Le LOU a une faim de lion

  • A
  • A
Le LOU a une faim de lion
@ MAXPPP
Partagez sur :

RUGBY - Le club lyonnais joue la montée en Top 14 et veut imposer le rugby sur une terre de foot.

Dimanche, en battant Albi (25-12) lors du choc de la 26e journée de Pro D2, la deuxième division du rugby hexagonal, le Lyon olympique universitaire (LOU) s’est rapproché un peu plus du Top 14. A quatre journées de la fin du championnat, le club de l'agglomération lyonnaise compte sept points d'avance sur Grenoble et huit sur Albi.

Seul le premier de la phase régulière est assuré de retrouver le Top 14 alors que les clubs classés de la deuxième à la cinquième place devront en passer par des barrages sur un match, forcément plus aléatoires. Le LOU le sait bien, lui qui avait été battu par La Rochelle l'an dernier lors de la finale de ces play-offs...

"Une terre historique de rugby"

Le LOU, qui frappe à la porte du Top 14 depuis une dizaine d’années maintenant, ne sort pas de nulle part. C'est même l'un des plus anciens clubs de rugby de l’Hexagone et il compte à son palmarès deux titres de champion, obtenus en 1932 et 33.

Fondé en 1896, le club porte le nom de Racing club de Lyon à sa création et devient le LOU lors du rapprochement entre le Lyon olympique et l'association sportive de l'Ecole centrale en 1910. Un siècle plus tard, la volonté de fédérer les forces locales est toujours là, mais avec l'ambition affichée de franchir un cap au niveau du professionnalisme.

"On est une terre historique de rugby", convient le président du club, Yvan Patet, au micro d'Europe 1. "Sur Lyon et sa région, on a un vrai vivier. Lyon a toujours été vue comme une ville pour faire du rugby dans l'esprit universitaire, et pas du rugby efficace et professionnel. Aujourd'hui, on a fédéré tous ces clubs d'agglo et on a maintenant des fondations solides et la volonté d'un rayonnement qui mette en avant un terroir local."

Un avenir à Gerland

Avec la descente déjà acquise de Bourgoin en Pro D2, Lyon pourrait être le seul club de la région Rhône-Alpes en Top 14 la saison prochaine, si Grenoble ne parvient pas à décrocher le deuxième ticket pour l’élite. Cela pourrait être l'opportunité d'attirer des sponsors locaux dans une ville et un département où plane l'ombre presque envahissante du foot et du tout-puissant Olympique lyonnais.

Pour autant, les destins des deux clubs semblent être liés. Car le LOU, qui joue actuellement dans le désuet Stade Vuillermet, d'une capacité de... 4.800 places, a vocation à poursuivre l'aventure à Gerland, que l'OL va quitter dans les années à venir pour le Stade des Lumières, à Décines. L'accession en Top 14 n'est qu'une étape pour le club de rugby lyonnais. Un premier pas de LOU...