Le "Djoker" n'amuse plus Federer

  • A
  • A
Le "Djoker" n'amuse plus Federer
Partagez sur :

Et de trois. Comme à Melbourne et Dubaï, Novak Djokovic a pris pour la troisième fois de la saison le dessus sur Roger Federer (6-3, 3-6, 6-2), samedi, à Indian Wells. Le Serbe, qui demeure invaincu en 2011 après dix-sept matches, tentera dimanche d'empocher déjà son troisième titre de l'année. Pour cela, il devra se défaire du n°1 mondial Rafael Nadal, tombeur lui de Juan Martin Del Potro (6-4, 6-4).

Et de trois. Comme à Melbourne et Dubaï, Novak Djokovic a pris pour la troisième fois de la saison le dessus sur Roger Federer (6-3, 3-6, 6-2), samedi, à Indian Wells. Le Serbe, qui demeure invaincu en 2011 après dix-sept matches, tentera dimanche d'empocher déjà son troisième titre de l'année. Pour cela, il devra se défaire du n°1 mondial Rafael Nadal, tombeur lui de Juan Martin Del Potro (6-4, 6-4). Roger Federer n'a pas fait (beaucoup) mieux que les autres adversaires de Novak Djokovic à Indian Wells. Et, forcément, cela a le don d'agacer le Suisse, battu pour la troisième fois de l'année par le Serbe. Fut un temps où l'homme aux seize levées du Grand Chelem appréciait croiser la route du jeune loup de Belgrade. Mais depuis quelques mois, la tendance s'inverse, même si l'ancien n°1 mondial mène toujours 13-9 à l'issue de cette demi-finale disputée sous le chaud soleil californien. Mais en l'espace de quelques semaines, avec la finale de l'Open d'Australie et celle de Dubaï, l'Helvète a donc plié à trois reprises devant le "Djoker", qui décidément ne fait plus rire personne sur le circuit. Il faut dire qu'il vient de remporter, samedi, son dix-septième match consécutif d'une saison pour le compte de laquelle il est toujours invaincu. Si en Australie et au Qatar, Djokovic n'avait laissé que des miettes à Federer, l'histoire n'a pas été la même sur le sol américain. On aurait pu le croire quand le Serbe s'adjugeait la première manche (6-3) après 44 minutes de jeu. Porté par une immense confiance, conséquence des victoires qui s'empilent, le récent lauréat de l'Open d'Australie a encore joué avec une précision d'orfèvre mais a trouvé à qui parler avec le Suisse. Bien que forcément marqué moralement par ses récents déboires face au n°3 mondial, Federer a su réagir dans la deuxième manche en rendant la monnaie de sa pièce à son adversaire dans un scénario quasi identique mais inversé par rapport à l'acte initial (3-6). Capable d'accélérations fulgurantes mettant à mal la défense de Djokovic, le Bâlois semblait à ce moment-là du match avoir pris un léger ascendant psychologique. Il n'en était rien. En réussissant à prendre trois nouvelles fois l'engagement du Suisse, le Serbe, qui empochait les quatre derniers jeux de la partie, validait un nouveau succès de prestige face à celui qu'il talonnait de seulement 165 points au classement ATP avant le début du Masters 1000. Mais pour mettre la main demain sur son troisième titre de la saison, Djokovic devra obtenir une autre grosse victoire puisqu'il croisera la route du n°1 mondial Rafael Nadal, tombeur avec autorité de Juan Martin Del Potro (6-4, 6-4) un peu plus tôt. S'il mène 16 à 7 dans ses confrontations avec le Serbe, l'Espagnol sait très bien qu'il n'a pas encore croisé en 2011 la route du meilleur joueur actuel.