Le maître et l'élève

  • A
  • A
Le maître et l'élève
Partagez sur :

Avant de renouer avec le multicoque océanique (MOD70), Michel Desjoyeaux s'offre un dernier défi en Imoca puisque le plus titré des solitaires prendra le départ de la Barcelona World Race le 31 décembre prochain. Pour l'occasion, le "Professeur" s'est attaché les services de l'étoile montante de la voile française, François Gabart, lequel participera dans deux ans à son premier Vendée Globe.

Avant de renouer avec le multicoque océanique (MOD70), Michel Desjoyeaux s'offre un dernier défi en Imoca puisque le plus titré des solitaires prendra le départ de la Barcelona World Race le 31 décembre prochain. Pour l'occasion, le "Professeur" s'est attaché les services de l'étoile montante de la voile française, François Gabart, lequel participera dans deux ans à son premier Vendée Globe. "C'est un truc à se foutre sur la gueule..." Michel Desjoyeaux aurait-il décidé de se crêper le chignon et de distribuer les châtaignes à l'heure du réveillon quand le commun des mortels attaquera la dinde aux marrons en famille ou entre amis le 31 décembre prochain ? Non, le skipper de Foncia, qui ne voulait pas entendre parler il y a trois ans de la première édition Barcelona World Race, plus par peur en définitive de casser le bateau que la margoulette de son co-skipper pour être tout à fait honnête, a simplement trouvé le second idéal pour prendre le départ de ce tour du monde en double, une aventure sportive... et humaine de trois mois. Ne le cachons pas, les prétendants à la cohabitation étaient nombreux depuis que le maître du solo a annoncé en début d'année son intention de boucler la boucle en Imoca (du moins pour l'instant) par la Barcelona World Race. A commencer par tous ceux toujours à la recherche d'un bateau et d'un budget pour le prochain Vendée Globe, à l'instar de Jérémie Beyou, son co-skipper sur la Transat Jacques-Vabre 2009. Desjoyeaux a finalement jeté son dévolu en mai sur le jeune François Gabart, 28 ans, qui n'était alors pas encore le champion de France de course au large en solitaire 2010 après sa deuxième place sur la Solitaire du Figaro (derrière Armel Le Cléac'h) et sa victoire sur la Cap Istanbul. Adoubé un 1er février 2009... "J'ai annoncé à François, en mai dernier, que je voulais embarquer avec moi le vainqueur du championnat de France de course au large, en rigolait encore Desjoyeaux début décembre lors du Salon nautique. Je ne me suis pas trompé. François, cette année, n'a fait que confirmer ce qu'on savait déjà de lui. Maintenant, il va falloir passer trois mois ensemble..." Pas la pire des épreuves tant le gamin, qui a déjà participé à la Transat Jacques-Vabre 2009 avec Kito de Pavant (Groupe Bel), semble fait du même moule que son partenaire au centre d'entraînement de Port-la-Forêt, au point de manier la pirouette aussi bien que son aîné. "J'ai appelé le CNED en début d'année pour suivre en accéléré une formation de course au large en solo. Ils m'ont orienté sur Michel, et la Barcelona. J'aurai des devoirs à leur renvoyer par mail...", s'amusait-il en réponse à cette promotion express. "Je pense que j'ai aussi - en tout cas, c'est ce qu'il dit - un état d'esprit qui l'intéresse, parce que je me pose beaucoup de questions, j'aime bien apprendre, je suis curieux, je remets assez facilement en cause certaines choses, nous confiait-il plus sérieusement l'été dernier. Je pense que Mich est content de naviguer avec quelqu'un capable de le remettre en question en permanence. Il n'a certes plus grand-chose à apprendre, mais il veut toujours progresser. Donc l'idée, c'est d'avoir un échange constructif." Un échange qui ira plus loin que ce simple tour du monde puisque Gabart intègre l'écurie de Desjoyeaux, Mer Agitée, avec pour projet la construction de son propre 60 pieds, au couleur de la Macif, pour participer au prochain Vendée Globe. "Si j'étais seul, ça mettrait des jours pour comprendre tous les tenants et les aboutissants de la construction d'un bateau. Je sais qu'avec Michel et les personnes qui l'entourent, ça va beaucoup plus vite", reconnaît celui qui a été adoubé par le "Professeur" depuis le 1er février 2009, jour où Desjoyeaux remontait en vainqueur le chenal des Sables-d'Olonne... Près de deux ans plus tard, les deux hommes feront cause commune, comme un passage de témoin. Un équipage équilibré qui figurera parmi les favoris avec les duos Dick-Peyron (Virbac-Paprec 3) et De Pavant-Audigane (Groupe Bel). "En combinant pour moi une expérience en Imoca l'an dernier sur Groupe Bel plus beaucoup de milles cette année en Figaro, pour lui beaucoup de temps à réfléchir au bateau qu'il connaîtra par coeur, il pense qu'on arrivera à faire quelque chose de bien", souffle Gabart. Et ils sont nombreux à penser comme le "Professeur".