Le Heat refroidi

  • A
  • A
Le Heat refroidi
Partagez sur :

Coup d'arrêt pour Miami. Après trois succès de rang et notamment deux victoires de prestige sur les Lakers et les Spurs, le Heat s'est montré incapable d'enchaîner face au Thunder. La faute à une attaque en berne face à une défense intraitable, à l'image d'un LeBron James bloqué à 19 points, Oklahoma en profitant pour l'emporter 85-96.

Coup d'arrêt pour Miami. Après trois succès de rang et notamment deux victoires de prestige sur les Lakers et les Spurs, le Heat s'est montré incapable d'enchaîner face au Thunder. La faute à une attaque en berne face à une défense intraitable, à l'image d'un LeBron James bloqué à 19 points, Oklahoma en profitant pour l'emporter 85-96. Kevin Durant n'est pas pour rien le meilleur marqueur de la Ligue. Le MVP des derniers championnats du Monde en a d'ailleurs offert une nouvelle démonstration à Miami. Dans un match dominé par les défenses, le Heat compilant ainsi un piètre 38% d'adresse collective tandis que le Thunder faisait à peine mieux avec 40% de réussite, il n'y a bien eu que Kevin Durant pour briller en attaque. En attestent ses 29 points à 12 sur 21 aux tirs, le tout agrémenté de 7 rebonds et 6 passes. De quoi faire la différence face à un Big Three bien moins à son avantage chez les Floridiens... Si les Heatles ont avancé groupés, Chris Bosh menant l'ensemble avec 21 points et 11 rebonds, et Dwyane Wade et LeBron James suivant avec 21 et 19 points à leurs compteurs, les trois compères ont rivalisé de maladresse. Tandis que le double MVP en titre devait se contenter d'un modeste 8 sur 21 aux tirs, Wade et Bosh faisaient encore moins bien avec, respectivement, 6 sur 17 pour l'intérieur et 7 sur 21 pour le champion 2006. Mike Bibby pouvait bien ajouter 10 points en venant du banc, il en aurait fallu plus pour pallier les difficultés du Big Three. «On a manqué trop d'opportunités tout au long du match. On a couru après le score et on n'a jamais réussi à jouer en confiance et plus ça allait, moins ça allait.» pouvait constater Chris Bosh à l'issue de la rencontre. Et les chiffres de lui donner raison puisque si les hommes d'Erik Spoelstra avaient réussi à revenir dans la roue du Thunder à la pause (45-46), le passage aux vestiaires n'allait pas arranger la situation floridienne. Bien au contraire, le Heat affichant un rédhibitoire 29% de réussite collective après la pause. «Ce soir, c'était l'un de ses matches où rien n'allait dans le bon sens et au cours duquel vous vous sentez affreux. Rien n'allait dans le bon sens mais il faut également donner du crédit à la performance du Thunder.» admettait, lui, LeBron James. Derrière Kevin Durant, le collectif d'Oklahoma City n'a pourtant jamais eu l'occasion de briller en attaque. Ainsi Russell Westbrook de passer au travers dans les grandes largeurs avec un 5 sur 16 aux tirs pour 18 points qui n'aurait pas dépareillé sur la feuille de stats floridienne. Mais c'est bien en défense que le Thunder a bâti ce cinquième succès de rang, Serge Ibaka montrant ainsi le bon exemple avec ses 12 rebonds et 4 contres et Kendrick Perkins, pour son deuxième match sous ses nouvelles couleurs, donnant le ton avec 5 rebonds et 6 fautes en 18 minutes ! Il n'en fallait pas plus pour signer une victoire de poids à un mois des playoffs. «C'est le genre de match qui doit nous donner confiance pour le futur. En playoffs, c'est en défense que se construisent les victoires et savoir gagner ces rencontres à l'extérieur fait la différence.» de prévenir l'ancien Celtic.