Le hit, c'est Orlando !

  • A
  • A
Le hit, c'est Orlando !
Partagez sur :

Le derby floridien entre Orlando et Miami a tourné cette nuit à l'avantage du Magic (104-95). Malgré les 25 points et 6 rebonds de LeBron James, le Heat a dû s'incliner deux jours seulement après avoir trébuché face aux Indiana Pacers. A noter dans les autres matches que les San Antonio Spurs ont poursuivi leur série d'invincibilité sur le parquet des Minnesota Timberwolves (113-109).

Le derby floridien entre Orlando et Miami a tourné cette nuit à l'avantage du Magic (104-95). Malgré les 25 points et 6 rebonds de LeBron James, le Heat a dû s'incliner deux jours seulement après avoir trébuché face aux Indiana Pacers. A noter dans les autres matches que les San Antonio Spurs ont poursuivi leur série d'invincibilité sur le parquet des Minnesota Timberwolves (113-109). LE MATCH : MAGIC-HEAT (104-95) Jamais deux sans trois. Une maxime qui a fait le bonheur de Miami cet été, au moment où LeBron James a décidé de rejoindre ses deux potes All-Stars Dwyane Wade et Chris Bosh. Mais qui, cette semaine, lui porte plutôt la poisse. Après Memphis (97-95) et Indiana (93-77), c'est Orlando qui s'est payé mercredi soir le scalp de l'équipe la plus impressionnante de la NBA sur le papier. Une troisième défaite de rang qui fait tâche pour le "Big Three" du Heat, surtout dans le derby floridien. Faut-il plutôt parler d'une défaite de Miami ou d'une victoire d'Orlando ? Vu la manière dont le Magic a opéré, risquons la deuxième possibilité. Portés par un Dwight Howard omniprésent dans la raquette (24 points, 18 rebonds), les hommes de Stan Van Gundy ont rapidement pris l'ascendant dans cette rencontre, le premier quart-temps étant à sens unique (26-18). La réaction du Heat, dans le sillage de LeBron James (25 points, 6 rebonds, 4 passes), a failli suffire puisqu'à l'entame du dernier acte, les partenaires du "King" étaient revenus à trois longueurs (71-74). Mais une fois encore, c'est dans le finish qu'ils ont peiné. Il y a quelques jours, LeBron James s'était plaint de son temps de jeu, trop important pour être suffisamment en forme dans le money-time. Il avait même ajouté que pour Dwyane Wade et lui, "quarante minutes c'était trop". Erick Spoelstra a-t-il un autre choix ? Les stats de ce match répondent que non. Seuls les "Three Amigos" - Chris Bosh a compilé 21 points et 6 rebonds, Dwyane Wade 18 points, 7 rebonds et 5 passes) - ont été capables d'inscrire plus de dix points. Impossible dans ces condition de rivaliser avec le collectif d'Orlando, Jameer Nelson (17 points, 14 rebonds) se régalant à la mène avec autant de solutions autour de lui. J.J. Redick (20 points), Rashard Lewis (14 points) et même Brandon Bass (18 points), sorti du banc, ont eu l'occasion de s'illustrer. Huit victoires contre sept défaites: le début de saison de Miami est étrangement poussif. Ce n'est pas le Magic qui va s'en plaindre... LES FRANÇAIS DE LA NUIT Sur le banc d'Orlando en début de match, Mickaël Pietrus a eu 21 minutes de temps de jeu pour montrer à Miami et surtout à son coach ce qu'il valait, mais l'arrière français n'en a pas vraiment profité (3 points, 1 rebond, 1 passe). Ronny Turiaf était lui titulaire avec les New York Knicks, qui se sont imposés sur le parquet des Charlotte Bobcats (99-95). Avec 2 points et 2 rebonds en 17 minutes, l'intérieur tricolore n'a pas été déterminant dans le succès de la franchise de Big Apple mais lui au moins avait le sourire, Boris Diaw (11 points, 4 rebonds, 5 passes) devant pour sa part se résoudre à la dixième défaite des siens en quinze matches. De son côté, Ian Mahinmi n'a pas joué lors du succès des Dallas Mavericks face au Oklahoma City Thunder (111-103). Johan Petro a fait ce qu'il a pu (6 points, 3 rebonds en 10 minutes) pour empêcher la défaite des New Jersey Nets contre les Boston Celtics, en vain (83-89). LA STAT : 12 Encore une fois, donc, c'est Tony Parker qui a été le plus en réussite. Avec 18 points, 6 passes, 3 rebonds, le meneur de jeu a grandement contribué à la victoire des Spurs sur le parquet des Minnesota Timberwolves (113-109, a.p.). Mais au-delà des stats de "T.P.", c'est surtout le résultat qui impressionne. Car grâce à ce douzième succès consécutif, arraché au terme d'une prolongation et malgré les 32 points et 22 rebonds de Kevin Love, San Antonio a conservé son invincibilité et fait plus que jamais figure d'épouvantail à l'Ouest. Avec 26 points, 6 rebonds et 6 passes, Manu Ginobili a été précieux pour la franchise texane, qui a dû combler un retard de vingt points pour arracher une période de rab et finalement l'emporter. Quand ça sourit...