Le Mans seul en haut

  • A
  • A
Le Mans seul en haut
Partagez sur :

Le Mans a profité de son match décalé de la 17e journée, ce lundi soir contre Troyes au Stade Léon-Bollée (1-0), pour s'emparer seul du commandement de la Ligue 2 pour la première fois de la saison. Avec 32 points au compteur, les Manceaux comptent trois longueurs d'avance sur Tours et quatre sur le trio Sedan/Evian-Thonon/Le Havre. Les Troyens, eux, stagnent à la onzième place.

Le Mans a profité de son match décalé de la 17e journée, ce lundi soir contre Troyes au Stade Léon-Bollée (1-0), pour s'emparer seul du commandement de la Ligue 2 pour la première fois de la saison. Avec 32 points au compteur, les Manceaux comptent trois longueurs d'avance sur Tours et quatre sur le trio Sedan/Evian-Thonon/Le Havre. Les Troyens, eux, stagnent à la onzième place. Le malheur des uns fait le bonheur des autres... Défait (3-2) vendredi dernier à Dijon pour la deuxième fois en l'espace de quatre jours, Tours avait offert au Mans la possibilité de prendre seul la tête du championnat de France de Ligue 2. Aussitôt dit, aussitôt fait, les Manceaux ont sauté sur l'occasion, ce lundi soir au Stade Léon-Bollée, lors de la 17e journée, en faisant tomber Troyes (1-0), qui n'a plus gagné la moindre rencontre depuis le 1er octobre, exception faite d'un septième tour de Coupe de France remporté (12-0) à Château-Thierry, petit club de Promotion honneur régionale (PHR), il y a deux semaines. Thorstein Helstad a très vite réchauffé une atmosphère glaciale, inscrivant son neuvième but de la saison et confortant ainsi sa deuxième place au classement des buteurs, à égalité avec le Dijonnais Sebastian Ribas mais derrière le Tourangeau Abraham Guie Gneki (10 réalisations). Incertain jusqu'à la dernière minute, conséquence d'un violent choc subi contre l'un des poteaux du stade de la Vallée du Cher une semaine plus tôt, le Norvégien, bien servi par un Frédéric Thomas qui fêtait aujourd'hui son 250e match de Championnat avec les Sang et Or, a tiré profit des largesses de la défense troyenne pour ajuster une frappe en pleine lucarne (1-0, 16e). Meilleure équipe à l'extérieur avec un bilan de six victoires, deux nuls et une défaite, la formation entraînée par Arnaud Cormier s'est contentée de peu, tremblant même sur deux tentatives signées Grégory Bettiol (62e, 75e), mais elle a néanmoins réussi à vaincre la malédiction qui pèse sur la future ex-enceinte mancelle, dans laquelle les Sarthois n'ont été maîtres qu'à trois reprises cette année, celle qui cèdera sa place au tant attendu MMArena le samedi 29 janvier prochain. Résultat, les coéquipiers de Didier Ovono s'échappent en tête du classement puisqu'ils comptent dorénavant trois points d'avance sur Tours et quatre sur Sedan, Evian-Thonon et Le Havre. De son côté, l'ESTAC se traîne à la onzième place. Le bonheur des uns fait aussi le malheur des autres...