Le joli coup de Fedrigo

  • A
  • A
Le joli coup de Fedrigo
@ Reuters
Partagez sur :

CYCLISME - Le Français a remporté la première étape du Critérium International 2010.

CYCLISME - Le Français a remporté la première étape du Critérium International 2010. Réunis ce week-end en Corse dans le cadre du Critérium international, une première depuis le Tour de France 2009 où ils évoluaient alors dans la même équipe, Alberto Contador et Lance Armstrong ne se sont pas livrés de duel, ce qui était attendu, samedi à l'occasion de la première étape lancée de Porto-Vecchio. Le terrain, avec trois cols, y était pourtant propice mais aucune des deux stars du peloton n'a été en mesure de rivaliser avec les meilleurs, parmi lesquels Pierrick Fedrigo a tiré son épingle du jeu en se montrant le plus fort dans le col d'Ospelade, juge de paix de la première levée du triptyque corse. Après quelques escarmouches, tout s'est joué dans l'ultime difficulté de la journée, une ascension de 14 kilomètres sur une pente moyenne de 6.2%. Sergey Lagutin, un temps détaché, était repris à trois kilomètres du sommet, moment choisi par les plus costauds pour relayer un Alexandre Vinokourov qui s'était chargé un peu plus tôt de faire exploser le peloton. Victime de l'accélération de son ancien coéquipier d'Astana, Lance Armstrong levait le pied à un peu plus de cinq kilomètres du but pour rallier l'arrivée à son rythme dans le sillage de son lieutenant Yaroslav Popovich. Le débours à l'arrivée du Texan, venu sans ambition sur l'île de beauté, s'élevait à 4 minutes et 50 secondes. Fedrigo: "Je tournais autour d'une victoire depuis longtemps" Beaucoup plus surprenant, son meilleur ennemi Contador, venu sur le Critérium international sur le tard alors que le Tour de Catalogne était initialement à son programme, allait lui aussi vaciller sur les rampes plus raides dans le final du col de l'Ospelade. Quand David Moncoutié attaquait à 2.5 kilomètres du sommet, le récent vainqueur de Paris-Nice, grimaçant, lâchait prise d'un petit groupe d'une quinzaine de coureurs parmi lesquels se trouvait le maillot de champion du monde de Cadel Evans. Devant, Moncoutié repris, c'est le Portugais de RadioShack Tiago Machado qui tentait sa chance mais Fedrigo le reprenait sans sourciller avant de porter une accélération fatale au Lusitanien, deuxième à dix secondes du Mazamétain de Bbox à l'arrivée. "Hier je suis venu reconnaitre le col à l'entraînement et comme il y avait un mauvais temps, j'ai fais demi-tour là où j'ai attaqué aujourd'hui, expliquait le Français. C'est surprenant mais je suis mieux sur ces étapes de montagne que sur la plaine et j'avais les jambes donc cela m'a souri. J'attendais un peu de savoir si les leaders allaient attaquer, je voulais les suivre le plus longtemps possible et lors des dix derniers kilomètres, les sensations revenaient un peu et je me suis étonné à attaquer. Je tournais autour d'une victoire depuis longtemps en me classant plusieurs fois parmi les dix premiers, je suis enfin récompensé." Mais s'il veut conserver la tête du classement général dimanche, Fedrigo devra contenir le matin les attaques dans la plaine et se surpasser lors du contre-la-montre de 7.7 kilomètres dans les rues de Porto-Vecchio.