Le Mans doit se réveiller

  • A
  • A
Le Mans doit se réveiller
Partagez sur :

Avec sept matches sans victoires, trois de suite sans le moindre but marqué, Le Mans FC n'avance plus alors que le sprint final de la Ligue 2 approche. Descendue d'un podium qu'elle n'avait plus quitté depuis la 12e journée, l'équipe sarthoise doit battre Le Havre ce lundi soir en match décalé de la 31e journée. Sous peine de voir s'envoler une Ligue 1 pourtant promise à un effectif solide.

Avec sept matches sans victoires, trois de suite sans le moindre but marqué, Le Mans FC n'avance plus alors que le sprint final de la Ligue 2 approche. Descendue d'un podium qu'elle n'avait plus quitté depuis la 12e journée, l'équipe sarthoise doit battre Le Havre ce lundi soir en match décalé de la 31e journée. Sous peine de voir s'envoler une Ligue 1 pourtant promise à un effectif solide. A force d'avancer au petit trot, cela devait bien arriver. Après plusieurs semaines de déconvenues sans grandes conséquences au classement, Le Mans FC est descendu de son piédestal, un podium où il s'était tranquillement installé depuis de la 12e journée. Assoupie, l'équipe d'Arnaud Cormier n'a plus gagné depuis le 12 février dernier et un succès face à Grenoble (1-0). Pire, elle n'a pas inscrit le moindre but durant ces trois dernières journées. Sans marquer, point de victoires même si le club a au moins sauvé les meubles en prenant trois points au bout de trois nuls frustrants (0-0 face à Clermont, Angers et Istres) grâce à une défense à la hauteur, bien dirigée par les expérimentés Didier Ovono et Grégory Cerdan épaulant le prometteur Sébastien Corchia. Arnaud Cormier avance pour cela une explication : "Même à l'extérieur, on est confronté à des adversaires regroupés derrière, ce qui nous oblige à jouer en attaques placées", explique au Maine Libre l'ancien adjoint de Frédéric Hantz, Rudi Garcia, Yves Bertucci et Paulo Duarte. "Et ça, c'est nouveau. On avait déjà vu ça à Clermont. Nous ne sommes pas efficaces sur ce genre de situations. On est bien plus à l'aise sur attaques rapides. On a besoin d'espaces. Il n'empêche qu'on doit être capable d'aller beaucoup plus vite vers l'avant". Un besoin aussi lié à la nécessité de sortir de la "Helstad dépendance". Le buteur norvégien, aussi efficace que discret durant une rencontre, a inscrit 16 des 33 buts du club. Le public du MMArena s'impatiente L'arrivée de Mickaël Poté en prêt, censé donner de nouvelles solutions offensives, n'a pas encore totalement donné satisfaction. L'attaquant prêté par Nice donne beaucoup, se montre mobile et méritant mais marque trop peu. Et quand le duo tousse, c'est tout Le Mans qui s'enrhume, Lamah et Ouali sur les ailes peinant à confirmer le potentiel qu'on leur prête. Favori de ces matches, le club d'Henri Legarda se heurte à de gros blocs après six saisons passées dans la peau de l'outsider puis du petit de Ligue 1 jouant pour sa survie dans l'élite. Le choc est forcément rude, le bouleversement tactique aussi. Après être passé en 4-3-3 pour tenter de se créer d'avantage d'occasions, Arnaud Cormier est revenu à son 4-4-2 employé depuis le début de saison. Avec l'espoir de retrouver le chemin des buts, qui plus est devant l'exigeant public du MMArena. Les supporters ont fait savoir leurs attentes face à Angers par un imposant tifo en anecdote aux punitions de Bart Simpson : "Je ne dois pas redoubler ma Ligue 2". Le message est clair. Invaincu dans sa nouvelle enceinte, le Mans doit battre Le Havre pour retrouver une place sur le podium. Dans une Ligue 2 serrée, sans réel leader, les Manceaux ont pu s'assoupir sans se voir distancé. L'inquiétude n'est pas encore de mise à la Pincenardière, le centre d'entraînement, mais à force de voir filer les points, pourrait venir le temps des regrets... La réception du Havre, sixième à un point, ressemble fort à un tournant au coeur d'une saison pauvre en grandes émotions.