Le Mans rompt avec Cormier

  • A
  • A
Le Mans rompt avec Cormier
Partagez sur :

17e de Ligue 2 à la trêve avec 16 points pris en 18 matches joués, Le Mans ne reprendra pas en janvier avec Arnaud Cormier à sa tête. Le président du club, Henri Legarda, a annoncé ce jeudi le limogeage de son entraîneur qui était à la tête de l'équipe première depuis janvier 2009. L'urgence a prévalu sur les 15 années passées au club par Cormier. Le nom du nouvel entraîneur devrait être annoncé dans les prochains jours.

17e de Ligue 2 à la trêve avec 16 points pris en 18 matches joués, Le Mans ne poursuivra pas la saison avec Arnaud Cormier à sa tête. Le président du club, Henri Legarda, a annoncé ce jeudi le limogeage de son entraîneur qui était à la tête de l'équipe première depuis janvier 2009. L'urgence a prévalu sur les 15 années passées au club par Cormier. Le nom du nouvel entraîneur devrait être annoncé dans les prochains jours. Les discussions prévues mercredi et ce jeudi entre les deux hommes ont donc accouché d'une séparation. Le Mans FC a publié dans l'après-midi un communiqué par la voix de son président, entérinant le départ d'Arnaud Cormier, l'entraîneur du club sarthois: "Cette décision a été difficile à prendre mais s'est imposée à moi au vu du bilan de l'équipe professionnelle en terme quantitatif après 5 mois de compétition", y explique le président Henri Legarda. "Le constat est simple : avec 16 points en 18 matchs nous ne sommes pas du tout dans le rythme d'un maintien". Le rebond de novembre n'a pas suffi et les derniers matches ont sans doute pesé dans le choix de l'homme fort du club sarthois. Menant 2-0 face à Angers vendredi dernier, Le Mans FC avait concédé le nul 2-2, craquant une nouvelle fois après la pause avant de s'incliner 2-1 à Laval mardi lors de la 18e journée de Ligue 2. A la trêve, le club occupe la 17e place du championnat à cinq points de la 16e position et avec une petite longueur d'avance sur Amiens et Arles-Avignon, premiers pensionnaires de la zone rouge. "L'urgence de la situation nous impose donc de nous mettre en ordre de bataille pour une opération commando sur la deuxième partie de saison. Il en va de l'intérêt supérieur du MANS FC au-delà même des cas individuels", appelle Henri Legarda qui, selon Ouest-France, aurait fait savoir par téléphone à Arnaud Cormier son départ immédiat, ce dernier étant en vacances au Portugal. Cette rupture tire donc un trait sur une longue collaboration, "un engagement sans faille pour le club depuis près de 15 ans" selon les mots du président manceau. L'ancien adjoint d'Hantz, Garcia et Duarte Ancien entraîneur des équipes de jeunes, avec qui il a remporté la Coupe Gambardella en 2004 le seul trophée de l'histoire du club, Cormier avait intégré l'équipe première en tant qu'adjoint de Frédéric Hantz puis Rudi Garcia. Sa collaboration avec l'actuel entraîneur lillois avait été voulue par Legarda comme le reconnaissait ces derniers jours sur le site du Losc Frédéric Bompard, le fidèle adjoint de Garcia qui n'avait alors pu le suivre au Mans. "A l'époque, on lui avait proposé de travailler avec un adjoint, (Arnaud Cormier), ce qui me promettait un autre rôle si je l'avais suivi". Fort d'une saison convaincante, Garcia avait fait le forcing à l'été 2008 auprès de son président pour négocier l'arrivée de Bompard à la place de Cormier... "J'ai dans un premier temps commencé à travailler sur la saison du Mans. Sauf que dix jours après, nous prenions la direction de Lille", ajoutait Bompard. A nouveau à la recherche d'un entraîneur, le club manceau avait alors intronisé le duo maison Bertucci-Cormier, remplacé par le Portugais Paulo Duarte à l'été 2009, lui-même étant suppléé par Cormier en janvier 2010 sans pouvoir sauver le club de la relégation en Ligue 2. Ayant manqué le train de la montée l'été dernier (4e avec le même nombre de points que Dijon, 3e), Le Mans avait dû s'appuyer sur ses jeunes pour reconstruire un projet. Cormier y croyait mais avait attendu des recrues qui ne viendraient jamais comme le Clermontois Rivière, aujourd'hui meilleur buteur de Ligue 2. Cinq mois plus tard, son aventure s'arrête à la 17e place sans que le nom de son successeur ne soit connu. Henri Legarda a confié que ce serait le cas "dans les jours à venir" alors que les départs du directeur général adjoint, du directeur de la communication et du directeur juridique ont également été annoncés la semaine dernière. Un an après l'inauguration de son enceinte flambant neuve, le MMArena, qui accueillera les Bleus en juin avant l'Euro, Le Mans ouvre donc un nouveau chantier. Celui devant le mener à sauver sa place dans l'antichambre de l'élite...