Le Heat décolle

  • A
  • A
Le Heat décolle
Partagez sur :

Après un premier succès à Philadelphie l'avant-veille, consécutif à leur faux départ face à Boston, les stars de Miami ont passé avec mention le second gros test de leur saison en dominant vendredi dans les grandes largeurs le Magic d'Orlando (96-70) dans le sillage d'un bon Dwyane Wade (26 pts, 6 rbds), épaulé par James (15 pts, 6 rbds, 7 p.d.) et Bosh (11 pts, 10 rbds). Enorme triple double pour Rajon Rondo (24 p.d., 10 pts et 10 rbds) avec les Celtics face à New York (105-101).

Après un premier succès à Philadelphie l'avant-veille, consécutif à leur faux départ face à Boston, les stars de Miami ont passé avec mention le second gros test de leur saison en dominant vendredi dans les grandes largeurs le Magic d'Orlando (96-70) dans le sillage d'un bon Dwyane Wade (26 pts, 6 rbds), épaulé par James (15 pts, 6 rbds, 7 p.d.) et Bosh (11 pts, 10 rbds). Enorme triple double pour Rajon Rondo (24 p.d., 10 pts et 10 rbds) avec les Celtics face à New York (105-101). Le match de la nuit: Miami-Orlando 96-70 Cette fois, le test fut probant. Trois jours après leur faux départ à Boston, où l'énorme attente suscitée avait fait "pschitt" à l'occasion d'un revers (88-80) concédé aux Celtics, Miami et ses stars, déjà relancées par leur premier succès à Philadelphie mercredi, ont décollé pour de bon à l'occasion d'un choc majuscule à domicile face à Orlando. On allait cette fois savoir si ce Heat, l'attraction de la saison, était bien faite de ce bois d'exception, qui fait les grandes équipes... Après ce large succès (96-70) sur le Magic, il est sans doute encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur la valeur réelle de cet attelage royal et surtout sur la capacité des trois géants du jeu que sont James, Wade et Bosch à accorder leurs partitions sur la durée. Une chose se dessine en revanche plus clairement pour Orlando, qui à en croire son propre entraîneur, Stan Van Gundy, a du souci à se faire. Cinq mois après, l'échec en finale de la Conférence Est face aux Celtics et surtout ses raisons profondes restent d'actualité... "Nous n'avons pas - et ça ne désigne personne dans notre vestiaire - dans notre effectif les grands joueurs de un contre un. Je veux dire, nous n'avons pas (Dwayne) Wade et (LeBron) James et Paul Pierce et Kobe Bryant. Si bien que si nous voulons bien jouer offensivement, nous devons faire preuve d'une grande rapidité dans le mouvement du ballon. Nous nous devons de déplacer le ballon. Et nous avons échoué dans ce registre contre une très bonne équipe à Boston et nous échouons à nouveau ce soir." Si Dwight Howard, il est vrai dans un jour sans (8 sur 15, 19 pts, tous dans la première période) appréciera sans doute le jugement, Orlando n'a, c'est une évidence, pu que constater les dégâts... Un premier match à domicile et un deuxième succès de la saison pour Miami qui, devant son public, a de fait dominé de la tête et des épaules une équipe du Magic pourtant entrée en fanfare dans la compétition la veille face à Washintgon (112-83). Mais les Wizards n'ont rien à voir avec ce Heat, faut-il le préciser... Une victoire de Miami construite avant tout en défense (25 points concédés après le repos, ndlr), notamment dans un troisième quart-temps fatal aux visiteurs, auteurs d'un terrifiant 8 sur 46 aux tirs sur l'ensemble de la rencontre (4 sur 24 à 3 pts) pour un déficit passant de 6 à 24 unités de retard au tableau d'affichage. Là où derrière Howard, Orlando n'a pu compter sur aucune solution de rechange et surtout pas sur un Vince Carter cantonné à 4 malheureux points (1 sur 5 en 13 minutes), Miami assistait à la solide performance de Dwyane Wade, auteur de 26 points et 6 rebonds. Ses deux accolytes LeBron James (15 pts, 6 rbds, 7 p.d.) et Chris Bosh (11 pts, 10 rbds) le secondaient parfaitement pour créer une différence décisive dans cette seconde période. La richesse des uns qui tranche avec l'isolement plus que jamais vérifié de Dwight Howard à Orlando... Les Français de la nuit: Pas plus que ses partenaires, Mickaël Pietrus n'aura pas échappé au naufrage d'Orlando sur le parquet du Heat avec à l'actif du Français du Magic, malgré 24 minutes de jeu, seulement 5 points et 1 rebond, ternis par la perte de 3 ballons. Dans les autres matches de la nuit, les Boston Celtics on battu New York (105-101) avec 49 points pour le duo Paul Pierce-Kevin Garnett. Pour les Knicks, Ronny Turiaf a été discret lors de ses 22 minutes sur le parquet avec 6 points, 3 passes, 4 rebonds et 2 contres. Emmenés par Boris Diaw (13 points, 8 passes décisives, mais 4 pertes de balles), les Charlotte Bobcats ont échoué sur le fil à domicile face à Indiana (101-104). Enfin, Johan Petro se contente en 7 minutes de présence sur le parquet d'1 rbd, 1 p.d., 1 ctr., mais goûte la victoire avec New Jersey face à Sacramento (106-100). A Dallas, Ian Mahinmi n'a pas eu droit au chapitre lors de la défaite à domicile des Mavericks contre Memphis (91-90). Alexis Ajinça et Rodrigue Beaubois, toujours convalescents, ne figuraient pas sur la feuille de match. La stat: 24 Comme les 24 passes décisives dont Rajon Rondo a gratifié ses partenaires des Celtics à l'occasion de la victoire (105-101) de Boston face à New York. Une performance assortie de 10 points et 10 rebonds, qui signent un triple double colossal. Seuls cinq joueurs depuis 1987 ont fait mieux que Rondo dans ce registre en saison régulière. Scott Skiles reste intouchable (30), suivi par John Stockton (28), Nate McMillan (25), Kevin Johnson (25), Jason Kidd (25). Avec ses 24 unités compilées vendredi, Rondo rejoint Ramon Sessions et Magic Johnson.