Le Magic n'opère plus

  • A
  • A
Le Magic n'opère plus
Partagez sur :

Déjà défait il y a deux jours par Utah, le Magic a mordu la poussière pour la deuxième fois de rang, vendredi, sur son parquet, face à l'un des cancres de la NBA, Toronto (110-106). Alors que la franchise canadienne met fin à une série de six défaites de rang, les doutes commencent à envahir les têtes floridiennes. Seule satisfaction de la nuit, la réussite de Mickaël Pietrus à trois points, avec 24 points à 8/11 derrière l'arc.

Déjà défait il y a deux jours par Utah, le Magic a mordu la poussière pour la deuxième fois de rang, vendredi, sur son parquet, face à l'un des cancres de la NBA, Toronto (110-106). Alors que la franchise canadienne met fin à une série de six défaites de rang, les doutes commencent à envahir les têtes floridiennes. Seule satisfaction de la nuit, la réussite de Mickaël Pietrus à trois points, avec 24 points à 8/11 derrière l'arc. Le match de la nuit: Orlando-Toronto (106-110) Sonny Weems vous connaissez ? Voilà pourtant un nom qui a sûrement occupé l'esprit des joueurs d'Orlando, la nuit dernière, après que ce dernier, modeste joueur de Toronto, eut permis à son équipe d'infliger une deuxième défaite de rang à domicile au Magic d'Orlando (110-106). Alors que le match était à 103-103, c'est en effet cet ancien deuxième tour de draft 2008 qui s'est fendu d'une flèche derrière l'arc, le tout au nez et à la barbe du meilleur défenseur de la Ligue l'an passé, Dwight Howard. Il reste alors sept secondes de jeu. "Je n'avais jamais réussi un shoot pour la victoire auparavant. Celui-là était le bon. Je l'ai vu entrer dans le panier et nous pouvons rentrer à la maison avec la victoire", s'est réjoui celui qui, pour seul fait d'arme jusque-là, a assisté par deux fois un concurrent au concours de dunk du All Star Game (J.R. Smith en 2009 et DeMar DeRozan en 2010) et qui fêtait sa première titularisation de la saison, en l'absence de Linas Kleiza, blessé. Et si Toronto a pu rentrer à la maison avec le sourire, en mettant fin à une série de six défaites de rang, les mines étaient forcément plus tendues dans le camp d'en face. "Les trois choses les plus importantes au basket sont la défense, le rebond et prendre soin de la balle. Ce soir, nous avons été dominés au rebond, nous n'avons pas défendu et nous avons fait n'importe quoi avec le ballon. A partir de là...", soufflait Stan Van Gundy après la rencontre. C'est déjà la quatrième fois en huit matches, que les Floridiens peinent à s'imposer dans la raquette. Et si Howard a bien marqué 25 points, ses 8 rebonds en 44 minutes ne pèsent pas bien lourds dans la balance. Pour ce qui est de la défense, les coéquipiers de "D12", qui lui en a profité pour accumuler une troisième faute technique en autant de matches, ont une nouvelle fois laissé leurs adversaires shooter à 50% ou plus. Décevants à l'aile, Quentin Richardson et Rashard Lewis commencent à cristalliser les rancoeurs, à l'heure où le nom de Josh Smith se retrouve sur les lèvres de certains supporters. Et si JJ Redick court après son shoot -il en est à 0/11 à trois points sur les quatre derniers matches- Mickaël Pietrus a eu enfin le loisir de s'exprimer, après deux matches passés sur le banc. Et le Français a signé une performance de choix avec un joli 8/11 à trois points, synonyme de 24 points dans la besace. Un beau rendement forcément entaché par cette perte de balle terrible en toute fin de match, dans la foulée du panier de Weems, qui a précipité la chute des siens. Les Français Hormis la performance de Mickaël Pietrus, d'autres joueurs tricolores étaient sur les parquets vendredi. Le plus en réussite se nomme Boris Diaw. Avec 19 points (à 8/10 aux tirs), 5 passes et 5 rebonds, "Babac" a largement contribué au troisième succès de la saison des Bobcats, face à Washington (93-85). Des Wizards au sein desquels Kevin Séraphin n'a toujours pas fait ses débuts. Même constat pour Pape Sy, qui n'était même pas en tenue lors de la défaite d'Atlanta face à Utah (90-86), tout comme Ronny Turiaf, blessé, et qui n'a donc pas participé au revers des Knicks face à Minnesota (103-112). De son côté, Nicolas Batum s'est plutôt mis en valeur malgré la défaite des Blazers face au Thunder (108-110). L'ancien Manceau s'est ainsi fendu de 21 points et 6 rebonds, avec notamment un joli 2 sur 3 à trois points. Enfin, à Dallas, Ian Mahinmi a passé 45 secondes sur le terrain face à Philadelphie (99-90), pour une feuille de stats vierge. La statistique Kevin Love a signé une performance stratosphérique lors de la victoire de Wolves face aux Knicks (112-103). Déjà auteur d'un gros match face aux Lakers mardi avec 23 points et 24 rebonds, l'intérieur a cette fois frappé très fort avec 31 points et 31 rebonds (!). Une performance inédite depuis 28 ans et la performance de Moses Malone, en 1982. Le joueur des Rockets avait alors inscrit 38 points et gobé 32 rebonds face à Seattle. "Je me suis juste dit que chaque rebond était le mien. Pour être honnête, je ne sais pas quoi vous dire", a ainsi lâché Love après la rencontre. "Dans trente ans, je pourrai dire que j'étais sur le terrain pendant que l'histoire était en marche", s'est de son côté réjoui Michael Beasley, son coéquipier.