Le jour J pour Paris ?

  • A
  • A
Le jour J pour Paris ?
Partagez sur :

Le conseil de surveillance prévu mardi devait entériner la nouvelle organisation du PSG avec en toile de fond l'arrivée possible de Leonardo au poste de manager général... si le Brésilien se décide enfin à accepter l'offre transmise. Le report possible à mercredi laisse Robin Leproux dans l'incertitude.

Le conseil de surveillance prévu mardi devait entériner la nouvelle organisation du PSG avec en toile de fond l'arrivée possible de Leonardo au poste de manager général... si le Brésilien se décide enfin à accepter l'offre transmise. Le report possible à mercredi laisse Robin Leproux dans l'incertitude. Par ici la sortie ? Il devait en effet y avoir comme une ambiance de fin de règne mardi lors du conseil de surveillance du PSG mais le club de la capitale a réservé un énième rebondissement à son feuilleton estival. Selon RMC, le rendez-vous aurait été reporté à mercredi. Au club, on assure n'avoir "rien à déclarer" sur ce nouvel épisode avant finalement de renvoyer la balle habilement à "ceux qui siègent dans ce conseil de surveillance" soit les nouveaux et peu prolixes actionnaires. Ambiance... Cette réunion convoquée en urgence la semaine dernière par les nouveaux propriétaires qatariens devrait en tout cas mettre à mal l'image idyllique d'une belle entente entre les représentants de l'ancienne équipe de Colony Capital, toujours actionnaire à hauteur de 30%, et Qatar Sports Investment, le nouveau propriétaire du club de la capitale. Souvenez-vous: le 30 juin dernier, le PSG était officiellement vendu. Le représentant de QSI, Nasser al-Khelaïfi, promettait alors de s'appuyer sur l'équipe en place pour réussir la transition. Deux semaines plus tard, le ton a visiblement changé et les Qatariens seraient tentés de mettre davantage leur patte sur le club qu'ils veulent, à court terme, posséder en totalité. En jeu, les attributions et fonctions du directoire du club, instance créée en septembre 2009 en plus du conseil de surveillance qui demeure l'instance suprême de décision. L'ancien patron Sébastien Bazin avait nommé Robin Leproux à la tête du directoire le chargeant, comme le communiqué le précisait à l'époque, de travailler "au quotidien avec le marketing, le merchandising, les équipes commerciales et la communication" en plus du secteur sportif. A ses côtés, Philippe Boindrieux prenait en main les affaires administratives et financières alors qu'Alain Roche chapeautait le recrutement. Leproux ne sait rien des négociations avec Leonardo Ces trois hommes pourraient aujourd'hui voir leurs prérogatives et fonctions nettement réduites, voire purement et simplement anéanties, l'avenir de ce directoire étant remis en cause. Les Qatariens pourraient ainsi décider de revenir à l'organisation précédente afin de réduire les intermédiaires, limitant la cacophonie et les problèmes de communication actuels. Le tout pour s'assurer que les décisions importantes du club sont bien prises du Qatar et transmises efficacement aux différents rouages du club via des hommes de confiance. En toile de fond de cette décision, Leonardo bien sûr. Le Brésilien a posé ses conditions à une venue dans la capitale, l'ancien joueur du PSG (durant la saison 1996-1997) souhaitant obtenir les pleins pouvoirs sur le secteur sportif. Une mainmise qui ne correspondrait donc pas à l'organisation actuelle du club et surtout entrerait en concurrence directe avec le rôle joué par Robin Leproux qui n'entend pas renoncer à ses prérogatives. Réduire les fonctions de ce dernier serait lui signifier qu'il est temps de laisser la place, laissant le champ net à Leonardo qui verrait ses demandes satisfaites. Les Qatariens n'ont de toute façon plus vraiment le choix. Après plusieurs semaines de rumeurs et d'annonces, ils doivent frapper un grand coup et attirer cette figure internationale propre à donner un nouvel élan au PSG. Car un abandon de ce dossier serait synonyme de premier couac retentissant écornant sérieusement l'image du nouvel arrivant. Symbole de l'atmosphère tendue en coulisses, Le Parisien soulignait lundi que les membres de l'ancienne direction ne sont pas informés de l'avancée des discussions avec Leonardo, les nouveaux patrons leur ayant même indiqué que la situation n'avait pas évolué malgré les discussions tenues avec l'ancien entraîneur de l'Inter. Ils devraient enfin savoir prochainement si le Brésilien rejoint effectivement le club. Car, malgré les reports et silences, il faudra bien un jour se décider...