Le BO s'accroche

  • A
  • A
Le BO s'accroche
Partagez sur :

Biarritz n'a rien lâché, et a plutôt bien fait. Le BO a remporté un succès déterminant dans la course aux play-offs, au terme d'un match fou et magnifique d'intensité face au Racing-Métro (36-32), lors de la 21e journée de Top 14. Alors que les Ciel et blanc pointent toujours au deuxième rang, l'écart n'est plus que de six points entre les hommes de Berbizier et leurs adversaires du jour.

Biarritz n'a rien lâché, et a plutôt bien fait. Le BO a remporté un succès déterminant dans la course aux play-offs, au terme d'un match fou et magnifique d'intensité face au Racing-Métro (36-32), lors de la 21e journée de Top 14. Alors que les Ciel et blanc pointent toujours au deuxième rang, l'écart n'est plus que de six points entre les hommes de Berbizier et leurs adversaires du jour. Pour son troisième match consécutif hors de ses bases, le Racing ne réalisera pas la passe de trois. Biarritz s'est imposé sur le fil à Aguliéra, au terme d'un chassé-croisé de haute volée (36-32). Dès les premiers instants, le match est de grande qualité, entre deux équipes pleines d'intentions. Il y a de l'espace et des solutions, et les Ciel et blanc sont les premiers à en profiter. Les Racingmen jouent un rugby véritablement limpide. Parfaitement organisés et immédiatement efficaces, ils marquent un premier essai par l'intermédiaire de Saubade (3-13, 13e), et creusent même l'écart jusqu'à +13, sous la botte d'un Wisniewski irrésistible (3-16, 15e). Pourtant, à la pause, tout est à refaire pour le Racing, qui essuie dans la foulée un 13-0. Un essai de Lesgourgues transformé (29e), deux pénalités de Peyrelongue, et voilà le BO qui revient à égalité avant la sirène (16-16). Au retour des vestiaires, l'intensité monte encore d'un cran. Les deux équipes se rendent coup pour coup et offrent un spectacle d'exception. Aux deux nouveaux essais de Bolakoro (23-16, 43e), puis Bosch (28-19, 51e), les Ciel et blanc rétorquent par celui de Noirot (28-26, 56e). A douze minutes de la sirène, Wisniewski, auteur d'un sans-faute au pied, pense mettre le BO à distance (28-32). Mais les locaux terminent en trombe et clôturent la marque à leur avantage, grâce à un nouvel essai de Bolakoro (33-32, 72e) et une ultime pénalité signée Peyrelongue (36-32, 76e). Gimenez: "Il y avait beaucoup de pression" Désormais quatrième, Biarritz perdra forcément une place à l'issue du Castres-Clermont qui clôturera la journée. Mais quoi qu'il en soit, l'opération est excellente pour les Basques. Bien que privés de leurs internationaux, les Biarrots ont remporté un match charnière, un de ceux qui peuvent constituer un tournant dans le mauvais sens. Avec cette victoire, le BO reste plus que jamais dans la course aux play-offs. Pour l'anecdote, peut-être pas si futile que ça, les vice-champions d'Europe ont également mis fin à la petite malédiction qui les opposait aux Racingmen. Depuis le retour du Racing en Top 14, les Biarrots avaient en effet perdu leurs trois matches face à l'équipe de Pierre Berbizier. Interrogé devant les caméras de Canal+ à l'issue de la rencontre, le centre biarrot Charles Gimenez était d'autant plus satisfait que l'amalgame s'est fait entre la jeune et l'ancienne génération: "Ce sont les vieux qui nous aident, et nous on comble les trous. C'était un match difficile parce qu'il y avait beaucoup de pression. La victoire nous fait du bien et c'est d'autant mieux qu'il y a beaucoup de jeunes qui jouent." A cinq journées de la fin, le Racing devra pour sa part s'accrocher en vue des barrages, malgré sa deuxième place. Après Castres-Clermont, les Ciel et blanc compteront huit unités d'avance sur la 7e place. Et dans deux semaines, Toulouse débarque à Yves-du-Manoir.