Le derby, c'est pour Paris

  • A
  • A
Le derby, c'est pour Paris
Partagez sur :

Le premier derby francilien du millénaire a tourné en faveur du Paris-Levallois face à Nanterre vendredi soir (86-79). Des Parisiens, toujours emmenés par Chatfield (26 points) et Hamilton (24 points et 8 rebonds), qui confirment leur bon début de saison avec ce quatrième succès de rang qui leur ouvre la porte de la Semaine des As. Une 12e journée qui n'a pas souri à Cholet, battu pour la quatrième fois de suite.

Le premier derby francilien du millénaire a tourné en faveur du Paris-Levallois face à Nanterre vendredi soir (86-79). Des Parisiens, toujours emmenés par Chatfield (26 points) et Hamilton (24 points et 8 rebonds), qui confirment leur bon début de saison avec ce quatrième succès de rang qui leur ouvre la porte de la Semaine des As. Une 12e journée qui n'a pas souri à Cholet, battu pour la quatrième fois de suite. Rien ne vaut l'ambiance d'un derby, paraît-il. Et quand celui-ci, dans la tradition du terme, met aux prises deux villes presque voisines (sept kilomètres seulement séparent les salles du Paris-Levallois et de Nanterre), on est au moins assuré d'un déplacement en nombre des supporters adverses. Pour ce premier derby francilien du millénaire, les visiteurs nanterriens ont donc pu compter sur le soutien de leurs fans, qui garnissaient généreusement les travées du Palais des Sports Marcel-Cerdan aux côtés des supporters du PL. Un soutien insuffisant toutefois pour le valeureux promu, qui a longtemps lutté les yeux dans les yeux avec l'équipe surprise de ce premier tiers de saison, avant de céder en fin de troisième quart et de s'incliner au final de sept points (86-79). Les hommes de Christophe Denis glanent au passage un quatrième succès de rang en Pro A qui leur assure une présence à la Semaine des As, du 16 au 19 février à Roanne. Une première pour le club depuis 2005. L'entraîneur parisien, qui réclamait plus de "maîtrise et de sérénité" à son équipe, n'a pourtant dû que très peu goûter la première mi-temps d'un match qui laissait augurer une indécise issue. Avec six points de débours au terme du premier quart (23-17), la JSF, sous l'impulsion de son shooteur Mykal Riley (26 points au final), rendait ainsi coup pour coup à son hôte, lui infligeant même un 8-0 pour prendre momentanément les rênes (31-34, 18e). Mais Eric Chatfield, le meilleur marqueur de Pro A, prenait les choses en main pour atteindre la pause avec déjà 14 points au compteur, avant de poursuivre son entreprise de démolition en deuxième mi-temps (26 points à 4/7 à 3 points et 6 passes décisives). L'ancien Rouennais et les deux autres All-Stars du PL, Lamont Hamilton (26 points et 8 rebonds) et Jawad Williams (19 points), allaient quasiment conclure l'affaire dans le troisième quart, après un 10-0 et un tir primé d'Hamilton (61-54, 38e) dont les troupes de Pascal Donnadieu n'allaient jamais se remettre. "On aura tenu trois quart-temps, soupirait Stephen Brun devant les caméras de Sport +. Ils sont supérieurs athlétiquement et ils surfent aujourd'hui sur cette confiance." Une supériorité bien visible au sein d'un classement où le Paris-Levallois compte désormais cinq victoires de plus que son adversaire du soir, et néanmoins voisin. Un monde. Une 12e et avant-dernière journée de l'année qui a confirmé la montée en puissance des Manceaux, qui recevront les Parisiens mardi et ont eux aussi validé leur billet pour les As. Taylor Rochestie (17 points) et ses partenaires l'ont emporté 89 à 73 à Strasbourg et restent en embuscade au pied du podium, à égalité avec le PL. Ce qui promet pour le choc de mardi. Toujours confortablement installés tout en haut du classement aux côtés de Nancy, Gravelinois et Chalonnais ont poursuivi sur leur lancée pour ce dernier match avant Noël. Les Nordistes s'imposent 68 à 57 au Havre alors que Steed Tchicamboud (15 points et 5 passes) et les siens n'ont laissé aucune chance aux Palois (85-64). Enfin, si l'Asvel a relevé la tête face à Poitiers (82-67) après sa déroute de Nanterre, ça ne s'arrange pas pour Cholet. Les joueurs des Mauges ont subi, face à Dijon (71-88) et malgré un bon Patrick Christopher (15 points et 4 rebonds), un quatrième revers de rang. Ça va commencer à devenir inquiétant.