Le Brésil comme l'Argentine

  • A
  • A
Le Brésil comme l'Argentine
Partagez sur :

A l'image de l'Argentine contre la Bolivie, le Brésil n'a pu faire mieux qu'un match nul pour son entrée en lice dans la Copa America 2011, dimanche contre le Venezuela (0-0). Dominatrice, la Seleçao n'a jamais trouvé la faille et devra revoir sa copie, samedi contre le Paraguay, pour sa deuxième sortie dans le groupe B.

A l'image de l'Argentine contre la Bolivie, le Brésil n'a pu faire mieux qu'un match nul pour son entrée en lice dans la Copa America 2011, dimanche contre le Venezuela (0-0). Dominatrice, la Seleçao n'a jamais trouvé la faille et devra revoir sa copie, samedi contre le Paraguay, pour sa deuxième sortie dans le groupe B. Cette Copa America 2011 est décidément pleine de surprises. Alors que l'Argentine a été accrochée vendredi par la Bolivie (1-1) devant son public pour le match d'ouverture de la compétition, l'entrée en lice du Brésil était attendue. Son résultat moins puisque la Seleçao, octuple lauréate et double tenante du titre de l'épreuve, a elle aussi été contrainte au résultat nul (0-0), dimanche à La Plata. Là encore, c'est un adversaire au petit pedigree qui a neutralisé un géant d'Amérique du Sud: le Venezuela. Les quintuples champions du monde ont expérimenté à leurs dépens le célèbre dominer n'est pas gagner. Car s'ils ont confisqué le cuir à la Vinotinto dès les premières secondes de jeu, les Auriverde n'auront jamais réussi à forcer le verrou vénézuélien. La faute à un dernier rempart, Vega, vigilant, comme sur ce tir de Robinho (2e) ou sur cette frappe croisée de Pato captée en deux temps (32e). La faute également à un certain manque de réussite, l'attaquant de l'AC Milan voyant la barre transversale repousser son missile du pied droit (27e) quand ce n'est pas Vizcarrondo qui sauve devant sa ligne en déviant le ballon de l'épaule (39e). Une deuxième période sans saveur Stérile sur le front de l'attaque, la Canarinha a tout de même montré de belles choses face au Venezuela, surtout dans le premier acte. Aligné en 4-3-3 avec Ganso en soutien d'un trident Neymar-Pato-Robinho, le Brésil impose rapidement sa loi grâce à un pressing de tous les instants et une évidente maîtrise technique. Véloces et déterminés, les Brésiliens manquent pourtant de lucidité dans le dernier geste et regagnent les vestiaires sur un score nul et vierge après avoir tenté onze fois leur chance, contre un unique essai côté vénézuélien. Après le repos, le Brésil n'y arrive toujours pas et montre même quelques signes de fatigue dans ce premier match du groupe B, les attaquants vénézuéliens parvenant enfin à se rapprocher de la cage gardée par Julio Cesar. Rarement inquiété, le portier de l'Inter Milan ne peut que constater la baisse de régime de ses compatriotes alignés dans le champ. La fin du match, sifflée par M. Orozco, voit les Vénézuéliens, heureux d'accrocher le Brésil pour la première fois de leur histoire en Copa America, lever les bras au ciel. Et les Brésiliens quitter l'aire de jeu la tête basse, conscients qu'il faudra montrer un autre visage pour espérer coiffer une troisième couronne de rang...