Le drôle de jeu de Leonardo

  • A
  • A
Le drôle de jeu de Leonardo
Partagez sur :

Leonardo a tenu une conférence de presse aux allures surréalistes ce jeudi après midi. Attendu à Paris depuis plusieurs semaines, c'est pourtant à Milan que le Brésilien s'est exprimé, niant tout accord avec le PSG. L'ancien entraîneur de l'Inter est surtout revenu sur les conditions de son départ, assurant qu'il était disposé à rester à Milan. Les dirigeants parisiens, eux, patientent encore...

Leonardo a tenu une conférence de presse aux allures surréalistes ce jeudi après midi. Attendu à Paris depuis plusieurs semaines, c'est pourtant à Milan que le Brésilien s'est exprimé, niant tout accord avec le PSG. L'ancien entraîneur de l'Inter est surtout revenu sur les conditions de son départ, assurant qu'il était disposé à rester à Milan. Les dirigeants parisiens, eux, patientent encore... "Il n'y a pas d'accord avec le PSG pour l'instant". Voilà sans doute l'information principale, rapportée par Le Parisien, de la conférence de presse tenue par Leonardo ce jeudi à Milan. Après plusieurs semaines d'atermoiement, entre l'Italie, ses vacances au Brésil et plusieurs entretiens au Qatar avec les nouveaux propriétaires du PSG, Leonardo n'a pas tenu le discours attendu. Le Brésilien, pressenti pour devenir le nouveau directeur sportif du club parisien, s'est en effet surtout contenté de faire ses adieux à l'Inter... Avant de doucher les espoirs des supporters parisiens pour qui ce feuilleton, digne des meilleures sagas télévisées estivales ou des pires, c'est selon, a sans doute déjà trop duré. Revenant surtout sur ses discussions avec l'Inter, Leonardo a insisté sur sa tristesse à l'idée de quitter Milan, avant de détailler les conditions d'un départ qui paraît, au vu de ses déclarations, presque forcé. "Je n'ai pas trahi l'Inter, a ainsi appuyé l'ancien Milanais dans des propos repris par La Gazzetta dello Sport. J'ai organisé mes vacances et la première réunion avec le président pour préparer la nouvelle saison. Vers le 6 ou le 7 Juin, j'ai été invité par les nouveaux propriétaires du PSG, un club avec lequel j'ai des liens forts (il y a joué une saison, en 1996-97, ndlr). Je suis invité à une réunion pour discuter d'un projet d'avenir possible et je refuse. Puis je parle avec Moratti (le président de l'Inter, ndlr) de cette offre. Il me permet d'y aller pour avoir seulement plus d'informations. Je n'ai en effet pas été bloqué. Je vais donc à Doha et j'envisage un rôle, mais je ne peux pas répondre parce que je ne veux pas quitter l'Inter." "Encore tant de choses à discuter..." S'en suit un grand exercice de style, laissant le flou le plus total sur son avenir. "Vinrent les échos d'un appel à Bielsa (qui avait été approché pour devenir le nouvel entraîneur de l'Inter, mais avait refusé, ndlr), qui a déclenché une situation très compliquée et que je n'ai pas voulu commenter. Je n'ai jamais eu affaire avec le Paris Saint Germain jusqu'à il y a trois jours". Difficile donc de démêler une véritable chronologie de discussions débutées en juin, mais, selon Leonardo, bien peu avancées jusqu'à ces derniers jours... Le Brésilien a même enfoncé le clou, sous-entendant qu'il avait longtemps espéré rester à l'Inter: "J'étais disponible jusqu'à la signature de Gasperini à l'Inter, de sorte que, deux fois, Moratti a déclaré que j'aurais également pu rester. J'ai continué à travailler à l'organisation de la saison, aux transferts. Il n y a pas de trahison et il n'y a toujours pas d'accord avec les Français. Aujourd'hui, je n'ai rien à faire à Paris." Sous entendu dans la capitale française, puisque le Brésilien a tout de même consenti, forcé devant l'insistance des journalistes présents, à s'expliquer sur ces négociations avec les Qatariens. "On ne m'a pas fait de proposition financière, je ne sais pas comment ça va se terminer, a avoué le champion du monde 1994 dans des propos repris par Le Parisien. Il y a encore tant de choses à discuter". Annoncée de multiples fois, repoussée presque aussitôt, l'arrivée de Leonardo ne serait donc pas pour demain, sauf énième revirement dû à ces déclarations aux allures de coup de pression mis au PSG. En attendant, le mercato parisien, lui, patiente toujours. A moins d'un mois maintenant de la reprise de la Ligue 1...