Le GP de Corée dans le rétro

  • A
  • A
Le GP de Corée dans le rétro
Partagez sur :

Sebastian Vettel est insatiable. L'Allemand, déjà assuré du titre mondial, a enfoncé le clou en remportant le Grand Prix de Corée dimanche. Sa victoire, conjuguée à la troisième place de Mark Webber, offre le titre des constructeurs à Red Bull. Lewis Hamilton a fait son retour au premier plan alors que Toro Rosso a impressionné. Découvrez tout ce qu'il faut retenir de cette 16e manche de la saison.

target=_blank>Sebastian Vettel est insatiable. L'Allemand, déjà assuré du titre mondial, a enfoncé le clou en remportant le Grand Prix de Corée dimanche. Sa victoire, conjuguée à la troisième place de Mark Webber, offre le titre des constructeurs à Red Bull. Lewis Hamilton a fait son retour au premier plan alors que Toro Rosso a impressionné. Découvrez tout ce qu'il faut retenir de cette 16e manche de la saison. LE MOMENT CLÉ : Vettel se débarrasse d'Hamilton d'entrée Le désormais double champion du monde n'a pas mis longtemps à assurer ses arrières. Privé de la pole par Lewis Hamilton, le premier à griller la politesse le samedi à des Red Bull jusque-là impériales dans l'art du chrono, Vettel s'est rattrapé dès le premier tour dimanche. Si Hamilton avait su résister dans le premier virage puis en fermant parfaitement l'intérieur au virage 3, le plus gros freinage du circuit et un point clé pour dépasser, il ne pouvait rien en revanche à l'épingle suivante, Vettel se déportant parfaitement pour le déborder. Impérial. La suite n'aura été qu'un nouveau cavalier seul, uniquement interrompu par l'intervention de la voiture de sécurité et son arrêt au 34e tour permettant à Alonso de prendre les commandes durant un tour. L'Allemand voulait marquer le coup, une semaine après s'être "contenté" de la troisième place à Suzuka pour assurer le titre. Sa victoire conjuguée à la 3e place de Webber assure la couronne des constructeurs à Red Bull. DANS LE BAQUET DE : Lewis Hamilton Remis en question par la presse anglaise, critiqué suite à ses nombreux accrochages, le Britannique a parfaitement répondu en Corée du Sud en étant le seul à pouvoir rivaliser avec les Red Bull. Sa pole position, interrompant enfin la domination outrageuse de la firme autrichienne, était lourde en symbole. Sa course a montré une maitrise retrouvée, parfaite pour résister aux assauts de Mark Webber et s'offrir la deuxième place à Yeongnam. Son duel avec l'Australien a été l'un des moments forts du week-end. Le champion du monde 2008 peut encore rêver d'améliorer son actuelle cinquième place au classement des pilotes puisque Webber est à 13 points, Alonso 16. Le tout à trois Grand Prix de la fin de la saison. LA SORTIE DE PISTE : Petrov harponne Schumacher Quelle mouche l'a piqué ? Difficile de saisir la pertinence de la manoeuvre du Russe au 17e tour... Freinant très (trop) tard au virage 3, le pilote Lotus Renault a complètement manqué son coup et, ne pouvant virer convenablement, fini sa course dans la Mercedes d'un Schumacher bien malheureux sur ce coup. Fernando Alonso s'en sort de justesse au prix d'une belle visite à l'extérieur du virage. L'avant totalement détruit, Petrov a dû se résoudre à l'abandon comme Schumacher... Après un bon début de saison, le Russe n'a inscrit que cinq points sur les neuf dernières courses. LA PERF' : TORO ROSSO Est-ce l'effet Vergne ? Privé de volant vendredi par le jeune Français testé par Toro Rosso, Jaime Alguersuari a réalisé une superbe course dimanche, terminant à la 7e place, quatre de mieux que sa position sur la grille. Buemi prend lui les deux points de la 9e place, suffisant pour permettre à l'écurie basée à Faenza de revenir dans les échappements de Sauber au classement constructeurs (3 points). LA STAT : 10 Et de dix pour Renault ! Le sacre de Red Bull chez les constructeurs fait aussi le bonheur de son motoriste français, sacré pour la dixième fois (5 avec Williams, 1 avec Benetton, 2 sous son nom propre avec châssis Renault et 2 avec Red Bull). Le V6 de Vélizy a fait des merveilles cette année, bien intégrée au sein d'une RB7 parfaitement conçue par Adrian Newey. Aucune casse moteur n'est à déplorer. LA PHRASE : "C'est la course" par Michael Schumacher au site officiel de la F1. Le septuple champion du monde était fataliste après son abandon. "C'est une autre fin malheureuse pour une course qui aurait pu être encourageante aujourd'hui. C'est vraiment dommage car la voiture était de nouveau très bonne en configuration course et j'avais déjà gagné quelques positions. Il aurait été intéressant de voir ce qui était possible, et je pense que nous aurions certainement pu prendre quelques points ce qui concerne l'incident, je n'ai pas vu Vitaly (Petrov, ndlr) venir. J'étais juste soudainement tourné dans une direction où je n'avais pas l'intention d'aller, et puis j'ai vu mon aile arrière pendant. C'est regrettable mais ces choses se produisent lorsque vous vous battez. C'est la course".