Le match des requinqués

  • A
  • A
Le match des requinqués
Partagez sur :

L'OM doit se déplacer sans complexe mardi sur la pelouse d'Arsenal, à l'occasion de la 4e journée du groupe F de Ligue des champions. Si les deux équipes sont enfin sur la pente ascendante, les Gunners ont des repères récents plus solides que les Marseillais. Mais malgré leur statut de favoris de ce match, ils conservent de vraies faiblesses défensives. Charge aux Olympiens de prendre le scénario par le bon bout.

L'OM doit se déplacer sans complexe mardi sur la pelouse d'Arsenal, à l'occasion de la 4e journée du groupe F de Ligue des champions. Si les deux équipes sont enfin sur la pente ascendante, les Gunners ont des repères récents plus solides que les Marseillais. Mais malgré leur statut de favoris de ce match, ils conservent de vraies faiblesses défensives. Charge aux Olympiens de prendre le scénario par le bon bout. C'est l'histoire de deux équipes à la relance, mais qui ne savent quand même pas très bien où elles en sont. Arsenal le sait un peu mieux quand même, puisqu'une victoire mardi à l'Emirates Stadium qualifierait déjà les Gunners - de façon presque miraculeuse au vu de leur début de saison - pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Quant à l'OM, il reste certes sur trois victoires consécutives toutes compétitions confondues, mais le pedigree des adversaires rencontrés incite à la plus haute prudence: Ajaccio (2-0) puis Lens (4-0) au Vélodrome, et Dijon (3-2) en déplacement. En se bornant aux séries en cours, les hommes d'Arsène Wenger vont encore mieux, puisqu'ils viennent d'enchaîner cinq succès. Et contrairement à l'OM, il y a deux matches qui parlent vraiment dans cette jolie suite: la rencontre folle sur la pelouse de Chelsea samedi dernier (5-3), et bien sûr le match aller remporté au Vélodrome deux semaines auparavant (1-0). Le revers a marqué les Marseillais, mais ce ne sera pas forcément un mal. "Chacun a eu sa période et on aurait dû se quitter logiquement sur un 0-0, rappelait lundi Didier Deschamps. Ce n'était pas normal de laisser un joueur seul dans la surface à la 92e minute. On ne peut pas revenir en arrière, mais cette défaite est encore dans la tête. Ce seront quasiment les mêmes équipes, mais dans un autre stade." Wenger: "L'OM est plus adapté pour jouer à l'extérieur" L'homme qui affolait déjà la Canebière à ce moment-là sera toujours le même, à savoir Robin van Persie. Le Néerlandais a inscrit la bagatelle de sept buts lors des trois derniers matches de Premier League, dont un triplé à Stamford Bridge. Tout simplement astronomique... "Le bloquer complètement serait l'idéal, poursuit Deschamps à son sujet. On va essayer de limiter son influence. S'il touche moins de ballons, il aura donc moins d'occasions." A priori simple comme bonjour, et l'OM ne s'y était pas trop mal pris à l'aller, même si Mandanda avait dû s'employer face au n°10 des Gunners. Mais même si "DD" assure qu'un "nul serait bien", l'OM courrait à sa perte en s'arc-boutant sur ses bases arrière. Il faudra essayer de profiter des contres, des espaces parfois béants que laisse la défense d'Arsenal. Car si les Londoniens ont marqué cinq buts à Chelsea, ils en ont aussi pris trois, avec un Per Mertesacker toujours aussi lent et craintif. Deschamps n'a d'ailleurs pas menti à ce propos, en affirmant: "On sait qu'ils peuvent concéder des occasions." Arsène Wenger, lui, voit son équipe "invincible en ce moment", d'après ses propos relayés par le site de l'UEFA. Mais il pense aussi que "l'OM est plus adapté pour jouer à l'extérieur que chez lui". Prudent, il se souvient certainement qu'Arsenal n'a jamais gagné chez lui en C1 contre un club français (voir encart). Alors...