Le journal des Bleus

  • A
  • A
Le journal des Bleus
Partagez sur :

Kevin Gameiro est à l'honneur dans ce journal des Bleus. Avec un triplé, le Lorientais a écoeuré Bordeaux à lui tout seul. Si d'autres attaquants, comme Hoarau ou Benzema, ont marqué, c'est Djibril Cissé qui s'est également fait remarquer en annonçant son départ du Pana. Week-end difficile en revanche pour André-Pierre Gignac, touché aux adducteurs.

Kevin Gameiro est à l'honneur dans ce journal des Bleus. Avec un triplé, le Lorientais a écoeuré Bordeaux à lui tout seul. Si d'autres attaquants, comme Hoarau ou Benzema, ont marqué, c'est Djibril Cissé qui s'est également fait remarquer en annonçant son départ du Pana. Week-end difficile en revanche pour André-Pierre Gignac, touché aux adducteurs. LE BLEU DU WEEK-END : Kevin Gameiro(Lorient) (Coup de génie, coup de pompe, focus sur un Bleu en vue ou non, ce week-end) La pilule doit être difficile à avaler pour les Girondins. Alors qu'il avait refusé de signer à Bordeaux en janvier dernier, durant le mercato, Kevin Gameiro a humilié l'équipe dirigée par Jean Tigana, samedi (5-1). Auteur d'un triplé, l'ancien Strasbourgeois a en effet largement participé au naufrage des Marine et Blanc. L'international en profite pour revenir menacer Moussa Sow en tête du classement des buteurs de Ligue 1. Avec 15 réalisations, le Lorientais n'est plus qu'à une longueur du Lillois. DE BUT EN BLEU : (Tous les buteurs bleus du week-end) Hormis le triplé de Kevin Gameiro face à Bordeaux, d'autres attaquants tricolores ont su trouver le chemin des filets, ce week-end. Ainsi, Karim Benzema a ouvert le score pour le Real, face à Levante (2-0). Un but qui ne lui assure pas une place de titulaire pour le match de Ligue des champions, face à Lyon, mardi. De son côté, Guillaume Hoarau a marqué son trentième but en Ligue 1, dimanche, face à Nice (3-0). S'il est sorti en se tenant la cheville, Loïc Rémy y est aussi allé de son but, face à Saint-Étienne (2-1). Du côté des milieux de terrain, Yoann Gourcuff a ouvert la marque face à Nancy (4-0), tout comme Yann M'Vila face à Toulouse (2-1). Enfin, si Philippe Mexès a marqué le premier but de l'AS Rome face au Genoa, il n'est pas exempt de tout reproche sur le naufrage final de son équipe (3-4). LA PAROLE BLEUE : "Ce sont les tout derniers mois que vous allez me voir en Grèce", de Djibril Cissé (La petite phrase de la semaine) Djibril Cissé a craqué. Alors que le Panathinaïkos s'est incliné face à l'Olympiakos dans des conditions arbitrales suspectes (1-2), et qu'il s'est fait prendre à partie par des supporters adverses à la fin de la rencontre, l'ancien Marseillais s'est lâché. "Ce sont les tout derniers mois que vous allez me voir en Grèce", a-t-il déclaré aux journalistes en ajoutant: "Dans ces conditions, je ne peux pas continuer à jouer ici". Des propos qui succèdent à ceux qu'il avait prononcés après une autre défaite controversée, face à l'AEK Athènes. Un match à l'issue duquel il avait notamment déclaré qu'il n'aimait pas "se faite enc...". DU CÔTE DE L'INFIRMERIE : (Le point sur les blessés) Week-end difficile pour l'Olympique de Marseille. A quelques jours d'affronter Manchester United, Didier Deschamps a en effet perdu André-Pierre Gignac, qui souffre des adducteurs, mais a également quelques inquiétudes pour Loïc Rémy, qui souffre plus légèrement de la cheville. De son côté, Mathieu Valbuena fait tout pour revenir à temps pour affronter les Red Devils. Blessé au mollet gauche, Abou Diaby n'est lui toujours pas remis sur pied, et reviendra sans doute la semaine prochaine. DANS LA PEAU DE LAURENT BLANC: (Et si on se mettait à la place du sélectionneur...) J'irai faire un tour du côté de Munich, samedi prochain, pour aller observer le choc de la 24e journée de Bundesliga entre le Bayern et le Borussia Dortmund. Le sélectionneur pourrait ainsi jeter un oeil sur la performance de Franck Ribéry, dans une rencontre à fort enjeu. Saignant face à Mayence (1-3), en étant notamment à l'origine du premier et du troisième but, le milieu de terrain a d'ores et déjà annoncé que si les Bavarois continuaient à ce niveau, le Borussia ne résisterait pas.