Le HAC se met hors course

  • A
  • A
Le HAC se met hors course
@ Maxppp
Partagez sur :

LIGUE 2 - Après la défaite à Metz (2-0), la Ligue 1 s'éloigne pour Le Havre.

LIGUE 2 - Après la défaite à Metz (2-0), la Ligue 1 s'éloigne pour Le Havre. Le Havre voyage plutôt mal cette saison. Et la tendance, quelque peu nuancée ces dernières semaines, alors que le club normand était parvenu à prendre un point à Angers et à Nîmes après quatre revers de rang hors de ses bases, s'est confirmée ce lundi. Crédité d'une seule victoire jusqu'alors en 2010 – pour un maigre bilan de six points empochés en sept matches – le HAC s'est laissé surprendre sur le terrain d'un FC Metz qui le devançait déjà de quatre longueurs au classement. Un résultat forcément embarrassant. Préoccupant même, puisque les Messins ont ainsi conforté leur position de troisième, derrière des Caennais et des Brestois qui avaient laissé échapper des points vendredi (0-0 face à Strasbourg et 1-3 contre Sedan), abandonnant au sixième rang des Havrais devancés désormais par les Nîmois et les Lavallois, et relégués à sept unités du podium. Et pourtant, les Lorrains ont peiné à imposer leur loi, ce soir, sur la pelouse du Stade Saint-Symphorien. Johansen frappe deux fois En quête d'une victoire à l'extérieur depuis le 26 octobre dernier, les Normands attaquent la rencontre tambour battant, à l'image de cette audacieuse volée d'Anin décochée dès la première minute. Le symbole de la niaque d'une formation havraise qui, à force d'abnégation, finit par se créer la plus belle occasion de la première période, alors que Mesloub et Giglitotti déboulent au devant de Marichez. En vain puisque l'ancien Istréen oublie son comparse et frappe directement dans les gants du portier messin (19e). Secoués devant leur public, les Grenats tardent à répliquer, en dépit d'une bonne tête de Mendy (28e), mais trouvent finalement la faille juste avant le repos, non sans un coup de pouce d'Aït-Ben-Idir. Coupable d'un tacle viril à l'encontre de Gueye sur la ligne des 18 mètres, le Havrais ne laisse d'autre choix à monsieur Auroux que d'accorder un pénalty à Johansen. Une offrande que l'ancien Strasbourgeois convertit avec sang froid (1-0, 42e). Mendy manquant le but du break dans la foulée, repris in extremis dans la surface par Kana-Biyik (45e). Après la pause, Omotoyossi y va lui aussi de sa vendange, ratant en position idéale le cadre de Placide (46e). Puis Wiltord se rappelle à ses meilleurs souvenirs en profitant d'une erreur d'inattention de Kana-Biyik pour allumer le portier international Espoirs (53e). En dépit d'une série de contres menés à grandes enjambées mais toujours mal conclus, les Lorrains s'exposent à un improbable retour de leurs hôtes en fin de match. Une déconvenue que Marichez leur épargne tandis qu'il sort avec autorité dans les pieds de Mesloub (80e). Finalement, les Grenats bénéficieront d'un deuxième pénalty, plutôt généreux celui-là, pour une faute présumée de Placide sur Johanson dans le temps additionnel. Celui-ci se fera justice lui-même (2-0, 93e), assurant ainsi les Messins d'une quatrième victoire en cinq matches. Un succès de plus qui permet aux hommes d'Yvon Pouliquen de compter dorénavant quatre points d'avance sur Nîmes, le quatrième.