Le dernier coup de fourchette

  • A
  • A
Le dernier coup de fourchette
Partagez sur :

La Coupe du monde terminée, la presse néo-zélandaise a lancé sa dernière pique contre le XV de France, en dénonçant lundi une hypothétique fourchette infligée par Thierry Dusautoir au capitaine des All Blacks, Richie McCaw. Si le Français n'a pas été cité, le New Zealand Herald tente à nouveau de jeter l'opprobre sur les Bleus. En vain pour le moment.

La Coupe du monde terminée, la presse néo-zélandaise a lancé sa dernière pique contre le XV de France, en dénonçant lundi une hypothétique fourchette infligée par Thierry Dusautoir au capitaine des All Blacks, Richie McCaw. Si le Français n'a pas été cité, le New Zealand Herald tente à nouveau de jeter l'opprobre sur les Bleus. En vain pour le moment. Encore un petit dernier pour la route. Alors que l'équipe de France s'apprête à quitter la Nouvelle-Zélande après près de deux mois de présence sur le territoire, la presse néo-zélandaise a lancé une dernière polémique à l'encontre des Bleus. Alors que les All Blacks sont désormais champions du monde, le New Zealand Herald s'attaque à Thierry Dusautoir et accuse le capitaine du XV de France d'une fourchette à l'encontre de Richie McCaw. "J'ai fait la remarque comme quoi il pourrait y avoir une fourchette, et j'ai eu la confirmation d'une personne proche de l'équipe néo-zélandaise", a expliqué Keith Quinn, légendaire commentateur télé, au micro de Radio New Zealand. Reste que cette affaire aura du mal à aller plus loin, puisque l'IRB a confirmé qu'aucune citation n'avait été émise suite à la finale. "Peut-être que les All Blacks ne pensent qu'à la victoire comme la chose la plus importante, et ils ont été occupés sur trop d'autres choses, tente d'expliquer Quinn, qui remarque que les deux équipes n'ont pas échangé leurs maillots à la fin du match, et que le XV de France n'a pas été cité dans le discours d'après-match. Il n'y a pas eu beaucoup d'affections entre les joueurs, si ?" Pour le commentateur, l'action s'est déroulée en fin de rencontre, et le New Zealand Herald relève que McCaw sort d'un regroupement en se tenant l'oeil, à la 77e minute. "C'est très clair à la TV, on voit qu'il a besoin du staff médical." Mais si Quinn cite une source proche des All Blacks, la Fédération néo-zélandaise a décidé de ne pas commenter l'éventuel incident. Tout comme le staff de l'équipe de France, resté muet suite aux sollicitations du journal local, qui avait notamment accusé Julien Bonnaire du même geste après le premier match. Mais Keith Quinn souhaite en savoir plus. "Je pense qu'on doit enquêter sur cet incident, conclut le journaliste. Etre élu joueur de l'année doit impliquer avoir quelques notions de fair-play." Stu Wilson, ancien capitaine des All Blacks, surenchérit, au micro de Radio New Zealand: "Cet incident, s'il y a un incident, refera surface un jour, et Dusautoir paiera pour ça." Encore faut-il que l'affaire ne fasse pas "pschitt" d'ici là.