Le courage n'a pas suffi

  • A
  • A
Le courage n'a pas suffi
Partagez sur :

Fatigué, diminué, Chambéry n'en a pas moins livré un match courageux, ce dimanche au Phare, face à Zagreb. Las, le duel joué dans le cadre de la 5e levée de Ligue des champions a tourné à l'avantage des Croates, vainqueurs 26-28 malgré toute la volonté des Bicanic et Paty. La deuxième place de poule s'éloigne pour les Savoyards.

Fatigué, diminué, Chambéry n'en a pas moins livré un match courageux, ce dimanche au Phare, face à Zagreb. Las, le duel joué dans le cadre de la 5e levée de Ligue des champions a tourné à l'avantage des Croates, vainqueurs 26-28 malgré toute la volonté des Bicanic et Paty. La deuxième place de poule s'éloigne pour les Savoyards. "Ils sont prenables", telle aura été la conclusion de Roiné ce dimanche au Phare. "Ils", ce sont les partenaires de Balic, une icône vieillissante qui par son vice et sa vision du jeu a encore pesé lourd dans cette joute de Ligue des champions. Prenables, certes, mais comme l'avait prédit Philippe Gardent, les Croates étaient supérieurs aux Chambériens... tout simplement. Pas tant en termes de qualités intrinsèques qu'en termes de fraîcheur et de volume physique, en cette période où les Savoyards commencent sérieusement à tirer la langue. Comme les Montpelliérains, défaits la veille sur le terrain de Szeged, les Chambériens ne sont pas au mieux de leur forme ces temps-ci - témoin ce revers, le premier de la saison en championnat, concédé trois jours plus tôt devant Tremblay. Aussi les pensionnaires du Phare, orphelins de Barachet, contraints de composer avec un Nocar et un Roiné à moitié blessés, ne pouvaient raisonnablement prétendre à rivaliser avec la référence du handball croate. Cet ancien vainqueur de la Ligue des champions, abonné aux finales continentales dans les années 90. Et pourtant les Savoyards ont fait honneur à leurs couleurs devant un public nourri aux exploits européens. Après Rhein-Neckar ou Barcelone, Zagreb a bien failli tomber dans le panneau, d'abord bousculé par un ancien de la maison, Bicanic, remonté comme un coucou, et un Detrez non moins incisif. Deux fois ainsi en première période, les troupes de Gardent tentent de prendre leurs aises au tableau d'affichage, à 7-5 puis 11-9, mais Balic veille au grain et empêche ses hôtes de s'envoler. Pire, Busselier, l'une des plus fines gâchettes chambériennes, doit se résoudre à quitter ses partenaires dans le feu de l'action, sur blessure. Si bien que les deux équipes se neutralisent à l'heure du repos (14-14). Toujours aussi percutante et volontaire au retour des vestiaires, la formation savoyarde remet un coup de collier en début de seconde période et O. Marroux loupe la balle de +3, sur penalty, à la 40e minute. Le tournant du match, peut-être. De 18-16, la marque passe à 18-19 en faveur des Croates. Basic et Paty ont beau s'efforcer ensuite de maintenir leurs coéquipiers dans le rythme, Zagreb s'appuie sur Pesic, son portier, pour faire la différence. Devant, Spiler et Maric ne ratent plus la moindre opportunité et l'écart devient vite insurmontable pour les locaux. 21-24, puis 23-26 et enfin 26-28, Chambéry s'incline avec les honneurs, mais voit la deuxième place de sa poule, si précieuse dans la perspective des huitièmes de finale, s'éloigner au profit des joueurs d'Ivica Obrvan. A moins d'un coup de maître la semaine prochaine en Croatie...