Le Havre passe la quatrième

  • A
  • A
Le Havre passe la quatrième
Partagez sur :

Victorieux de Tours (4-3)lors d'un superbe match de clôture de la 25e journée, Le Havre s'est replacé à hauteur d'Evian Thonon, troisième de Ligue 2 mais avec une différence de buts moins favorable, les laissant à la quatrième place. Au terme d'un match engagé au cours duquel ils ont été menés à deux reprises avant de prendre l'avantage, les Havrais se sont enfin montrés performants offensivement. Le club doyen peut croire en ses chances de montée...

Victorieux de Tours (4-3) lors d'un superbe match de clôture de la 25e journée, Le Havre s'est replacé à hauteur d'Evian Thonon, troisième de Ligue 2 mais avec une différence de buts moins favorable, les laissant à la quatrième place. Au terme d'un match engagé au cours duquel ils ont été menés à deux reprises avant de prendre l'avantage, les Havrais se sont enfin montrés performants offensivement. Le club doyen peut croire en ses chances de montée... "Se lâcher un peu plus". Interrogé par notre site cette semaine, l'entraîneur havrais, Cédric Daury, ne cachait pas son envie de voir son collectif se libérer. Un moyen aussi d'ajouter à une bonne défense, la meilleure de Ligue 2 avant ce match, une attaque enfin à la hauteur des ambitions de montée du club. L'ancien entraîneur castelroussin aura été servi même s'il s'était totalement fourvoyé sur la physionomie de la rencontre qu'il imaginait dans la lignée d'un match aller fermé (0-0)... "Tours a un gros potentiel offensif, avec Guié-Guié, Blayac, Diego, et d'autres. Il y a vraiment de bons joueurs qui composent cette équipe, nous confiait-t-il. On va donc essayer de garder la même solidité dont nous avions fait preuve (à l'aller, ndlr) en essayant d'être un peu plus déterminé et créatif en attaque pour essayer de faire la décision". Appliquant à la lettre les consignes, ses joueurs se livrent totalement, Placide étant d'abord peu inquiété. Le Hac se montre, fournissant un jeu au sol intéressant avant de combiner la vitesse de Mendes à l'expérience de Jovial. Tours y a cru Mais c'est bien Tours qui prend l'avantage sur un contre rondement mené par le trio Diego-Guié Guié-Blayac. Arrivé au mercato en provenance de Boulogne, Blayac est bien lancé par Guié Guié et place sa frappe croisée hors de portée de Placide (1-0, 14e). Surpris, Le Havre ne tarde pas à réagir et égalise cinq minutes plus tard. Sur un long coup franc mal perçu par la défense tourangelle, Blayac récupère aux six mètres, peine à contrôler le rebond du ballon mais parvient à se retourner. L'ancien Toulousain place une belle reprise du gauche en pivot dans la lucarne droite de Sopalski (1-1, 19e). Le match se ferme alors quelque peu... avant de repartir tambour battant après la pause. Et alors que le Hac n'avait jusque-là encaissé que six buts à domicile, Tours surprend de nouveau le public de Deschaseaux. Guié Guié dévie un corner tendu, prolongeant le ballon au second poteau. Seul, Saidi y trompe Placide d'une belle tête à bout portant (2-1, 49e). Daniel Sanchez croit tenir une troisième victoire en quatre matches, synonyme de retour sur un podium quitté au soir de la 18e journée après un bel été. Plaisante, la rencontre se transforme en succession de contres, le KO étant tout proche. Un scénario idéal pour Mendes, le Cap-Verdien faisant valoir sa vitesse pour trouver Alla devant la surface. Le Havrais transmet pour Jovial qui place une merveille de frappe enroulée. Se détendant bien, Sopalski ne peut qu'effleurer, voyant le ballon finir sa course dans la lucarne opposée (2-2, 58e). Le Havre rebondit, et ne tarde pas à prendre à son tour l'avantage, Nestor se mêlant à la tête à la fête sur un corner à la trajectoire mal perçue par Sopalski (3-2 68e). Mais, puisque cette rencontre est devenue folle, Le Havre montre une nouvelle fois une inhabituelle fébrilité défensive, commettant un énième oubli. Trop pour Genevois qui remet les pendules à l'heure sur corner (3-3, 83e). On se dit alors que cette rencontre débridée, propre à séduire le président de la FFF Fernand Duchaussoy, présent dans les travées, ne mérite pas de voir une équipe s'incliner. Pas l'avis de Jovial qui cueille les Tourangeaux sur l'engagement, plaçant le ballon entre les jambes de Sopalski (4-3, 84e). Cédric Daury peut souffler et voir dans ce nouvel élan offensif combiné à une certaine force de caractère quelques motifs d'espoir. Nul doute toutefois que l'entraîneur havrais préférerait davantage de rigueur, nécessaire pour viser la montée. Tant pis pour le spectacle...