Le GP de Hongrie dans le rétro

  • A
  • A
Le GP de Hongrie dans le rétro
Partagez sur :

Le triomphe de Jenson Button pour son 200e départ en F1, la course rocambolesque de Lewis Hamilton finalement quatrième, la nouvelle tactique de Vettel se contentant de la deuxième place pour conforter sa place au championnat ou encore l'incendie de la Renault de Heidfeld, le Grand Prix de Hongrie a une fois n'est pas coutume été des plus spectaculaires. Retrouvez l'essentiel de cette onzième manche du championnat du monde.

Le triomphe de Jenson Button pour son 200e départ en F1, la course rocambolesque de Lewis Hamilton finalement quatrième, la nouvelle tactique de Vettel se contentant de la deuxième place pour conforter sa place au championnat ou encore l'incendie de la Renault de Heidfeld, le Grand Prix de Hongrie a une fois n'est pas coutume été des plus spectaculaires. Retrouvez l'essentiel de cette onzième manche du championnat du monde. LA STAT : 4 comme le nombre de victoires de Jenson Button chez McLaren. Depuis son arrivée au début de la saison 2010, le pilote britannique s'est imposé à quatre reprises (Australie et Chine en 2010, Canada et donc Hongrie en 2011) à chaque fois lors de courses se déroulant sous la pluie ou perturbées par des averses... Le champion du monde 2010 est un expert pour s'imposer entre les gouttes malgré deux petites erreurs au virage 2 lors de son mano à mano avec Hamilton. Sans conséquences d'autant qu'il s'est montré excellent dans la foulée pour ménager ses pneus et boucler 28 tours avec le même train pour rallier l'arrivée devant Vettel. Le tout pour son 200e Grand Prix. Chapeau ! DANS LE BAQUET DE : Lewis Hamilton. Le pilote britannique a tout vécu au Hungaroring. Prenant les commandes au 5e tour, le champion du monde 2009 aura, par intermittence, mené la course durant 36 tours sur un total de 70. Pour ne finir que quatrième...La faute à une première erreur en piste, un tête à queue en supertendres lui coutant une position face à Button, une erreur de stratégie de son équipe misant sur des pneus intermédiaires alors que la piste allait continuer de s'assécher puis une pénalité (passage par les stands) en raison de sa manoeuvre pour repartir rapidement après son tête à queue... Dur, dur mais le Britannique s'est battu jusqu'au bout avalant Massa puis Webber pour sauver les points de la quatrième place. LA PERF : Sebastien Buemi : On soulignera la performance d'ensemble des Toro Rosso qui place pour la deuxième fois de la saison ses deux monoplaces dans les points (Buemi 8e, Alguersuari 10e). La première fois était au Canada, là aussi sous la pluie mais avec un Grand Prix comportant davantage d'abandons (7 contre 4 ce week-end). Mais c'est surtout le Suisse qui a impressionné en gagnant 15 places durant la course. Pénalisé de cinq places sur la grille de départ à l'issue du Grand Prix d'Allemagne, le deuxième du GP2 Asie en 2008 est parti 23e mais était déjà 14e au premier tour. Economisant ses pneus, tirant partie d'une stratégie parfaite tout en s'accrochant sur le sec malgré une monoplace réglée pour la pluie, Buemi termine finalement huitième grâce notamment à un dépassement audacieux sur Kobayashi puis en résistant à Rosberg... Une grande performance, idéale pour rassurer le Suisse qui n'avait pas inscrit de points depuis le Canada et qui reprend l'ascendant sur Alguersuari. LA PHRASE : "Je me sens très affamé pour gagner des courses, un point c'est tout." Sebastian Vettel, sur le site de la FIA. Le leader du championnat du monde a démenti toute nouvelle stratégie visant à davantage gérer son avance au championnat face à des McLaren plus performantes. "Je ne calcule pas quand je pilote en course, a assuré l'Allemand en conférence de presse dimanche. Je ne pense qu'à essayer de gagner. C'est pourquoi je suis content mais pas entièrement. Je pense que nous avions une chance de gagner cette course et nous ne l'avons pas exploité, donc nous devons étudier cette question." LA SORTIE DE PISTE : Malheureux Heidfeld !Tancé par son patron Éric Boullier après un nouveau Grand Prix bredouille en Allemagne, le pilote Renault avait été privé de séances d'essais libres de vendredi, remplacé par Bruno Senna. Absent en Q3 (comme Petrov, 12e), 14e sur la grille de départ, l'Allemand avait déjà perdu deux places à l'issue du premier tour. Promis à une course anonyme, l'ancien pilote BMW a pourtant eu très chaud. Son arrêt au stand s'éternisant en raison d'un écrou mal vissé, un composant d'un échappement a connu une surchauffe, l'Allemand ayant en plus augmenté le régime moteur de sa R31. Repartant avec une monoplace dégageant une fumée inquiétante, Heidfeld s'est arrêté à la sortie de la voie des stands, sa F1 prenant feu. Le pilote Lotus-Renault n'a pas trainé pour quitter le brasier, rendu en plus dangereux par l'explosion de la batterie du KERS, blessant un commissaire à une jambe. Quand ça ne veut pas...