Le Canada en apéro

  • A
  • A
Le Canada en apéro
Partagez sur :

L'équipe de France dispute face au Canada, mardi soir à Pau, son premier match de préparation en vue de l'Euro 2011. Un moyen pour les Bleus de savoir où ils en sont après un stage intense. Et pour Vincent Collet de se faire une idée plus précise encore sur l'identité des joueurs qu'il emmènera mi-août au tournoi de Londres, où son groupe sera au complet.

L'équipe de France dispute face au Canada, mardi soir à Pau, son premier match de préparation en vue de l'Euro 2011. Un moyen pour les Bleus de savoir où ils en sont après un stage intense. Et pour Vincent Collet de se faire une idée plus précise encore sur l'identité des joueurs qu'il emmènera mi-août au tournoi de Londres, où son groupe sera au complet. Moins d'une semaine après avoir enfin touché un ballon à l'entraînement, les Bleus vont se le passer en match amical. Réunis à Pau depuis mercredi dernier, pour leur premier stage de préparation à l'Euro 2011 (31 août-18 septembre) - leur rassemblement à l'Insep mi-juillet avait été dédié à la "réathlétisation" -, les joueurs de Vincent Collet vont en savoir un peu plus sur leur réel état de forme face à un adversaire qu'ils connaissent bien: le Canada. "On les a joués l'année dernière, ils nous avaient posé beaucoup de problèmes avec des joueurs costauds et physiques", se souvient le jeune meneur tricolore Andrew Albicy. L'été dernier, à quelques semaines du Mondial 2010, la France avait souffert contre cette équipe. Mais c'était là-bas, de l'autre côté de l'Atlantique, et les Bleus s'étaient ensuite vengés en Turquie, quand ils l'avaient retrouvée dans leur groupe et que l'enjeu était réel. Si le visage des Canadiens n'a pas trop changé depuis, celui des Tricolores est sensiblement différent. "On est plus complet, on a plus de masse à l'intérieur", estime Nando De Colo. En plus de Ronny Turiaf et Kevin Séraphin, et en attendant le retour de Joakim Noah, il y a aussi et surtout Tony Parker à la mène. Ce qui change évidemment beaucoup de choses. Deux places à prendre Mais Vincent Collet le sait: il ne faut pas s'attendre à ce que ses hommes survolent les débats dès maintenant. Ce n'est pas encore l'heure et une semaine d'entraînement dans les jambes ne suffit pas à construire un collectif à toute épreuve. "On aura des petits objectifs mais ce sont d'abord des matches qui servent à se préparer, rappelle-t-il sur le site de la FFBB. Après, c'est toujours une bonne chose si, dans les premiers matches, il y a déjà des signes positifs comme l'envie, la volonté de se passer la balle. Mais il y aura aussi beaucoup de défauts, forcément. Ça va nous servir, nous permettre de construire les séances suivantes." Ce match-là et le suivant, mercredi soir toujours face au Canada, vont aussi lui permettre de se faire une idée un peu plus précise sur le nom des douze joueurs qu'il emmènera à Londres, mi-août, pour un tournoi amical important à deux semaines du départ pour la Lituanie où aura lieu le championnat d'Europe. Vincent Collet connait le noyau dur de son équipe, il ne l'a jamais caché. Mais deux places sont encore à prendre, normalement à l'arrière, et quatre joueurs postulent: Andrew Albicy, Fabien Causeur, Charles Lombahé-Kahudi et Abdoulaye M'Baye. Ils n'ont pas beaucoup de temps pour faire leurs preuves.