Le Losc toujours au ralenti

  • A
  • A
Le Losc toujours au ralenti
Partagez sur :

Lille a perdu à nouveau des points, cette fois à domicile contre Bordeaux (1-1), lors de la 31e journée de Ligue 1. Une semaine après son revers à Monaco, le Losc lâche à nouveau de précieuses unités dans la course au titre et peut permettre à l'OM de revenir à un petit point en cas de victoire à Montpellier. A sept journées du terme du championnat, l'opération, incontestablement, n'est pas bonne.

Lille a perdu à nouveau des points, cette fois à domicile contre Bordeaux (1-1), lors de la 31e journée de Ligue 1. Une semaine après son revers à Monaco, le Losc lâche à nouveau de précieuses unités dans la course au titre et peut permettre à l'OM de revenir à un petit point en cas de victoire à Montpellier. A sept journées du terme du championnat, l'opération, incontestablement, n'est pas bonne. Un point sur six. En concédant le nul face à Bordeaux (1-1), voilà le bilan que Lille s'inflige sur les deux derniers matches. Ce n'est évidemment pas rédhibitoire en vue du titre, mais ça peut poser problème à sept matches de la fin, surtout si l'OM venait à s'imposer dimanche à Montpellier. Le Losc n'a pas fait ce qu'il fallait pour se mettre à l'abri et le partage des points n'est pas immérité, loin de là, face à des Girondins nettement plus consistants que la semaine passée face à Arles-Avignon. Contre une équipe en proie au doute comme l'est Bordeaux en ce moment, les hommes de Garcia auraient dû se contenter du 21e but de Sow en Ligue 1, à l'heure de jeu, pour tenir le score. Mais le problème, c'est que Lille n'est plus non plus d'une sérénité à toute épreuve. Sans Gervinho, dans les tribunes suite à son expulsion à Monaco la semaine passée, les Nordistes ont souvent eu du mal à jouer leur jeu. En tout cas celui aperçu durant la grande majorité de la saison, à coups de dribbles et d'accélérations permanentes du trio de devant. Pour remplacer numériquement l'Ivoirien, Pierre-Alain Frau avait été choisi par Rudi Garcia. L'ancien Lyonnais n'a pas créé de différences et n'aura pas vraiment fait oublier le suspendu. Avant l'ouverture du score de Sow (1-0, 58e), les Lillois étaient déjà passés près de la douche froide, notamment sur une énorme occasion vendangée par Jussiê (52e). Savic, d'une reprise de la tête sur corner, est sorti de son désert personnel cette saison pour ramener un point qui fera sans doute beaucoup de bien aux Girondins. Alou Diarra, devant les caméras d'Orange Sport, le laissait déjà entendre: "On fait un match costaud mentalement, on fait un match nul alors qu'on sait que Lille laisse très peu de points à domicile." Bordeaux aurait même pu espérer mieux D'entrée de jeu, Bordeaux prend le bon bout dans cette partie, grâce à Ben Khalfallah qui fait passer un vrai coup de froid dans le dos de Landreau, sorti loin de son but (7e). Avec Marange (10e) puis Modeste (12e), le portier nordiste a rapidement deux occasions de se rattraper et les saisit, fort heureusement pour le Losc. Même si Lille revient ensuite dans le match et qu'une lourde frappe de Balmont (29e) mettait Carrasso en valeur, le leader de Ligue 1 venait déjà de passer près d'un fâcheux contretemps. Si la première période n'est pas forcément désagréable à suivre, elle laisse surtout le sentiment qu'un exploit des Bordelais n'est pas à écarter. Et peu après le retour des vestiaires, Jussiê va donc rater l'immanquable, seul au point de penalty (52e). En leader, voire peut-être en futur champion se dit-on alors, Sow punit les joueurs de Tigana six minutes plus tard, à la réception d'une ouverture millimétrée de Cabaye. Mais si futur champion il y avait ce soir sur la pelouse du Stadium Nord, il ne pourra se permettre à l'avenir de concéder un but à domicile dans le dernier quart d'heure. Malgré une ultime tentative lointaine de Balmont (82e), l'égalisation de Savic était de trop pour les Dogues. Qui ne sont plus très mordants en ce moment, même si Rio Mavuba, interrogé devant les caméras d'Orange Sport à l'issue de la rencontre, pointait surtout... les qualités de Bordeaux. "On sait qu'ils sont forts sur coups de pied arrêtés, ils l'ont montré." Contre Arles-Avignon, ça ne s'était pourtant pas vu...