Le journal des Bleus

  • A
  • A
Le journal des Bleus
Partagez sur :

Comme chaque semaine, la rédaction revient sur les faits marquants du week-end concernant les joueurs de l'équipe de France. A l'honneur, Abou Diaby, qui retrouve du temps de jeu avec Arsenal après ses multiples pépins physiques, et Karim Benzema, auteur de deux doublés avec le Real Madrid en l'espace de trois jours.

Comme chaque semaine, la rédaction revient sur les faits marquants du week-end concernant les joueurs de l'équipe de France. A l'honneur, Abou Diaby, qui retrouve du temps de jeu avec Arsenal après ses multiples pépins physiques, et Karim Benzema, auteur de deux doublés avec le Real Madrid en l'espace de trois jours. Le Bleu du week-end : Abou Diaby (Arsenal) Deux titularisations en une semaine. Cela pourrait paraître anodin, mais pas pour Abou Diaby. Aligné d'entrée contre Leyton Orient (5-0) mercredi dernier en Cup, puis contre Sunderland (0-0) ce week-end, le milieu de terrain des Gunners n'avait plus connu pareil honneur depuis le 29 décembre dernier. Remis, espérons-le, de ses blessures à la cheville et au mollet, l'ancien Auxerrois, s'il n'a pas été transcendant loin de là contre les Black Cats, retrouve petit à petit le rythme. Celui qui avait été l'un des meilleurs Bleus de 2010 devrait être retenu dans la liste de Laurent Blanc pour les deux rencontres de l'équipe de France prévues fin mars, au Luxembourg (le 25, éliminatoires de l'Euro 2012) puis au Stade de France contre la Croatie (le 29, match amical). Avec la relative méforme de Yann Mvila, qui accuse le coup après un gros début de saison, Diaby pourrait même retrouver une place de titulaire, à la place du Rennais, qu'il avait remplacé en cours de jeu contre le Brésil (1-0) début février. De but en bleu : Benzema, Rémy, et c'est tout Pour Karim Benzema, c'est encore mieux. Ce ne sont pas seulement deux titularisations que l'attaquant du Real a fêtées la semaine passée, mais tout simplement deux doublés. L'ancien lyonnais a frappé à deux reprises contre Malaga (7-0) jeudi, puis sur la pelouse de Santander dimanche soir (3-1) et n'a jamais semblé aussi en forme depuis qu'il a rejoint l'Espagne. L'autre buteur bleu du week-end est Loïc Rémy. Le Marseillais, qui avait sorti les Bleus d'un mauvais piège contre la Roumanie en octobre dernier (2-0), a remis les siens dans le match, en vain, contre Lille (1-2). Du côté de l'infirmerie : Gourcuff touché à un ongle C'est "l'incident" du week-end ! Touché au pied après une frappe contrée par l'Arlésien Laurenti, Yoann Gourcuff a dû quitter prématurément ses partenaires dimanche après-midi. Le meneur de jeu lyonnais s'est arraché un ongle, et pourrait manquer le déplacement à Sochaux samedi. "C'est très douloureux. Mais on va lui mettre un faux-ongle. Et cela pourrait même servir pour les coups de pied arrêtés", a plaisanté Claude Puel, qui n'en fait visiblement pas un drame. La parole bleue: "Domenech, j'ai tourné la page", de Karim Benzema Dans une interview accordée au Journal du dimanche, Karim Benzema a expliqué qu'il avait digéré sa non-sélection pour le Mondial 2010. "Je ne l'ai pas senti venir parce que j'avais toujours été appelé, j'avais même marqué pour ma dernière apparition (le 14 octobre 2009 contre l'Autriche), explique l'attaquant des Bleus. J'étais très déçu et je le suis encore parce qu'une Coupe du monde, tu n'en fais pas forcément plusieurs dans ta vie. Mais c'est du passé. Domenech, j'ai tourné la page. Mon sélectionneur, c'est Laurent Blanc. (...) En équipe de France, ça se passe super bien. Pas seulement pour moi, pour tout le monde. Il y a un nouveau souffle: on ne parle que de football, on joue au football... Laurent Blanc aime ça. Il y a du jeu quand on va voir les Bleus!" Dans la peau de Laurent Blanc: C'est le jeudi 17 mars à 14h que Laurent Blanc dévoilera à la presse la liste des joueurs retenus pour Luxembourg-France (25 mars) et France Croatie (29 mars). Le sélectionneur dispose donc de dix jours pour, si ce n'est pas déjà fait, prendre une décision concernant Jérémy Toulalan et Franck Ribéry. Autrefois cadres des Bleus, suspendus pour leur rôle actif dans la mutinerie de Knysna, les joueurs de Lyon et du Bayern, après un début de saison pour le moins compliqué, évoluent désormais à un niveau de jeu qui leur permet de postuler légitimement à la sélection. Laurent Blanc, qui martèle depuis sa prise de fonction sa volonté de tourner la page sud-africaine, pourrait être tenté. Sauf qu'à leurs postes, il y a du monde... Autant dire que pendant dix jours, le sélectionneur va cogiter sec.