Le Débat: Lille sera-t-il champion ?

  • A
  • A
Le Débat: Lille sera-t-il champion ?
Partagez sur :

Pour la plupart des observateurs, le Losc développe le football le plus attractif de la Ligue 1. Suffisant pour décrocher le titre de champion de France en fin de saison ? Pour Rudi Garcia, l'entraîneur nordiste, son équipe n'est pas programmée pour cette consécration si tôt. Mais les Dogues sont aujourd'hui installés en tête du classement. Alors, Lille champion de France 2011 ? La rédaction ouvre le débat.

Pour la plupart des observateurs, le Losc développe le football le plus attractif de la Ligue 1. Suffisant pour décrocher le titre de champion de France en fin de saison ? Pour Rudi Garcia, l'entraîneur nordiste, son équipe n'est pas programmée pour cette consécration si tôt. Mais les Dogues sont aujourd'hui installés en tête du classement. Alors, Lille champion de France 2011 ? La rédaction ouvre le débat. OUI - Laurent DUYCK - Sports.fr "Lyon, Marseille, Bordeaux sont des équipes taillées pour le titre. Nous, on n'est pas programmés pour le titre, c'est un peu trop tôt." Voilà comment Rudi Garcia chassait la question en début de saison, l'entraîneur nordiste attendant, comme ses dirigeants, la livraison du nouveau stade à Lille, prévue pour la saison 2012-2013, pour viser plus haut. Une habille manière de botter en touche. Mais qui ne trompe plus. Comme Marseille, Lyon et désormais Paris, plus que Bordeaux, le Losc est clairement identifié comme un candidat au titre. Mieux, les Dogues possèdent aujourd'hui les meilleurs atouts pour être sacrés à l'issue de la saison. A leur crédit, le football le plus séduisant déployé en Ligue 1, avec cette philosophie de marquer un but de plus que l'adversaire. Ça ne date pas d'hier. Mais les Lillois, contrairement aux saisons précédentes, jouent désormais dans la continuité, l'effectif n'ayant que très peu bougé cet été. Mieux, le club nordiste s'est enfin trouvé un tueur aux avant-postes en la personne de Moussa Sow, meilleur réalisateur de Ligue 1 avec 13 buts, venu donner du poids en attaque où Pierre-Alain Frau et Tulio de Melo sont mieux que de simples alternatives. Un secteur enfin à la hauteur du milieu de terrain lillois, le plus complet de l'élite avec Mavuba, Cabaye et Balmont dans l'entrejeu et ses accélérateurs Gervinho et Hazard (sans oublier Obraniak) sur les côtés. Parfois montrée du doigt, la défense est loin d'être d'une passoire et cet ensemble, qui a un vécu d'un an, est à l'abri des trous d'air connus la saison dernière. La première place du Losc est une première preuve. Et si depuis deux ans, un champion d'automne ne fait plus un champion en fin de saison (Lyon doublé par Bordeaux lors de la saison 2008-2009, Bordeaux par Marseille lors de l'exercice 2009-2010), le statut de leader promis à Lille à la trêve est une promesse pour l'avenir. Et demain, c'est déjà 2011. NON - Thomas PISSELET - Sports.fr Il faudrait être malhonnête pour dire que Lille ne pratique pas, à l'heure actuelle, le plus beau - ou le moins laid - jeu de Ligue 1. Est-ce pour autant suffisant à en faire le candidat numéro un au titre de champion de France ? Sans doute pas, sinon le Losc aurait été sacré dès la saison dernière. Avec un milieu de terrain aussi dense que technique, les Dogues ont un atout que ne possède pas la concurrence. Et Moussa Sow pourrait bien être le finisseur que recherche le club depuis plusieurs années. Mais un rapide coup d'oeil au calendrier lillois suffit à constater une chose, révélatrice de ce qui attend les Nordistes d'ici au printemps prochain: la bande de Rudi Garcia rate tous ses grands rendez-vous. Le Losc n'a battu ni Rennes (1-1), ni le PSG (0-0), ni Lyon (1-3), ni Marseille (1-3), ni Bordeaux (1-1), des équipes qui occupent actuellement le haut du classement. Mettre des raclées à Lens, Caen ou Lorient, aussi respectables soient ces adversités, n'a jamais fait d'une équipe un champion en puissance, même si elle est leader à mi-saison. Sur la durée, quand les grosses écuries auront enfin trouvé leur rythme de croisière, les Dogues vont finir par lâcher le morceau. Les derniers lauréats en Ligue 1 ont, bien souvent, été sacrés grâce à leur solidité. Avec vingt buts encaissés en dix-sept journées, Lille ne possède que la treizième défense de l'élite. Trop limite. Bien que séduisants, les partenaires d'Eden Hazard n'auront pas la réussite insolente qu'ils ont en ce moment jusqu'au bout. L'hiver dernier, leur état de grâce avait fini par s'évaporer. Le scénario risque de se répéter.