Le Cléac'h, le Vendée avec Banque Pop

  • A
  • A
Le Cléac'h, le Vendée avec Banque Pop
Partagez sur :

La rumeur avait précédé l'information depuis quelques jours, elle a été confirmée mardi: Armel Le Cléac'h disputera le prochain Vendée Globe sur le 60 pieds Banque Populaire, mis à l'eau en septembre dernier par Michel Desjoyeaux sous le nom de Foncia. Motus en revanche sur l'identité du remplaçant de Pascal Bidégorry, débarqué samedi du maxi-trimaran Banque Populaire V.

La rumeur avait précédé l'information depuis quelques jours, elle a été confirmée mardi: Armel Le Cléac'h disputera le prochain Vendée Globe sur le 60 pieds Banque Populaire, mis à l'eau en septembre dernier par Michel Desjoyeaux sous le nom de Foncia. Motus en revanche sur l'identité du remplaçant de Pascal Bidégorry, débarqué samedi du maxi-trimaran Banque Populaire V. Trois jours après avoir annoncé par communiqué de presse le départ de Pascal Bidégorry en raison d'une "divergence sur la stratégie sportive", les responsables du sponsoring voile de la Banque Populaire ont réuni la presse mardi matin au siège de la Fédération française de voile pour dévoiler les grandes lignes du programme sportif pour les deux années à venir. Un programme qui s'appuiera sur trois supports principaux: le Figaro au côté de Jeanne Grégoire, qui a pris dimanche le départ de la Transat Bénodet-Martinique, le maxi-trimaran Banque Populaire V, avec une troisième campagne l'hiver prochain sur le Trophée Jules-Verne, et, c'est la grande nouveauté du jour, le Vendée Globe 2012-13 sur le 60 pieds racheté au retour de la Barcelona World Race à Foncia (qui fait partie du groupe Banque Populaire), avec l'arrivée dans le Team d'un petit nouveau, Armel le Cléac'h. Trois sujets liés, puisque pour Chantal Petrachi, directrice de la communication de Banque Populaire, c'est le refus de Pascal Bidégorry de participer au tour du monde en solitaire sans escale ni assistance qui a entraîné une fracture entre le Basque et son partenaire depuis 2004, d'où la séparation entérinée samedi et la recherche d'un skipper pour le Vendée Globe. "En mai 2010, nous avons voulu anticiper ce que nous ferions en cas de victoire sur le Trophée Jules-Verne, nous avons envisagé le projet Vendée Globe, nous n'avons pas été convergents sur cette orientation", a justifié la «dircom», avant de reconnaître que le courant ne passait plus avec Pascal Bidégorry: "Nous avons régulièrement tenté de trouver un terrain d'entente, mais il y avait de telles divergences de points de vue que ce n'était plus possible de travailler ensemble, il fallait un climat parfaitement serein pour continuer." Le Cléac'h préféré à Grégoire et Beyou Exit le Basque, il fallait dès lors trouver deux skippers: un pour le maxi-trimaran qui retrouvera l'élément liquide début mai avant une nouvelle tentative sur le Jules-Verne en 2011-12, et un pour le 60 pieds racheté à Foncia. Aujourd'hui, seule l'identité du dernier est connue. "Sur le trimaran, je ne peux rien dire car rien n'est lancé, commente Chantal Petrachi, notre priorité était de recruter le skipper du 60 pieds." Il semble en fait que des pistes aient déjà été explorées, notamment celle menant à Michel Desjoyeaux, qui, en attendant la livraison de son MOD 70 en fin d'année, ne serait pas contre une pige de quelques mois sur le trimaran de 40 mètres, campagne de Jules-Verne comprise. Seulement, le «Professeur», également sollicité pour disputer la Transat Jacques-Vabre sur le futur nouveau Macif que se fait construire François Gabart (il participe d'ailleurs directement au chantier, puisque la maîtrise d'oeuvre est assurée par son écurie de course, Mer Agitée), réserve encore sa réponse. D'où l'incertitude sur le nom du futur skipper qui pourrait également être choisi en interne, au sein de l'équipage qui a participé à la campagne 2010-11, interrompue, rappelons-le, en Atlantique Sud à cause d'une dérive endommagée. Pour le 60 pieds, le choix s'est donc porté sur Armel Le Cléac'h, préféré à deux candidats «maison», Jeanne Grégoire, qui a très vite fait acte de candidature, et Jérémie Beyou, qui a été de presque toutes les campagnes sur les trimarans Banque Populaire (60 pieds puis maxi) au côté de Pascal Bidégorry. Pourquoi Armel Le Cléac'h ? "On a soumis les trois candidatures aux directeurs généraux des vingt banques populaires, celle de Jeanne Grégoire, qui n'a jamais caché son rêve de faire le tour du monde, celle de Jérémie pour lequel on a énormément d'estime et que nous avons défendue pour son intégration parfaite dans le Team, et celle d'Armel. Ce qui a fait la différence, c'est son expérience, son palmarès et surtout la régularité de ses performances. Avoir la régularité qu'a eue Armel en 2010, c'est assez exceptionnel." Il est vrai qu'en gagnant la Transat AG2R, la Solitaire du Figaro puis en prenant la deuxième place de la Route du Rhum dans la même année, celui qui avait perdu en fin d'année son partenaire, Brit Air, avec lequel il avait terminé deuxième du vendée Globe 2008-09, avait de solides arguments à faire valoir. Le MOD 70 à plus long terme ? Le voilà avec un contrat de deux ans avec Banque Populaire, le Saint-Politain intégrant seul à Lorient le Team Banque Populaire, dirigé par Ronan Lucas (une promotion pour l'intéressé), au sein duquel est également recruté un spécialiste reconnu des 60 pieds Imoca, Pierre-Emmanuel Hérissé, qui a notamment travaillé au côté de Yann Eliès, Sébastien Josse et Roland Jourdain. La remise à l'eau de son 60 pieds, sur lequel il n'a pas encore mis les pieds, est prévue fin juillet pour une première course dans la foulée (avec un nouveau mât), la Rolex Fastnet Race (en double), préparation idéale à la Transat Jacques-Vabre qu'il courra l'automne prochain avec un skipper à déterminer. La suite ? La Transat anglaise 2012 puis le sprint final vers le Vendée Globe avec l'objectif de faire mieux que la dernière fois, c'est-à-dire gagner ! Pour Banque Populaire, auto-proclamée "banque de la voile", qui, d'après Chantal Petrachi, songeait au Vendée Globe depuis 1999 et aurait été en 2004-05 sans la perte du trimaran de 60 pieds alors barré par Lalou Roucayrol sur la Transat anglaise 2000, voilà une nouvelle page de son implication de 22 ans dans la voile qui s'ouvre, le groupe n'écartant pas à terme de s'engager sur le circuit MOD70. "On l'a regardé largement, on a rencontré Franck David (en charge du circuit, ndlr) quatre ou cinq fois, si ça évolue dans le bon sens, on reposera le sujet sur la table." D'ici là, le groupe bancaire espère avoir enfin décroché le Jules-Verne, voire le Vendée Globe...