Le carnet des Bleus

  • A
  • A
Le carnet des Bleus
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Zoom sur les premiers pas des Bleus en Afrique du Sud.

EQUIPE DE FRANCE - Zoom sur les premiers pas des Bleus en Afrique du Sud.En balade...Vous l'aurez compris, le Pezula Hôtel invite au repos. C'était le mot d'ordre pour les Bleus samedi où ils sont arrivés à l'aube. Après avoir pris un petit-déjeuner en commun, les Bleus ont profité de la matinée pour prendre leurs repères et s'installer dans leur chambre. Au lendemain de la défaite concédée contre la Chine (0-1) à Saint-Pierre, certains ont ressenti le besoin de passer par la salle de soins, rapporte le service de communication de la Fédération. Dans l'après-midi, Raymond Domenech, en bon berger, a regroupé ses hommes, tout de blanc vêtus (comme des moutons), pour une promenade d'une petite demi-heure sur le golf de l'hôtel. Un terrain de bon augureAprès une journée consacrée à la récupération, les Bleus ont repris l'entraînement dimanche. Avantage de séjourner au Pezula Hôtel, ils n'ont eu qu'à faire un saut de puce pour découvrir le terrain mis à leur disposition, le "Field of Dreams", littéralement le "terrain des rêves". Faut-il voir un signe ? Les journalistes présents au bord du terrain attendront vendredi pour tirer des enseignements puisqu'ils n'ont été conviés qu'à assister qu'aux 15 premières minutes, un échauffement sous la direction de Robert Duverne, le préparateur physique de l'équipe de France. Une mise en place tactique a suivi, rapporte le staff tricolore qui précise que les trois gardiens de but se sont, eux, échauffés de leur côté avec Bruno Martini et Fabrice Grange. Prochain rendez-vous sur le terrain : lundi après-midi. Gourcuff tireur d'élite Installé sur le côté droit du triangle du milieu de terrain de l'équipe de France, Yoann Gourcuff cherche encore sa place avec les Bleus. Mais le Bordelais s'est distingué lors des trois matches de préparation, contre le Costa Rica (1-2), la Tunisie (1-1) et la Chine (0-1), en tentant sa chance de loin. "Le coach ou le coach adjoint souvent me disent qu'il faut que je frappe au but. Avec Florent Malouda, on est des milieux et quand une action est d'un côté ou de l'autre, on peut se mettre devant la surface (pour reprendre éventuellement le ballon)", a-t-il expliqué dimanche. "Quand c'est bloqué, que la défense est très basse, le fait de frapper, si la frappe est dangereuse, la défense pourra sortir la prochaine fois et cela créera des espaces pour les attaquants ou les ailiers", a-t-il ajouté. Et puis, ça peut même finir au fond des filets sur un malentendu avec ce ballon officiel de la Coupe du monde, qualifié par beaucoup de gardiens de ballon de plage. "Ce sera une force pour le Mondial. Sur les frappes, il peut y a voir beaucoup de changements de trajectoire, souvent même au dernier moment alors qu'on pense que la trajectoire est faite et on l'a vu sur le but de la Chine", a conclu le Bordelais. Alors, armez et tirez !