Le Grand Chelem pour Muffat

  • A
  • A
Le Grand Chelem pour Muffat
Partagez sur :

Sur la lancée de ses victoires sur 100, 200 et 800 mètres nage libre, Camille Muffat a terminé en beauté ses championnats de France en grand bassin. Dimanche, à Strasbourg, la Niçoise a dominé le 400 mètres nage libre, laissant Coralie Balmy et Ophélie-Cyrielle Etienne loin derrière elle. Chez les messieurs, Sébastien Rouault a survolé le 1500 mètres, tout comme Camille Lacourt sur le 50m dos. Enfin, Florent Manaudou s'est qualifié pour Shanghai sur 50m papillon.

Sur la lancée de ses victoires sur 100, 200 et 800 mètres nage libre, Camille Muffat a terminé en beauté ses championnats de France en grand bassin. Dimanche, à Strasbourg, la Niçoise a dominé le 400 mètres nage libre, laissant Coralie Balmy et Ophélie-Cyrielle Etienne loin derrière elle. Chez les messieurs, Sébastien Rouault a survolé le 1500 mètres, tout comme Camille Lacourt sur le 50m dos. Enfin, Florent Manaudou s'est qualifié pour Shanghai sur 50m papillon. C'est définitivement acquis, Camille Muffat est entrée dans une nouvelle dimension. La quatrième, la sienne. Toute la semaine, à Strasbourg, théâtre des championnats de France en grand bassin, la Niçoise s'est plus battue contre le temps que contre ses adversaires. Depuis son titre mondial sur le 200 mètres en petit bassin, à l'automne dernier à Dubaï, sa première consécration internationale, Muffat est devenue une autre nageuse,insatiable. La nouvelle reine du crawl en France, ancienne spécialiste du 4 nages qu'elle a définitivement bien fait de mettre de côté, voulait avant tout faire descendre les chronos cette semaine. Les titres nationaux, qu'elle a collectionnés en Alsace, ne lui suffisent pas. Ou plus. La preuve avec sa réaction à l'issue sa victoire sans appel sur le 400 mètres nage libre, qui lui assurait le Grand Chelem sur le sprint et le demi-fond (100, 200, 400, 800 mètres). "Je suis un peu déçue du temps (4'05''70)", a confié sur Eurosport la protégée de Fabrice Pellerin, tenant ainsi le même discours qu'après son titre sur le 200, samedi. "J'aurais pu nager plus vite. Mais j'ai tout de même réussi ce que je voulais faire, gagner les 4 courses, avec un temps honorable." Muffat peut se projeter avec sérénité vers les Mondiaux de Shanghai, où elle nagera évidemment le 200 et le 400, tout en choisissant entre le 100 et le 800. Un luxe que n'a pas Coralie Balmy. La championne de France 2010, deuxième en 4'09''78, rate encore les minima en individuel. La nageuse toulousaine ne s'alignera cet été que sur le relais 4x200 mètres. Et Manaudou qui font 21 Chez les messieurs, les patrons ont assuré le coup. Sébastien Rouault s'est facilement imposé sur le 1500 mètres nage libre, en 15'07''10. Le champion d'Europe de la distance était visiblement trop fatigué pour aller chercher les 14'55'' qui lui avaient permis de goûter à l'or à Budapest l'été dernier. "Je n'ai pas vraiment pris de plaisir sur cette course. J'ai tenté le coup (le record de France, ndlr), mais ça été dur. Je suis content que ces championnats soient finis", a soufflé Rouault, qui cumulera les distances à Shanghai (400m, 800m, 1500m nage libre), tout comme Camille Lacourt. Déjà dominateur sur le 100 mètres dos, le Marseillais s'est imposé sur le 50, avec un excellent chrono de 24''36, pas très éloigné de celui qui lui avait permis d'être champion d'Europe l'été dernier (24''07). "Je ne suis pas encore au top, mais je suis satisfait du résultat", a confié Lacourt. En revanche, la déception est de mise pour Jérémy Stravius. Pourtant auteur d'un départ canon, l'Amiénois a échoué à trois malheureux centièmes des minima pour Shanghai (25''19 contre 25''16). Il devra se contenter du 200m dos, et du relais 4x200 mètres. Enfin, ces championnats de France se sont achevés avec le 50 mètres papillon et une grande joie pour le clan Manaudou. Le titre est revenu à Frédérick Bousquet (23''60), mais le compagnon de Laure ne sera pas seul sur la distance en Chine puisque Florent Manaudou, meilleur temps des séries ce matin, s'est qualifié pour sa première grande compétition internationale en réalisant exactement le temps des minima (23''66). Manaudou est donc le 21e et dernier nageur à obtenir son ticket pour les Mondiaux, "une très bonne nouvelle" selon le DTN Christian Donzé, qui tire "un bilan positif" de cette semaine, "sur les bases solides de Budapest". Si l'on excepte la non-qualification d'Alain Bernard sur le 100 mètres, et le zéro pointé pour Amaury Leveaux (3e du 50m papillon dimanche), les têtes d'affiche de la natation tricolore ont tenu leur rang à Strasbourg.