Le jeudi c'est Sagan

  • A
  • A
Le jeudi c'est Sagan
Partagez sur :

Une semaine pile après sa victoire à Cordoba, Peter Sagan a récidivé ce jeudi lors de la 12e étape du Tour d'Espagne courue entre Ponteareas et Pontevedra. Le puncheur de la Liquigas a fait parler sa puissance pour s'adjuger le sprint devant le grand espoir Degenkolb et les vétérans Bennati et Petacchi. Bradley Wiggins reste en rouge alors que le peloton reprendra de l'altitude dès demain avant un week-end dantesque.

Une semaine pile après sa victoire à Cordoba, Peter Sagan a récidivé ce jeudi lors de la 12e étape du Tour d'Espagne courue entre Ponteareas et Pontevedra. Le puncheur de la Liquigas a fait parler sa puissance pour s'adjuger le sprint devant le grand espoir Degenkolb et les vétérans Bennati et Petacchi. Bradley Wiggins reste en rouge alors que le peloton reprendra de l'altitude dès demain avant un week-end dantesque. A ce rythme-là, Peter Sagan va très vite devenir un incontournable. Le jeune Slovaque de 21 ans, pour son premier grand Tour, en est déjà à deux victoires après qu'il a raflé, jeudi, la 12e étape de la Vuelta disputée sur 167 kilomètres entre Ponteareas et Pontevedra. Le coureur de Liquigas, déjà lauréat une semaine avant à Cordoue lors du coup de force réalisé par la formation italienne, a encore fait parler sa vélocité dans un final plus difficile qu'il n'y paraissait. En lançant le premier le sprint d'un peloton débarrassé dans les derniers kilomètres de Marcel Kittel, vainqueur il y a six jours à Talavera de la Reina, Sagan a profité d'une petite bosse pour prendre quelques mètres d'avance qu'il a réussi à conserver jusqu'à la ligne d'arrivée. Autre grand espoir du cyclisme mondial, le rapide John Degenkolb a dû se contenter de la deuxième place, juste devant les vétérans italiens Daniele Bennati et Alessandro Petacchi. Mis sur orbite par ses équipiers, Sagan n'oubliait pas de leur rendre hommage au moment de revenir sur sa victoire devant les caméras d'Eurosport: "Je voudrais remercier toute l'équipe. Elle a fait un super boulot. On verra si on peut remporter une autre étape." La dernière semaine de course lui offrira quelques occasions, mais d'ici-là le coureur de Zilina devra sans doute prendre son mal en patience tant la route va s'élever de plus en plus à partir de demain et cela jusqu'au terrible Angliru dimanche. Et Kessiakoff grignote... Les favoris vont donc très vite se retrouver sur le devant de la scène. Mais le final du jour a déjà été l'occasion pour certains de grignoter quelques secondes, à commencer par le surprenant Fredrik Kessiakoff, arrivé dans le premier groupe de 15 avec également Bauke Mollema, ce qui a permis au Suédois d'Astana de repasser devant Vincenzo Nibali à la troisième place du classement général. L'Italien qui a lui-même repris une seconde à la plupart des coureurs encore prétendants à la victoire finale à Madrid. Pour Denis Menchov (13e du général à 2'56" de Wiggins) et Michele Scarponi (22e à 4'43"), les 19 secondes encore lâchées aujourd'hui confirment qu'ils ne sont plus dans le coup pour un éventuel podium. L'étape de vendredi, entre Sarria et Ponferrada, ne devrait normalement pas chambouler le haut du classement général, les deux cols de première catégorie se situant trop loin de l'arrivée. Elle marquera néanmoins le retour du peloton dans la montagne avant un week-end qui pourrait permettre d'y voir enfin plus clair. Avec seulement 36 secondes d'écart entre le leader, Wiggins, et le sixième, Mollema, la 66e édition du Tour d'Espagne est encore loin d'avoir livré son verdict.