Le bon coup de Cunego

  • A
  • A
Le bon coup de Cunego
Partagez sur :

Damiano Cunego a réalisé une très bonne opération lundi lors de la troisième étape du Tour de Suisse. Intenable dans la montée hors-catégorie de la Grande Scheidegg, le coureur de la Lampre a été battu au sprint à Grindelwald par Peter Sagan (Liquigas), mais s'est emparé du maillot jaune de leader de Juan Mauricio Soler. Le Transalpin compte désormais 54'' d'avance sur le Colombien.

Damiano Cunego a réalisé une très bonne opération lundi lors de la troisième étape du Tour de Suisse. Intenable dans la montée hors-catégorie de la Grande Scheidegg, le coureur de la Lampre a été battu au sprint à Grindelwald par Peter Sagan (Liquigas), mais s'est emparé du maillot jaune de leader de Juan Ignacio Soler. Le Transalpin compte désormais 54'' d'avance sur le Colombien. Révélé la saison dernière sur Paris-Nice, où il avait remporté deux étapes, Peter Sagan continue de grimper les échelons du cyclisme mondial. Vainqueur en début de saison du Tour de Sardaigne, le Slovaque de la Liquigas a confirmé tout son talent en s'adjugeant lundi la troisième étape du Tour de Suisse devant Damiano Cunego. Battu logiquement au sprint, le leader de la Lampre récupère en revanche le maillot jaune de leader et se positionne en tant que candidat à la victoire finale. Après l'arrivée à Crans-Montana qui a vu dimanche le Colombien Juan Mauricio Soler s'imposer en solitaire et prendre le pouvoir au général, les coureurs avaient rendez-vous ce lundi avec une troisième étape courte (108 km), mais exigeante à l'image des deux difficultés du jour, le col du Grimsel (1ère catégorie) et la Grande Scheidegg (HC), dont le sommet se trouvait à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée jugée au pied de la descente à Grindelwald. Andy Schleck cache-t-il son jeu ? Malgré des conditions difficiles, avec la pluie qui s'est abattue toute la journée, 31 coureurs profitent du premier sprint intermédiaire, après seulement quinze kilomètres de course, pour creuser l'écart. Un groupe réduit rapidement à 26 coureurs qui compte dans ses rangs un hôte de marque en la personne d'Andy Schleck. Pas candidat à la victoire finale contrairement à son frère aîné Frank, le Luxembourgeois, arrivé avec 1'39'' de retard sur Soler la veille, a sûrement vu là l'occasion de se tester avant le Tour et d'aider ses habituels lieutenants tels que Jakob Fuglsang, présent dans l'échappée, tout comme Jens Voigt. Avec trois minutes d'écart au sommet du premier col et quasiment quatre minutes au pied du second, une arrivée détachée se profile pour le groupe de tête, rapidement réduit à une petite dizaine d'unités dans la montée classée en hors-catégorie. Lâché une première fois, Andy Schleck fait l'effort pour revenir sur le groupe de tête et donner un coup de main à Fuglsang, candidat à la victoire d'étape avec De Greef, Ten Dam, Caruso et Sagan. Mais c'est sans compter sur la montée supersonique de Damiano Cunego, parti seul en contre et parvenu à franchir en tête le sommet avec quelques secondes d'avance sur les anciens échappés. Excellent descendeur, le leader de la Lampre, deuxième la veille et qui ne comptait que seize secondes de retard sur Soler ce matin, ne se laisse pas impressionner par les virages très serrés et prend tous les risques pour tenter de conserver son avance. Mais ce n'est pas suffisant pour empêcher le retour de Peter Sagan à deux kilomètres de l'arrivée. Meilleur sprinteur, le Slovaque de la Liquigas s'impose facilement à Grindelwald devant le Transalpin, qui se console avec le maillot jaune, Soler étant arrivé avec plus d'une minute de retard. Andy Schleck franchit quant à lui la ligne près de quatre minutes après le vainqueur du jour. Difficile de savoir si le Luxembourgeois a vraiment souffert ou s'il s'économise pour la Grande Boucle.