Le Mans de la révolte ?

  • A
  • A
Le Mans de la révolte ?
Partagez sur :

Attendu comme l'un des plus sérieux candidats au titre, Le Mans déçoit en ce début de saison. Au point qu'à l'aube de la 6e journée de Pro A, J.D. Jackson ne cache plus son inquiétude. Samedi soir à Antarès, où ses joueurs n'ont toujours pas gagné, le coach du MSB attend une "révolte" contre Cholet, dans un remake de la dernière finale.

Attendu comme l'un des plus sérieux candidats au titre, Le Mans déçoit en ce début de saison. Au point qu'à l'aube de la 6e journée de Pro A, J.D. Jackson ne cache plus son inquiétude. Samedi soir à Antarès, où ses joueurs n'ont toujours pas gagné, le coach du MSB attend une "révolte" contre Cholet, dans un remake de la dernière finale. Face au Paris-Levallois, le MSB a perdu plus qu'un match la semaine passée. Il a aussi égaré l'une des dernières certitudes qui lui restait: sa capacité à s'imposer à l'extérieur. Avant cette rencontre, Le Mans déroulait en déplacement et galérait à Antarès. "On n'a jamais trouvé le bon rythme (à domicile), reconnaissait d'ailleurs dans Ouest-France le meneur de poche Marc-Antoine Pellin, arrivé cet été en provenance de Roanne. On joue trop serré, pas assez dans les espaces. Et on a des pourcentages aux tirs vraiment pas bons." C'est pourtant dans leur salle que les joueurs de J.D. Jackson vont devoir se reprendre, samedi soir, lors de la 6e journée de Pro A. Car un nouveau faux pas, cette fois devant Cholet, ferait vraiment tâche pour une équipe que beaucoup d'observateurs voyaient en début de saison comme un - si ce n'est "le" - candidat au titre. J.D. Jackson en a pleinement conscience. "Si on reste dans le doute, et qu'on se pose des questions sans cesse, ça va perturber, note-t-il sur BasketNews.net. J'attends une révolte, c'est nécessaire et les joueurs le savent." Battu par Le Havre (55-58) et Chalon-sur-Saône (65-71) à Antarès, le club sarthois possède sur le papier l'une des raquettes les plus denses du championnat avec Alain Koffi, Joao Paulo Batista ou Ryvon Covile, ce qui ne s'est pas vu contre le PL, dominateur au rebond offensif. Les Manceaux ont également des extérieurs de qualité avec Alex Acker ou Ben Dewar, le tout dirigé de mains de maître par Antoine Diot à la mène. Une équipe séduisante qui, (un peu) à l'image de Villeurbanne, n'a pas encore convaincu. S'ils répètent face à la défense resserrée du CB les mêmes erreurs qu'il y a une semaine, les joueurs de J.D. Jackson risquent de déchanter dans ce remake de la dernière finale de Pro A qu'ils avaient perdue en juin à Bercy. Jackson: "C'est mental plus qu'autre chose""C'est quand même le champion et on avait eu beaucoup de mal contre eux l'année dernière, rappelle le coach du MSB. C'est une équipe d'Euroligue qui joue très bien en ce moment. Mais on doit se montrer capable de gagner ce match, et une première victoire face à Cholet à domicile nous ferait beaucoup de bien, et nous permettrait de nous relancer au classement. Parce que si on continue à perdre comme ça, on va avoir beaucoup de chemin à rattraper. On est dans une situation qu'on n'attendait pas au début du championnat, mais c'est comme ça. [...] On joue comme des gars sans expérience, on rate des lay-ups tous cuits, des rebonds nous glissent des mains, on force des choses. Ça n'a pas lieu d'être si on joue avec nos qualités. C'est mental plus qu'autre chose, donc il faut changer cette mentalité." Un succès permettrait au Mans, toujours privé de Charles Lombahé-Kahudi touché au dos, d'équilibrer son bilan, et de limiter les dégâts d'un début de saison poussif dans un championnat très dense. "Le plus frustrant pour nous sont les défaites à domicile qui nous mettent dans cette situation, et qui nous obligent à courir derrière les autres, déplore J.D. Jackson. On va débuter la Coupe d'Europe et ça va être difficile. [...] On a des joueurs qui ont été très forts depuis des années dans ce championnat. Et ce n'est pas parce qu'on perd contre une équipe qui met des tirs difficiles (le Paris-Levallois) qu'il faut tout remettre en question." Reste qu'un troisième blocage à Antarès contre un CB vainqueur de son deuxième match d'Euroligue jeudi face au Cibona Zagreb, quelques jours avant les débuts en Eurocoupe, ne serait pas de bon augure.