Le Heat relance la machine

  • A
  • A
Le Heat relance la machine
Partagez sur :

Cette fois, le Heat n'a pas craqué. Presque toujours devant, Miami a repris l'avantage du terrain en l'emportant sur le parquet de Dallas (88-86) lors du match 3 des finales NBA, dans la nuit de dimanche à lundi. Wade a mené les siens vers le succès avec un double-double (29 points, 11 rebonds), même si Nowitzki a encore tenu son rang (34 points, 11 rebonds). Le Heat mène la série 2-1.

Cette fois, le Heat n'a pas craqué. Presque toujours devant, Miami a repris l'avantage du terrain en l'emportant sur le parquet de Dallas (88-86) lors du match 3 des finales NBA, dans la nuit de dimanche à lundi. Wade a mené les siens vers le succès avec un double-double (29 points, 11 rebonds), même si Nowitzki a encore tenu son rang (34 points, 11 rebonds). Le Heat mène la série 2-1. Ne jamais réveiller un Heat qui dort. Parce que Dallas, en l'emportant dans la nuit de jeudi à vendredi lors du match 2 après avoir compté jusqu'à 15 points de retard dans le dernier quart, n'avait pas fait semblant de sortir Miami d'un semblant de confort dans lequel le "Big Three" et leurs camarades commençaient à se dorloter. Cette fois, Miami n'a pas craqué, après avoir compté jusqu'à 13 points d'avance dans le troisième quart-temps. Le Heat l'emporte avec deux points d'avance (88-86) et reprend l'avantage du terrain, quoi qu'il arrive. Dwyane Wade a guidé les siens vers le succès, avec un joli double-double à 29 points et 11 rebonds, aidé par un Chris Bosh pas exceptionnel (18 points, 3 rebonds) mais décisif, puisque l'ancien Raptor a rentré le shoot de la victoire. Plus altruiste que scoreur, LeBron James s'est lui contenté de 17 points mais a frôlé le double-double avec 9 passes. En face, Dirk Nowitzki est resté dans ses standards avec 34 unités et 11 rebonds. Mais le géant allemand n'a pas réussi à répondre présent dans le money time, comme il l'avait magnifiquement fait lors du match 2. Sur la dernière action du match, alors que Bosh venait de rentrer le panier de la victoire, Nowitzki a perdu le ballon avant de capter un rebond, pour finalement manquer son ultime tentative, bien gêné par Haslem. Le tir de Bosh à 39 secondes de la fin a donc été le bon pour le Heat, qui n'aura douté que trois jours. Erik Spoelstra a sans doute apprécié ce parfait timing, mais l'entraîneur floridien paraissait surtout marqué par le fadeaway de Nowitzki. "Ce shoot n'était pas forcément compliqué, mais "UD" (ndlr, Udonis Haslem) a fait un super boulot en restant devant lui pour le forcer au fadeaway, indiquait-il ainsi après la rencontre, sur le site de la NBA. Nowitzki est un joueur solide. Le temps où ce shoot est resté dans les airs m'a paru aussi long que le temps entre le match 2 et ce match 3." La preuve, joliment imagée, que le sentiment dominant à Miami est le soulagement. Un immense soulagement, même. Nowitzki: "Etre revenu de si loin pour perdre de si peu..." L'humeur, forcément, n'était pas la même du côté de Rick Carlisle, l'entraîneur des Texans. "On a dû constamment piocher. C'est très difficile de jouer en étant tout le temps mené au score." Malgré un 11-2 pour les Mavs pour terminer la première période (qui a fait passer le score de 45-31 pour Miami à 47-42 en faveur du Heat à la pause), puis un 17-3 dans le troisième quart pour recoller, les efforts des Mavs ont été vains. Dallas ne pourra en effet pas se permettre de rester seulement dans la réaction, plutôt que dans l'action. Nowitzki s'est encore chargé de tout en fin de match, en inscrivant les 12 derniers points des Mavericks. Avec 15 points, seul Jason Terry a réussi à seconder sa star. Mais en face, il y a un "Big Three", qui a encore inscrit plus de 70% des points du Heat. En y ajoutant les 12 points de Mario Chalmers - dont un tir désespéré très longue distance au buzzer, en fin de premier quart - il ne reste que des miettes pour les autres joueurs de Miami, c'est-à-dire... 12 points. Mais en playoffs plus qu'à n'importe quel moment, les grandes équipes doivent s'appuyer sur leurs grands joueurs. Pour Dwyane Wade, le travail est fait, et bien fait. "On a le sentiment d'avoir remporté une victoire importante, en reprenant l'avantage du terrain, déclarait-il en conférence de presse. On les a empêchés de repasser devant lorsqu'ils ont failli le faire. On s'est accroché à notre petit avantage, notamment en faisant ce qu'il fallait sur la balle de match." Dirk Nowitzki, encore marqué par la défaite en finale en 2006 face à ce même Heat, exhorte maintenant ses coéquipiers à lâcher les chevaux. "C'est une défaite très dure, il y avait beaucoup d'émotion. Etre revenu de si loin pour perdre de si peu... On prendra plus notre chance au tir mardi soir, et on verra ce qui se passera. On doit gagner, quitte à prendre des risques pour être menés 3-1." Mais dans ce cas précis, ça deviendrait quand même compliqué pour les Mavs...