Le boss c'est Cancellara

  • A
  • A
Le boss c'est Cancellara
@ Reuters
Partagez sur :

CYCLISME - Le Suisse conserve son titre de champion du monde du contre-la-montre.

CYCLISME - Le Suisse conserve son titre de champion du monde du contre-la-montre. Les sceptiques n'ont qu'à bien se tenir ! Fabian Cancellara s'est offert un quatrième titre mondial ce jeudi à Melbourne au terme d'un contre-la-montre qu'il parfaitement maitrisé. Concentré comme à ses plus belles heures, le métronome suisse a pu franchir la ligne avec le sourire aux lèvres et le signe 4 bien en évidence. Une solide récompense pour celui qui a longuement hésité à venir s'aligner à Melbourne, s'estimant fatigué et peut-être un peu juste dans sa préparation. Il semblerait que « Spartacus » ait fait le bon choix... Oubliée la défaite dans le chrono de la dernière Vuelta face au Slovaque Martin Veltis seulement 27e de ce mondial. C'est plutôt le Cancellara version Tour des Flandres ou Paris-Roubaix que l'on a retrouvé. Car contrairement à ce que ses adversaires pouvaient espérer, de match, il n'y a pas eu. Certes, David Millar, parti avant lui, a également tiré son épingle du jeu, ne pointant qu'à 81 centièmes de seconde de retard au deuxième pointage mais au terme des 45.8 kilomètres de course, le champion suisse a franchi la ligne avec 1 minute et 2 secondes d'avance sur son dauphin britannique. Martin, le bronze malgré un changement de roue Derrière lui, David Millar n'a pourtant pas ménagé sa peine. Il a lutté jusqu'au bout et s'il était dans le coup à mi-parcours, il a rapidement compris que son réel adversaire se nommait plutôt Tony Martin, avec l'argent pour enjeu. Déjà médaillé de bronze lors de la même épreuve en 2009, le jeune Allemand qui a récemment travaillé sa position aérodynamique en soufflerie a bien cru que tout s'était écroulé pour lui lorsqu'il a été contraint de changer de roue. Rédhibitoire dans un contre-la-montre ? Pas tout à fait, tout du moins pas quand on est aussi fort que lui. Le rouleur de la HTC-Columbia est reparti à bloc, il a tout donné pour finir à seulement 10 secondes de la médaille d'argent. Rageant... De leur côté, les Tricolores n'ont pas réussi à "être opportuniste" comme le souhaitait Sylvain Chavanel. Le double vainqueur d'étape sur le Tour de France 2010 ambitionnait de se servir du chrono comme d'un tremplin avant la course en ligne et de terminer dans le top 10 comme il y a 2 ans à Varèse, c'est raté puisqu'il termine seulement à la 19e place de ce chrono à 4 minutes du vainqueur. Nicolas Vogondy a fait un petit peu mieux puisqu'il a bouclé les 45.8 kilomètres avec 21 secondes d'avance sur son compatriote et une 15e place finale.