Le GP du Japon dans le rétro

  • A
  • A
Le GP du Japon dans le rétro
Partagez sur :

Sebastian Vettel n'a pas manqué le rendez-vous de Suzuka, en décrochant au Japon le dernier point qui lui était nécessaire pour conquérir officiellement sa deuxième couronne de champion du monde d'affilée. Quant à Jenson Button, le Britannique a fait un très beau vainqueur, lui qui s'est montré globalement le plus rapide tout au long du week-end. Découvrez tout ce qu'il faut retenir de cette 15e manche de la saison.

Sebastian Vettel n'a pas manqué le rendez-vous de Suzuka, en décrochant au Japon le dernier point qui lui était nécessaire pour conquérir officiellement sa deuxième couronne de champion du monde d'affilée. Quant à Jenson Button, le Britannique a fait un très beau vainqueur, lui qui s'est montré globalement le plus rapide tout au long du week-end. Découvrez tout ce qu'il faut retenir de cette 15e manche de la saison. LE MOMENT CLÉ : Les qualifications Tout s'est joué là, forcément. A partir du moment où Sebastian Vettel avait décroché la pole, seule une casse mécanique pouvait le priver de son deuxième sacre d'affilée lors de la course à Suzuka. La manière dont l'Allemand a été chercher la première place sur la grille, avec neuf millièmes d'avance sur Jenson Button, est sa plus belle preuve de panache du week-end, alors que sa course conclue en 3e position n'a pas été sa plus affriolante de l'année. Si son équipe a clairement ralenti le rythme à la radio et lors des arrêts au stand, elle avait visiblement laissé le champ libre à "Baby Schumi" le samedi. "Pour être honnête, la course n'a pas pris le chemin qu'on aurait voulu, déclarait-il après le Grand Prix, dans des propos relayés par le site de la F1. Mais les qualifications avaient déjà suggéré qu'il y aurait une compétition acharnée." Pour une fois, il serait de bon ton de se souvenir du samedi, et pas seulement du dimanche. Histoire de ne pas galvauder l'immense performance du champion. DANS LE BAQUET DE : Fernando Alonso Pas si loin du meilleur pilote du week-end, à savoir Button, Fernando Alonso a réussi sa course. Peut-être même éprouve-t-il quelques regrets, à l'heure de faire le bilan de son Grand Prix. Classé 2e derrière Button, l'Espagnol n'échoue qu'à 1"160 du Britannique, après avoir gagné trois places par rapport à sa position de départ sur la grille. "C'est une vraie motivation avant les quatre dernières courses. A l'inverse de plusieurs autres courses, notre rythme nous permettait cette fois de jouer la gagne." Passé 3e après son premier arrêt, il a parfaitement su gérer l'usure de ses pneus pour doubler Vettel suite à son deuxième passage au stand. Heureux et confiant, le "Taureau des Asturies" voit la suite d'un bon oeil. "On va essayer de recommencer en Corée, où on visera la victoire, ou au moins un nouveau podium." LA PERF : Jenson Button Avec ses trois meilleurs temps lors des essais libres, puis sa quasi pole le lendemain, Button s'est constamment positionné comme un candidat très crédible à la victoire finale. Et le pilote McLaren a répondu présent, en profitant du long premier arrêt de Vettel au stand pour ne plus jamais lâcher les rênes (hormis à l'occasion de ses propres arrêts). "Cette victoire est incroyable. Se battre pour reconquérir la première place était tellement satisfaisant, vu l'excellent comportement de la voiture ici. C'est un succès empli d'émotion." En décrochant sa troisième victoire de la saison, Button devient le premier pilote derrière Vettel, en plus d'accroître légèrement son avance sur Alonso dans la course au titre honorifique de vice-champion. L'écart est désormais de huit points entre les deux hommes, et la lutte promet d'être acharnée. LA STAT : 17 Un titre ne s'acquiert jamais par hasard, c'est entendu. Parmi la pléthore de statistiques et de records battus, qui ne cessent d'accompagner les divers louanges délivrés à Vettel depuis la fin de la course, une performance attire peut-être un peu moins l'oeil que les autres, mais se montre pourtant ô combien révélatrice de la régularité du garçon: depuis le début de la saison, l'Allemand est le seul à être entré dans les points lors de chaque course, donc à avoir terminé. Ce qui prouve aussi bien la fiabilité de la Red Bull que le savoir-faire du pilote. En plus des 15 courses de cette année, Vettel peut y ajouter les deux dernières de la saison 2010, à Interlagos puis Abu Dhabi, pour porter à 17 sa série en cours de Grands Prix achevés dans les points. En option, "Baby Schumi" n'a jamais fait pire que la 4e place, une fois au GP d'Allemagne. Toutes les autres ont été conclues par un podium. Ce n'est pas fort. C'est très, très fort. LA SORTIE DE PISTE : Lewis Hamilton Le contraste avec son coéquipier est de plus en plus saisissant. L'enfant de McLaren n'est plus monté sur le podium depuis cinq courses et s'est encore retrouvé au milieu d'une bisbille avec Felipe Massa. Sauf que cette fois, l'accrochage - léger - semble clairement de son fait, même si les commissaires sont restés cléments en ne pénalisant pas le champion du monde 2008. "Je ne sais pas ce qu'il s'est passé", s'est-il contenté de déclarer après la course. Certes classé 5e au final, Hamilton est apparu assez aigri tout le week-end, notamment après les qualifications. Malgré son 3e temps, le Britannique semblait particulièrement agacé par rapport à la performance de son coéquipier. Plus calme à l'issue du Grand Prix, Hamilton a fini par se faire une raison. "C'était décevant, mais Button a fait un super travail, il méritait vraiment de gagner. Ce n'était pas la même chose pour moi." Il lui reste quatre manches pour retrouver la sérénité, et répondre sur la piste. LA PHRASE: "C'est un domaine dans lequel je pense être encore meilleur que Vettel", de Michael Schumacher Mais de quoi parle "Schumi" ? Même si on connaît la légendaire confiance en soi du septuple champion du monde, ça ne peut pas être sur la piste, impossible... Et effectivement, ça n'a rien à voir, puisque Schumacher parle en fait de la descente de... bière. "J'espère qu'on va vite se retrouver autour d'une bière, c'est un domaine dans lequel je pense être encore meilleur que Vettel !" Bien entendu, la légende avait auparavant pris soin de féliciter chaleureusement son cadet, plus jeune de 18 ans. "Je suis très ému de le voir à nouveau sacré. Je suis vraiment heureux pour lui, et même un peu fier." Le passage de témoin est définitivement entériné entre les deux pilotes allemands et "Baby Schumi" semble bel et bien avoir tué le père. Même si les deux hommes n'ont jamais vraiment été liés au cours de leurs carrières, la filiation est rapidement apparue comme le nez au milieu de la figure. Et ni l'un ni l'autre ne l'ont jamais reniée...