Le BO remet les gaz

  • A
  • A
Le BO remet les gaz
Partagez sur :

Même s'il mérite d'être relativisé, au regard de l'opposition offerte ce jour-là, le festival offensif (65-22) réussi par les Biarrots aux dépens du promu agenais a permis au club basque de se replacer dans le peloton de tête du Top 14 et de préparer au mieux un déplacement en Ulster, qui en cas de résultat positif, qualifierait le BO pour les quarts de finale. Un nouvel élan, illustré par le pari gagnant de la jeunesse.

Même s'il mérite d'être relativisé, au regard de l'opposition offerte ce jour-là, le festival offensif (65-22) réussi par les Biarrots aux dépens du promu agenais a permis au club basque de se replacer dans le peloton de tête du Top 14 et de préparer au mieux un déplacement en Ulster, qui en cas de résultat positif, qualifierait le BO pour les quarts de finale. Un nouvel élan, illustré par le pari gagnant de la jeunesse. Dimitri Yachvili et Damien Traille ont le sens de la fête. Les deux internationaux tricolores, au lendemain de l'annonce de leur prolongation de contrat vendredi avec le Biarritz Olympique, n'ont rien trouvé de mieux pour marquer le coup que de passer à la moulinette, 24 heures plus tard, un quinze agenais en manque de gaz après trois matches disputés en dix jours et sorti d'Aguiléra essoré comme jamais avec à la clé un record de points (65-22) et d'essais inscrits dans le Top 14. Dix fois, les joueurs biarrots auront visité un en-but agenais annexé par la force basque. Une véritable démonstration, sans doute accomplie avec un peu trop de complaisance de la part d'un promu repu et rincé par ses trois dernières sorties durant les fêtes, toutes effectuées avec un quinze de départ identique, ou presque, mais qui n'enlève rien au mérite d'Imanol Harinordoquy et ses coéquipiers. Des Biarrots soucieux de rectifier le tir après deux revers à Montpellier (22-16) et à Toulon (38-26)... Il suffit d'écouter pour cela le jeune pilier Yvan Watremez (21 ans), titulaire samedi, tout comme trois de ses compères de l'équipe Espoirs (Lauret, Lakafia et Tranier), raconter sur le site du club la préparation de ce premier match de l'année à Aguiléra: "On avait eu une semaine assez difficile, spécifique dans l'engagement, au cours de laquelle ça s'est vraiment filé aux entraînements parce qu'on avait eu deux défaites à l'extérieur et ramené un seul point sur deux matches. C'est rare aujourd'hui de marquer autant d'essais face à des défenses de plus en plus solides." August: "En Ulster, ça sera 10, 15 voire 20 fois plus difficile" Et comme tout ce qui est rare est bon, les Biarrots, face aux largesses lot-et-garonnaises, ne se sont pas privés, à l'image d'un paquet d'avants déchaînés et responsables de sept de ces dix essais. "C'est avant tout le travail collectif qu'il faut souligner...", relève dans Sud Ouest Jean-Philippe Gonzalez, entraîneur des avants basques, soucieux de ne pas ramener la couverture à soi. Des "gros" qui font pourtant très fort avec deux triplés, tout aussi rares, pour Benoît August et Wenceslas Lauret, auteur pour ce dernier de ses premiers essais en Top 14. "On est rassuré parce qu'on était sous pression...", lâchait encore en début de semaine le jeune troisième ligne international sur le site du BO sans savoir encore qu'il serait rattrapé ses adducteurs, synonymes de forfait. La performance, si elle sera est entachée de trois essais concédés, dont deux suite à un coupablement relâchement en fin de match, n'en est pas moins remarquable, comme n'oubliait pas de le souligner le capitaine Imanol Harinordoquy, toujours dans les colonnes du quotidien régional: "Deux triplés d'avants, je suis un peu déçu pour les trois quarts, plaisante-t-il, mais ça montre aussi que face à Agen il fallait jouer autour des rucks. « Wen » marque après des passes après contact. (...) on a su jouer dans l'axe et faire des passes après contact, et ça faisait longtemps que ça ne nous était pas arrivé. Quant à « Ben », ce sont des vrais essais dans la pure tradition des talonneurs, sur des groupé-pénétrants. Ça montre que devant on a fait le boulot et que de toute façon, c'est dans cette zone qu'il fallait les jouer, ce qu'on avait vu d'eux lors des matches précédents." Presque éclipsés par leurs avants, les trois-quarts rouge et blanc, à l'image d'un Yachvili encore étincelant, n'ont pourtant pas démérité. "On s'est lâché", se justifierait presque Marcelo Bosch. Réinstallé à la quatrième place du Top 14, le BO peut sereinement se consacrer à la validation de son billet pour les quarts de finale de H-Cup, retardée par le trou d'air connu chez les Italiens d'Aironi (28-27), qu'il lui faut par conséquent aller chercher à Belfast, à Ravenhill, sur le terrain de l'Ulster ce samedi (voir: Le classement de la Poule 4. Pas une mince affaire quand la province irlandaise, dans l'obligation de remporter ces deux derniers matches, est en passe de goûter de nouveau les phases finales, onze ans après sa dernière apparition à ce niveau de compétition en 1999 (voir par ailleurs). Une perspective que Benoît August appréciait dès l'issue du match face aux Agenais comme il se doit: "Quand on connaît la valeur d'Agen, je crois qu'on n'a pas vu le grand Agen. Maintenant, il ne faudra pas faire preuve de trop de sérénité cette semaine, parce qu'en Ulster ça sera 10, 15 voire 20 fois plus difficile." Le ton est donné !