Le Heat plie l'affaire

  • A
  • A
Le Heat plie l'affaire
Partagez sur :

Comme en 2006, Miami et Dallas se retrouveront à l'occasion des finales NBA. Le Heat a profité de sa visite au United Center de Chicago, cette nuit lors du match 5 de la série, pour redevenir le patron de la conférence Est. Une fois encore, les Bulls ont craqué dans le dernier quart-temps (80-83), la faute à un "Big Three" omniprésent à l'image de LeBron James (28 points, 11 rebonds).

Comme en 2006, Miami et Dallas se retrouveront à l'occasion des finales NBA. Le Heat a profité de sa visite au United Center de Chicago, cette nuit lors du match 5 de la série, pour redevenir le patron de la conférence Est. Une fois encore, les Bulls ont craqué dans le dernier quart-temps (80-83), la faute à un "Big Three" omniprésent à l'image de LeBron James (28 points, 11 rebonds). Il ne faisait pas bon être leader de sa conférence cette saison. Après les San Antonio Spurs, eux éliminés dès le premier tour à l'Ouest, ce sont les Chicago Bulls qui ont, la nuit dernière, mordu la poussière à l'Est. Au terme d'un match 5 qu'ils auraient pu ou même dû remporter (80-83), devant leur public du United Center, les joueurs de Tom Thibodeau ont cédé face à un Miami Heat une nouvelle fois porté par son infernal "Big Three", qui a inscrit plus de 80% des points de son équipe. Comme en 2006, l'année de son dernier titre, la franchise floridienne retrouvera lors des finales NBA les Dallas Mavericks, qui la veille avaient bouclé leur série face au Oklahoma City Thunder sur le même score (4-1). Comme ça au moins, pas de jaloux... Les Bulls peuvent s'en vouloir, pas de s'être inclinés face à cette équipe de Miami qui est devenue redoutable dans ces playoffs, mais d'avoir encore une fois manqué le coche dans le money-time alors qu'ils menaient de douze points 3'14" de la fin (77-65). Mais si le staff du Heat a tout fait pour réunir l'été dernier Dwyane Wade, LeBron James et Chris Bosh, c'est aussi pour que la bande coachée par Erik Spoelstra soit capable de réécrire en quelques secondes un scénario qui paraissait pourtant gravé dans le marbre. "Je pense que l'expérience a joué, a d'ailleurs reconnu sur ESPN.com l'entraîneur des Bulls. On avait le match en main mais on n'a pas su conclure." Il faut dire que les trois All-Stars d'en face ne leur ont pas trop laissé le choix. Car dans le sillage de "King James", qui a planté deux tirs primés pour revenir d'abord (72-77), pour égaliser ensuite (79-79), Miami a terminé la rencontre sur un cinglant 18-3. Dallas invaincu face à Miami depuis... les finales NBA de 2006 Auteur de 28 points, 11 rebonds et 6 passes, LeBron James a été tellement écoeurant qu'il s'est même payé le luxe de contrer son successeur au titre de MVP, Derrick Rose, qui a tenté d'égaliser à longue distance à la dernière seconde. Une fin de rencontre cauchemardesque pour le meneur de Chicago (25 points, 5 rebonds, 8 passes), qui a loupé plusieurs shoots, offert une interception à "LBJ" et raté un lancer franc qui aurait pu permettre aux Bulls d'égaliser (80-81). "A la fin, c'est de ma faute, a-t-il plaidé. Des pertes de balle, des tirs ratés, des fautes.... La série est terminée." Avec 21 points et 6 rebonds, Dwyane Wade n'y est pas innocent. Chris Bosh, qui a compilé 20 points et 10 rebonds, non plus. "Il n'y a pas de sentiment de soulagement, a déclaré LeBron James après le match. Nous avons encore du travail à faire. Nous allons profiter de ce moment ce soir (jeudi), prendre un peu de temps demain pour le digérer, prendre conscience de ce que nous venons d'accomplir. Mais nous allons très vite nous préparer pour Dallas." Reste donc à voir si les "Tres Amigos" sauront prendre la mesure de l'impressionnant collectif des Mavericks, porté par l'homme-machine Dirk Nowitzki. Mais a priori, le Heat a toutes les armes pour s'en sortir contre une équipe qu'il n'a toutefois plus battue depuis... les finales NBA de 2006.