Le Débat : Ribéry de retour en Bleu ?

  • A
  • A
Le Débat : Ribéry de retour en Bleu ?
Partagez sur :

C'est jeudi à 14 heures que Laurent Blanc communiquera la liste des joueurs sélectionnés pour les rencontres au Luxembourg le 25 mars (éliminatoires de l'Euro 2012) et au stade de France face à la Croatie le 29 (amical). Une liste très attendue, dans la mesure où elle pourrait marquer le retour de certains punis de Knysna, dont Franck Ribéry. La rédaction ouvre du coup le débat: Franck Ribéry a-t-il de nouveau sa place en bleu ?

C'est jeudi à 14 heures que Laurent Blanc communiquera la liste des joueurs sélectionnés pour les rencontres au Luxembourg le 25 mars (éliminatoires de l'Euro 2012) et au stade de France face à la Croatie le 29 (amical). Une liste très attendue, dans la mesure où elle pourrait marquer le retour de certains punis de Knysna, dont Franck Ribéry. La rédaction ouvre du coup le débat: Franck Ribéry a-t-il de nouveau sa place en bleu ? OUI, par Thomas Siniecki, journaliste www.sports.fr Se poser la question du retour de Ribéry chez les Bleus, c'est envisager de se passer du plus grand talent du football français des cinq dernières années. Le Munichois se rapproche de son meilleur niveau, à l'image de son but et ses deux passes décisives face à Hambourg, pour le carton du Bayern Munich lors de la 26e journée (6-0). Dans cette configuration, l'hypothèse de son absence paraît suicidaire pour l'équipe de France. Charge évidemment à Laurent Blanc d'expliquer clairement au joueur les nouveaux codes de la sélection. L'image laissée par Franck Ribéry au sortir du Mondial est celle d'un "caïd", pour reprendre les termes de la ministre des Sports de l'époque, Roselyne Bachelot. Si tant est qu'il en soit réellement un, l'équipe de France n'est plus une cour de récréation où les "caïds" font la loi. Laurent Blanc a remplacé Raymond Domenech et ce changement de patron doit avant tout permettre aux meilleurs joueurs français d'évoluer ensemble. Cette fois, difficile d'imaginer Ribéry réclamer une place sur le côté gauche où Malouda semble installé (même si ce sujet mérite aussi débat...). A droite, le niveau de la concurrence est un autre facteur qui penche nettement en sa faveur. Aujourd'hui, Rémy a une longueur de retard sur Valbuena, dont le profil est très proche d'un Ribéry... loin de son meilleur niveau. "Petit Vélo", lui-même, réclamait le retour du Munichois chez les Bleus, dans les colonnes de La Provence: "C'est un leader, on aura besoin de lui, même si un noyau se forme." Même son de cloche chez Samir Nasri, nouveau maître à jouer de la sélection... Aucune inimitié particulière non plus à signaler entre Karim Benzema et le meilleur joueur français 2007 et 2008, au contraire. Avant le Mondial 2006, mais surtout avant l'Euro 2008 et la Coupe du monde 2010, Franck Ribéry était perçu comme le meilleur atout des Bleus. S'il doit y avoir une exception pour confirmer la règle parmi l'équipe de France du renouveau, autant qu'elle se nomme Ribéry. NON, par Axel Capron, rédacteur en chef www.sports.fr Non, trois fois non ! Certes, Franck Ribéry, longtemps blessé, a retrouvé un niveau acceptable qui en fait un candidat naturel à la sélection, mais le rappeler reviendrait à faire remonter à la surface les souvenirs nauséabonds de Knysna. Quoi qu'il en dise, le milieu du Bayern a été à n'en pas douter un des acteurs majeurs de ce sinistre épisode et quoi qu'en dise Robert Duverne qui, mardi dans Sud Ouest, estimait qu'il n'y avait "pas de malaise" parmi les 23 en Afrique du Sud, la fracture existait bel et bien au sein du groupe. Entretenue, entre autres, par l'ancien Marseillais. L'insouciance des débuts, qui faisait le charme du natif de Boulogne-sur-Mer, a cédé la place en Afrique du Sud à une forme d'arrogance doublée d'une absence de discernement, piteusement illustrée par ses excuses publiques, tongs au pied, sur le plateau de Telefoot. Et sur le terrain, Ribéry, avec ses caprices de pseudo star, a été le fantôme du feu follet si efficace qu'il avait été quatre ans plus tôt en Allemagne. Neuf mois après Knysna, "la page de l'Afrique du Sud n'est pas encore tournée dans l'esprit des Français", comme nous l'a confié mardi la ministre des Sports, Chantal Jouanno. Certes, l'intéressé a le droit, comme tout un chacun, à une seconde chance. Mais pas maintenant, à un moment où Laurent Blanc est en train de redonner une âme aux Bleus avec des jeunes joueurs qui, rassemblement après rassemblement, s'installent peu à peu dans leur nouvelle peau d'international. Or, la personnalité de Ribéry risque d'en brider certains dans leur expression au sein du groupe, tandis que son retour sur le terrain relèguerait sur la touche ceux qui ont justement besoin de confiance pour exprimer tout leur potentiel. On pense notamment à Jérémy Ménez, décisif face au Brésil... Sans oublier un conflit latent avec Yoann Gourcuff, qui risque de miner le groupe de l'intérieur. Bref, l'équipe de France n'a pas (encore) besoin de Ribéry, d'autant que son programme est plutôt "light" fin mars (Luxembourg puis Croatie). Qu'il continue à se rendre indispensable sur le terrain, et on en reparlera en fin de saison...