Le journal des Bleus

  • A
  • A
Le journal des Bleus
Partagez sur :

Comme chaque début de semaine, la rédaction revient sur l'actualité des internationaux français, en Ligue 1 comme à l'étranger. Si les buteurs tricolores ont été nombreux - Ménez, Rémy, Diarra, Gourcuff ou encore Ribéry ayant marqué - c'est Laurent Koscielny qui est ressorti du lot, le défenseur d'Arsenal ayant été rassurant lors de la victoire des Gunners contre Chelsea. Philippe Mexès, lui, est retourné à l'infirmerie de l'AC Milan.

Comme chaque début de semaine, la rédaction revient sur l'actualité des internationaux français, en Ligue 1 comme à l'étranger. Si les buteurs tricolores ont été nombreux - Ménez, Rémy, Diarra, Gourcuff ou encore Ribéry ayant marqué - c'est Laurent Koscielny qui est ressorti du lot, le défenseur d'Arsenal ayant été rassurant lors de la victoire des Gunners contre Chelsea. Philippe Mexès, lui, est retourné à l'infirmerie de l'AC Milan. LE BLEU DU WEEK-END Laurent Koscielny ne fait pas de bruit mais il convainc de plus en plus du côté d'Arsenal. Le jeune défenseur des Gunners n'est pas aidé avec Per Mertesacker à ses côtés dans l'axe central londonien, mais il rassure ses coéquipiers et son entraîneur, Arsène Wenger. Face à Chelsea (5-3), samedi à Stamford Bridge, il n'a d'ailleurs rien eu à ses reprocher sur les trois buts encaissés par les Canonniers. "C'est un très bon défenseur. La semaine dernière, il a aussi été très fort. Même si, de taille, il n'est pas impressionnant, il est rapide, vif et lit très bien le jeu", détaille le manager alsacien sur le site du club londonien. Il ne serait donc pas surprenant que Laurent Blanc le convoque à nouveau en équipe de France contre les Etats-Unis et la Belgique, les 11 et 15 novembre au Stade de France. DE BUT EN BLEU Nombreux sont les internationaux tricolores à avoir trouvé le chemin des filets ce week-end aux quatre coins de l'Europe. En Ligue 1, Jérémy Ménez a participé au festival offensif du PSG contre Caen (4-2), Loïc Rémy et Alou Diarra ont été décisifs lors de la victoire de l'OM à Dijon (3-2) et Yoann Gourcuff a confirmé son timide retour en forme en marquant dans le derby OL-ASSE (2-0), Jimmy Briand inscrivant le second but des Gones. En Bundesliga, Franck Ribéry s'est également illustré en inscrivant le troisième des quatre buts du Bayern Munich contre Nuremberg (4-0). En revanche, aucun des protégés habituels de Laurent Blanc ne s'est mis illustré en Serie A et en Liga, Karim Benzema ayant débuté sur le banc du Real Madrid face à la Real Sociedad. DU CÔTE DE L'INFIRMERIE Les débuts de Philippe Mexès à l'AC Milan ne se passent pas comme prévu. Après de longs mois d'indisponibilité, en raison d'une blessure au genou gauche, le défenseur central avait enfin pu porter la tunique rossonera contre Bate Borisov, en Ligue des champions. "Un grand soulagement", selon lui. Mais à peine remis, l'international français a rechuté, avec un problème à la main cette fois. "Il a une petite fracture à la main qu'il s'est faite (jeudi) il est indisponible environ une semaine", a détaillé vendredi dernier l'entraîneur lombard Massimiliano Allegri. L'ancien Romain sera donc privé du match retour face aux Biélorusses, cette semaine, et pourrait également manquer à l'appel pour les deux prochains matches amicaux des Bleus. LA PAROLE BLEUE Laurent Blanc et Michel Platini ne sont pas d'accord sur tout. Ainsi le sélectionneur de l'équipe de France a-t-il réagi aux récentes déclarations du président de l'UEFA, qui estime que les Bleus n'ont pas une bonne génération de joueurs. "Il a le droit de le dire mais je n'irai pas jusque-là, a répondu l'entraîneur tricolore dans un entretien accordé au Parisien. Michel Platini est trop radical. En mai 1998, personne, je dis bien personne, ne prédisait qu'on serait champions de monde. On est devenus de grands joueurs en un mois et demi." Quelques jours plus tôt, l'ancien n°10 des Bleus avait lâché sur RMC: "Nous n'avons pas les meilleurs joueurs du monde dans notre équipe nationale, malgré tout c'est une bonne équipe même si par rapport à l'ancienne génération (celle de 1998, ndlr), c'est plus compliqué."