Le combat de Lemoine

  • A
  • A
Le combat de Lemoine
Partagez sur :

Bientôt deux mois après son accident en match, qui lui a valu l'ablation d'un rein, Fabien Lemoine entrevoit enfin le bout du tunnel. Passée l'incertitude inquiétante d'une éventuelle fin de carrière, le milieu de terrain du Stade Rennais a repris le dessus et envisage une reprise de l'entraînement d'ici deux semaines. Même si le retour à la compétition promet d'être encore long...

Bientôt deux mois après son accident en match, qui lui a valu l'ablation d'un rein, Fabien Lemoine entrevoit enfin le bout du tunnel. Passée l'incertitude inquiétante d'une éventuelle fin de carrière, le milieu de terrain du Stade Rennais a repris le dessus et envisage une reprise de l'entraînement d'ici deux semaines. Même si le retour à la compétition promet d'être encore long... Fabien Lemoine attend ce moment avec impatience. Même s'il ne s'agira que de s'installer dimanche, à l'occasion de Rennes-Lorient, dans les tribunes du Stade de la Route de Lorient, dont il était devenu ces dernières saisons l'un des chouchous du public, le jeune milieu de terrain savoure déjà ce retour au côté notamment d'un Jimmy Briand en visite. Après des semaines bien sombres, vécues tenaillé par les doutes et l'incertitude de pouvoir un jour rejouer au football à haut niveau, le Rennais veut voir à travers ces retrouvailles le premier pas vers un retour à son quotidien de joueur professionnel. Un quotidien interrompu brutalement le 14 août dernier, lors d'un choc avec le Nancéien Reynald Lemaitre, qui le laissera avec le rein brisé en trois morceaux et l'obligera à subir une ablation afin de prévenir tout risque d'infection. Des heures au cours desquelles la vie du jeune joueur sera en jeu et le football aura soudain semblé bien dérisoire. "Dans les tous premiers jours, j'ai pensé au foot. Je me suis dit: j'arrête tout. Je ne veux pas y rester sur un terrain. Je vais faire autre chose...., déclarait-il début septembre dans un entretien accordé à Ouest-France. Mais pour l'instant, le plus important, c'est la vie. Le reste... " Lemoine: " Entre réapprendre à avoir une vie normale et s'entraîner sur les terrains, il y a une différence énorme..." Quatre semaines plus tard et Lemoine envisage à nouveau l'avenir à travers le prisme du football. "Ça va beaucoup mieux. Je mène une vie normale d'homme, souligne-t-il sur le site du Stade Rennais. Je suis plutôt satisfait de l'évolution. Les récents examens ont été très bons. C'est le principal. Je vais bientôt revenir au centre d'entraînement. (...) Je suis de moins en moins fatigué. C'est bon signe. Le fait que les examens soient positifs me conforte. La santé va bien". Aucune date quant à un retour à la compétition n'est précisée, mais l'objectif est déclaré. "Je vais encore me reposer pendant une ou deux semaines. Vers la mi-octobre, je vais doucement commencer par un peu de vélo en salle, histoire de faire tourner un peu les jambes et reprendre une petite activité sportive. On va laisser faire les choses et voir comment mon corps va réagir. On avisera au fur et à mesure". Rassuré sur sa santé, Lemoine retrouve du même coup un moral tout neuf, entretenu par les nombreuses manifestations de soutien, dont il a fait l'objet durant ces semaines, auxquelles la Ligue de football professionnel (LFP) n'a pas cru bon de se joindre - la LFP a infligé une amende de 1 000 euros au Stade Rennais parce que ses joueurs avaient tenu par le biais d'un t-shirt à exprimer leur soutien à leur partenaire avant le coup d'envoi du match face à Saint-Etienne. Une péripétie au regard de son moral aujourd'hui retrouvé: "Ça va bien. Les terrains me manquent un peu, mais pas plus que ça pour le moment. Le fait de savoir que d'ici deux semaines, je vais revenir régulièrement au centre d'entraînement, c'est réjouissant. Cela veut dire que je franchis les étapes petit à petit. Je suis heureux car je vais pouvoir revoir mes coéquipiers assez souvent. C'est bon signe." Mais le moral n'est pas tout et à 23 ans, une telle expérience a de quoi vous fragiliser. Autant que la question qui le taraude quant à savoir s'il recouvrera tous ses moyens physiques et son niveau d'avant-blessure. " Je ne sais pas comment mon organisme va évoluer. Je ne préfère pas me fixer d'objectifs par rapport au temps. Je vais y aller tranquillement. Entre réapprendre à avoir une vie normale et s'entraîner sur les terrains, il y a une différence énorme..." En attendant, la place de dauphin de ses coéquipiers et le bon parcours de l'équipe d'Antonetti, rien ne lui échappe. "Je ne suis pas du genre à tout le temps acheter les journaux. Je regarde les matchs du Stade Rennais tous les week-ends. Pour l'instant, ça se passe bien. J'espère qu'ils vont continuer sur leur lancée. Dimanche, je serai présent au stade pour Rennes - Toulouse. Je suis impatient de retrouver l'ambiance du stade et du vestiaire." La réciproque est sans doute tout aussi vraie pour ses partenaires.