagez sur :

Deuxième meilleur marqueur du championnat, Samuel Mejia est le favori pour le titre de MVP étranger de Pro A cette saison. L'ailier dominicain, qui tourne à 18 points, 4,7 rebonds et 4 passes de moyenne par match pour sa seconde année à Cholet, a une importance capitale dans le bon parcours du CB. Un leader qui reçoit Chalon-sur-Saône, vendredi soir, en ouverture de la 26e journée.

Deuxième meilleur marqueur du championnat, Samuel Mejia est le favori pour le titre de MVP étranger de Pro A cette saison. L'ailier dominicain, qui tourne à 18 points, 4,7 rebonds et 4 passes de moyenne par match pour sa seconde année à Cholet, a une importance capitale dans le bon parcours du CB. Un leader qui reçoit Chalon-sur-Saône, vendredi soir, en ouverture de la 26e journée. "Pour moi, c'est le numéro un en France." Ricardo Greer n'en doute pas: Samuel Mejia est celui qui doit lui succéder sur le trône de MVP étranger du championnat cette saison. Et le Strasbourgeois n'est pas le seul à le penser. Pour sa deuxième saison à Cholet, l'ailier dominicain fait l'unanimité. Plus que ses stats, qui parlent évidemment en sa faveur (18 points, 4,7 rebonds et 4 passes de moyenne par match pour 18,6 d'évaluation en 32,6 minutes), c'est sa technique qui impressionne. Car ce natif de New York n'est pas un monstre physique (1,98 m). La différence, il la fait donc autrement. Avec son talent. "Ce qui m'impressionne le plus, c'est sa technique individuelle et notamment sa capacité à se créer son tir lui-même, expliquait en janvier dernier dans l'hebdomadaire BasketNews son coéquipier français Fabien Causeur. Les dribbles, les feintes du regard, il est vraiment très fort en un-contre-un. Je pense que c'est un des meilleurs attaquants du championnat." Greer: "Il sait tout faire" Il faut dire qu'en l'absence du jeune arrière international tricolore, sur le flanc depuis plusieurs mois en raison d'une aponévrosite de la voûte plantaire, Sammy Mejia a dû prendre davantage de responsabilités en attaque. Une raison qui explique l'augmentation de ses chiffres par rapport à sa première année à Cholet (13,8 points, 3,3 rebonds et 2,8 passes pour 12,7 d'évaluation en 30 minutes), ponctuée par un titre de champion de France. Mais pas seulement. "Il sait tout faire, nous a confié son compatriote Ricardo Greer. Même si des joueurs comme Tremmell Darden, Damir Krupalija ou Davon Jefferson font de grandes saisons et mériteraient aussi de remporter le trophée, Sammy a brillé en Euroligue et a même failli emmener Cholet au Top 16 !" Que ce soit de loin ou près du cercle, celui qui fut drafté au deuxième tour par les Detroit Pistons en 2007 est capable de faire la différence et de porter son équipe dans les moments difficiles. Mieux, il sait aussi faire jouer ses partenaires, une qualité assez rare pour être soulignée chez un scoreur aussi régulier. Si le CB est leader avec trois longueurs d'avance sur ses poursuivants directs avant d'affronter Chalon-sur-Saône, vendredi soir lors de la 26e journée, et s'il peut légitimement envisager de terminer la saison régulière en tête, le club des Mauges le doit en grande partie à Samuel Mejia. Face à l'Elan, il croisera la route d'un autre candidat au titre de MVP, Blake Schilb. Peut-être une bonne occasion pour les observateurs de voir si l'écart entre les deux joueurs, en concurrence également avec l'ailier de Nancy Tremmell Darden, est important ou non.