Le bol d'air de l'endurance

  • A
  • A
Le bol d'air de l'endurance
Partagez sur :

Le 74e Bol d'Or se déroule ce week-end à Magny-Cours, avec un départ samedi à 15h. L'occasion d'observer la belle forme de l'endurance, illustrée par les présences de BMW, Honda, Kawasaki, Yamaha, Suzuki ou encore Michelin toujours présent avec son Power Research Team. La bataille s'annonce musclée entre espoirs de victoire, quête de revanche et lutte pour le titre mondial.

Le 74e Bol d'Or se déroule ce week-end à Magny-Cours (départ samedi à 15h). L'occasion d'observer la belle forme de l'endurance, illustrée par les présences de BMW, Honda, Kawasaki, Yamaha, Suzuki ou encore Michelin toujours présent avec son Power Research Team. La bataille s'annonce musclée entre espoirs de victoire, quête de revanche et lutte pour le titre mondial. Les premiers essais qualificatifs ont confirmé la tendance. Ce 74e Bol d'Or semble plus ouvert que jamais et présente un sacré plateau. Avec le Yart (Yamaha Austrian Racing Team), champion du monde 2009, Kawasaki vainqueur des 24 Heures du Mans avec le Team GSR et leader du championnat avec l'équipe Bolliger, Suzuki tenant du titre ou enfin BMW de retour au premier plan, difficile de désigner un favori. La lutte pour la victoire pourrait en plus être arbitrée par celle du championnat. Pour la dernière fois, le Bol d'Or représente en effet une étape décisive dans l'attribution du titre de champion du monde d'Endurance FIM. Avant d'ouvrir celui-ci en 2011. Avec son statut de quatrième épreuve sur cinq au calendrier (la dernière manche se déroulant à Doha), l'étape nivernaise pourrait enfin décanter une hiérarchie difficile à établir cette année. Le team suisse Bolliger (Kawasaki) pourrait dès lors jouer sa carte préférée pour se rapprocher du titre : la régularité à défaut de jouer la gagne. Mais le Yart, vainqueur du championnat l'an passé, est en embuscade à seulement 10 points quand une victoire au Bol en rapporte 35 et la Kawasaki du GSR se tient également prête à reprendre la tête, forte de ses 11 petits points de retard. Michelin a désormais l'expérience D'autres n'auront que la victoire en tête. Comme le SERT, cinquième du championnat, qui visera surtout la défense de son titre après sa mésaventure au Mans (chute de Guillaume Dietrich ayant causé l'abandon de la Suzuki). Il faudra aussi scruter les débuts du BMP Elf au guidon de la BMW officielle. Le team belge se lance dans une nouvelle aventure après avoir conduit la Honda à de beaux résultats. Et le mariage semble prometteur. L'homogénéité de ce plateau impressionnant était d'ailleurs confirmé par Guillaume Dietrich cette semaine : "La 63 du Team Michelin, la BMW aussi, peuvent se mêler à la lutte. Il y a au moins cinq ou six motos qui peuvent se battre pour la victoire. Les cinq premiers vont se tenir, ça va être très serré. Le Bol est une course très difficile où il ne va pas falloir faire d'erreurs. Ça va être vraiment très intéressant." Dans cette bagarre de tous les instants, les réglages devraient comme toujours se montrer déterminants. A commencer par ceux des pneumatiques. Le GMT 94, équipe de pointe Yamaha avec le Yart, a ainsi fait le choix de changer de manufacturier à la dernière minute et sera équipé de Michelin. Un choix, qui, une fois le bon équilibre trouvé, pourrait s'avérer payant. "On sait ce que fait Michelin actuellement. Ils sont au top. Et il ne faut pas oublier que le GMT est l'équipe de référence chez Yamaha. Le choix de passer chez Bridgestone n'a pas fonctionné. Avec Michelin, c'est clair qu'ils vont se battre devant", nous confiait Guillaume Dietrich, conscient que ce changement pourrait permettre à ses adversaires de revenir au premier plan. La numéro 94 pourrait en plus bénéficier de l'apport du Michelin Power Research Team et sa moto n°63. Souvent malchanceuse (comme lors de son déclassement l'an passé après avoir pris la 3eme place), l'équipe clermontoise pourrait créer la surprise. Forte de pilotes expérimentés, comme William Costes, la Honda n°63 visera le podium. "Après notre abandon prématuré au Mans, notre objectif sur cette course de 24 heures est de démontrer que l'équipe du MPRT est arrivée à maturité et peut désormais prétendre à de très bons résultats. L'endurance est une discipline qui demande beaucoup de travail, de la rigueur, de l'expérience mais le facteur chance compte également et au Mans il n'était pas avec nous", reconnaissait d'ailleurs cette semaine le team manager Bernard Cazade sur le site de l'équipe. Un outsider de plus, de poids, pour venir renforcer la lutte pour un Bol d'Or 2010 très convoité. Le vainqueur à 15h dimanche se sera décidément montré très fort sur la piste de Magny-Cours.