Le calme avant la tempête ?

  • A
  • A
Le calme avant la tempête ?
Partagez sur :

Un match à trois points. C'est l'impression laissée ce vendredi côté marseillais avant OM-PSG, l'autre affiche avec Lyon-Rennes de cette 28e journée de Ligue 1, même si Didier Deschamps souligne l'importance de décrocher la victoire dimanche soir dans l'optique de la course au titre face à un concurrent direct. Côté supporters, l'OM ne doit pas se manquer une deuxième fois au Vélodrome après le revers contre Lille.

Un match à trois points. C'est l'impression laissée ce vendredi côté marseillais avant OM-PSG, l'autre affiche avec Lyon-Rennes de cette 28e journée de Ligue 1, même si Didier Deschamps souligne l'importance de décrocher la victoire dimanche soir dans l'optique de la course au titre face à un concurrent direct. Côté supporters, l'OM ne doit pas se manquer une deuxième fois au Vélodrome après le revers contre Lille. "Didier, il faut le gagner ce match, hein ?". En arrivant en début d'après-midi ce vendredi à la Commanderie, le coach de l'OM fut invité par quelques supporters à lui signer un autographe. Deschamps s'exécuta au plus grand plaisir de Pascal. De passage avec sa famille à Marseille, cet Albigeois, fan inconditionnel du club olympien, ne manque jamais de passer au centre d'entraînement de l'OM "pour une signature, un bonjour". A 48 heures du match contre Paris, Pascal rappela donc à Deschamps les devoirs et les priorités de son équipe face à l'ennemi de la capitale. "DD" connaît de toute façon la musique et la particularité d'un OM-PSG: "Ça reste toujours des matches spéciaux" (lire Deschamps: "Trois points en jeu"). Certes, mais on n'a pas senti ce particularisme. Que ce soit en conférence de presse, ou sur le terrain du centre Robert Louis-Dreyfus, on était loin de penser qu'un gros match se préparait. Il est vrai qu'après le déplacement à Manchester, la réception d'une équipe parisienne en difficulté ces derniers jours peut passer pour un non-événement. "Le contexte est un peu apaisé depuis quelques années mais ça va monter d'ici dimanche. Il n'y a pas, c'est vrai, de déclarations, des étincelles qui peuvent déclencher les hostilités.", souligne Deschamps. Heinze: "Pas de supporters, pas de spectacle" "L'OM sera prêt pour Paris, bien prêt même, il y a un bon entraîneur", assure Christine. L'optimisme de la Tarnaise collait bien avec la bonne humeur qui régnait lors de la dernière séance de travail des Olympiens avant la mise en place tactique programmée samedi à huis clos. Sous un soleil printanier et quelques 25 degrés, les joueurs marseillais ont enchaîné petits jeux, opposition sur une partie réduite du terrain et reprises de volées. Une bande de copains, c'était l'impression laissée par tous à l'exception de Lucho. L'Argentin se trouvait bien vendredi à La Commanderie mais il n'a pas chaussé les crampons. Après une nuit plus que mouvementée (Lucho victime d'un home-jacking), l'ex-de Porto devait manquer cruellement de sommeil pour assurer une séance fut-elle légère et ludique, sans oublier évidemment le côté traumatisant de la situation. Olivier, membre des MTP (Marseille tout puissant), ne doute pas de son côté de ses préférés. "L'élimination de Manchester est derrière, c'est peut-être notre chance quelque part. Si on était passé, on n'aurait pas pu jouer le titre. Là, il y a la place pour le titre. OM-PSG, c'est le match de l'année, à ne pas perdre, il est plus important qu'un OM-Lyon". Olivier souligne surtout que les trois points sont une nécessité vitale, après la défaite contre Lille, le dernier match disputé par les Marseillais au Vélodrome. Il pourra compter, comme toujours, sur la fougue de Gabriel Heinze. Obsédé par le désir de rebondir après le couac face aux Dogues, le défenseur argentin regrette par ailleurs l'absence des supporters du PSG, comme ceux de l'OM à l'aller, conséquence des décisions de la LFP suite aux incidents de la saison dernière. "Le football, l'ambiance, c'est les supporters. S'il n'y a pas de supporters, pas de spectacle, c'est dommage. Les personnes qui décident ça, travaillent dans un bureau et ne connaissent pas bien ce qui se passe dans les stades." Gérald, comme tous les supporters phocéens, mise en tout cas sur un succès marseillais "pas forcément large mais une victoire quand même". Il propose même une tactique offensive innovante avec "André Ayew à droite, Gignac à gauche et Rémy avant-centre, Valbuena comme remplaçant". Deschamps l'a-t-il envisagé ? Le suspense sera conservé jusqu'à dimanche soir. Jusque-là, Marseille ne semble pas s'enflammer outre mesure pour la venue de Paris. Pour l'instant.