Le festival du Maroc

  • A
  • A
Le festival du Maroc
Partagez sur :

Le Maroc a fait un grand pas vers la qualification pour la CAN 2012, en disposant de l'Algérie (4-0) samedi à Marrakech. Les Lions de l'Atlas ont pris une revanche éclatante après le match aller perdu à Annaba. Les hommes d'Eric Gerets prennent la tête du groupe D avec trois points d'avance sur les Fennecs, sonnés par la démonstration des Marocains.

Le Maroc a fait un grand pas vers la qualification pour la CAN 2012, en disposant de l'Algérie (4-0) samedi à Marrakech. Les Lions de l'Atlas ont pris une revanche éclatante après le match aller perdu à Annaba. Les hommes d'Eric Gerets prennent la tête du groupe D avec trois points d'avance sur les Fennecs, sonnés par la démonstration des Marocains. Il y avait de la revanche dans l'air. Et les Marocains l'ont prise sans discussion aucune. Deux mois après une défaite sur un penalty litigieux à Annaba, le Maroc a disposé facilement de l'Algérie (4-0) samedi, lors de la 4e journée des éliminatoires de la CAN 2012. Dans le stade flambant neuf de Marrakech, loin de la ferveur de Casablanca ou Rabat, les Lions de l'Atlas ont pourtant transporté leurs supporters dans l'allégresse, après une partie maîtrisée dans les grandes largeurs. Dans le sillage d'un Benatia omniprésent, la sélection marocaine a parfaitement muselé les velléités algériennes pour s'offrir une victoire importante en vue du voyage au Gabon et en Guinée équatoriale. Ce succès place les hommes d'Eric Gerets en position favorable, dans un groupe D très serré. Avant les deux derniers matches au programme (un déplacement en Centrafrique avant de recevoir la Tanzanie), les Marocains comptent désormais trois points d'avance sur l'Algérie. A la lecture de la physionomie de la rencontre, cet écart est mérité. Depuis le début du rassemblement, le sélectionneur belge avait insisté sur l'envie de ses joueurs. Une détermination qui s'est exprimée sur le terrain, face à une sélection algérienne trop timorée pour exister. Benatia, le talentueux défenseur de l'Udinese, ouvrait logiquement le score avant la demi-heure de jeu en poussant au fond des filets un ballon dévié sur un corner (1-0, 25e). Le joueur formé à Marseille et passé par Lorient délivrait ensuite une passe décisive pour Chamakh, qui doublait la mise d'un plat du pied au ras du poteau (2-0, 36e). Hadji, absent lors du match aller en Algérie et si précieux dans le jeu des Marocains, aggravait le score en partant à la limite du hors-jeu pour tromper le pauvre Mbohli (3-0, 60e). Le public ne tenait plus en place et assistait, admiratif, à la dernière réalisation du match, un but plein de technique et de finesse signé Essaidi, qui s'est joué de la défense algérienne avant de marquer dans un angle fermé (4-0, 72e). Gerets, heureux sur le bord du terrain, pouvait savourer le sentiment du devoir accompli.