Le bonheur est passé près

  • A
  • A
Le bonheur est passé près
Partagez sur :

Jo-Wilfried Tsonga n'est pas passé loin de remporter, au Queens', son premier titre sur herbe sur le circuit principal. Mais le Français, qui s'est procuré deux balles de break cruciales à 5-5 au deuxième set, a fini par céder devant Andy Murray (3-6, 7-6, 6-4) lors de cette finale exceptionnellement disputée un lundi. Le Sarthois, tombeur de Nadal à Londres, est néanmoins bien lancé à une semaine de Wimbledon.

Jo-Wilfried Tsonga n'est pas passé loin de remporter, au Queens', son premier titre sur herbe sur le circuit principal. Mais le Français, qui s'est procuré deux balles de break cruciales à 5-5 au deuxième set, a fini par céder devant Andy Murray (3-6, 7-6, 6-4) lors de cette finale exceptionnellement disputée un lundi. Le Sarthois, tombeur de Nadal à Londres, est néanmoins bien lancé à une semaine de Wimbledon. Les spectateurs, privés de finale dimanche à cause d'une journée trop arrosée, ont eu raison de revenir lundi. Ce n'était pas grand soleil sur Londres mais presque, et le match entre leur chouchou Andy Murray et Jo-Wilfried Tsonga a tenu toutes ses promesses. Son scénario a tenu en haleine l'assistance pendant presque deux heures et demie et s'est terminé par un happy end pour le Britannique qui, comme l'aurait fait le Français en cas de victoire, a ouvert son palmarès 2011 sur le gazon du Queen's. Longtemps pourtant Tsonga a semblé le mieux placé pour succéder à Sam Querrey, lauréat l'an dernier et éliminé cette semaine par le surprenant James Ward. Tombeur du Britannique de 24 ans en demi-finales, au lendemain de son exploit face à Rafael Nadal, "Jo" a réussi un premier set parfait contre Murray, une balle de break se révélant suffisante pour faire la différence dans le sixième jeu (6-3). Costaud dans l'échange, offensif à souhait et précis à la volée, le Sarthois régalait même le public anglais de quelques plongeons spectaculaires à rendre jaloux Boris Becker. Et après avoir écarté quatre nouvelles balles de break à 3-4 dans la deuxième manche, rien ne semblait pouvoir l'arrêter. "Je ne me souviens que de cette balle D'autant plus que deux jeux plus tard, à 5-5, Tsonga se procurait deux occasions de réussir, sans doute, le break synonyme du sixième titre de sa carrière professionnelle, le premier sur herbe. Sur la deuxième, son retour accrochait la bande du filet mais choisissait de rester dans son camp. "Je ne me souviens que de cette balle, avouait le Manceau une fois la parie terminée. C'était ma chance aujourd'hui et je l'ai ratée." En effet, plus jamais il sera aussi proche de la victoire, et une fois le tie-break perdu sèchement (6-7 [2]), l'Ecossais prenait l'ascendant. Déjà très inquiété sur sa deuxième mise en jeu dans le set décisif, Tsonga cédait à la troisième quand Murray convertissait la première de ses dix balles de break. Plus capable d'inquiéter le 4e joueur mondial sur ses engagements, le Français tombait la tête haute face à l'un des joueurs les plus habiles sur herbe (4-6). Normalement engagé à Eastbourne cette semaine, où il est tête de série numéro 1, Tsonga a prouvé qu'il était sur la bonne voie depuis plusieurs semaines. Et maintenant que la terre battue a laissé sa place au gazon, ses ambitions peuvent être revues à la hausse. Il figurera parmi les empêcheurs de tourner en rond à Wimbledon, dans moins d'une semaine.