Le bilan du Tour 2009

  • A
  • A
Le bilan du Tour 2009
Partagez sur :

La 96e édition du Tour de France s'est achevée dimanche à Paris. Si Alberto Contador est apparu comme le grand gagnant de l'épreuve, Andy Schleck et Lance Armstrong, qui complètent le podium, ont su tirer leur épingle du jeu, tout comme Franco Pelizzotti, le maillot à pois, et Thor Hushovd, le maillot vert.

La 96e édition du Tour de France s'est achevée dimanche à Paris. Si Alberto Contador est apparu comme le grand gagnant de l'épreuve, Andy Schleck et Lance Armstrong, qui complètent le podium, ont su tirer leur épingle du jeu, tout comme Franco Pelizzotti, le maillot à pois, et Thor Hushovd, le maillot vert. Schleck et Armstrong, plus que des dauphinsLe classement généralTreize ans et 1'13 les séparent au classement général, Andy Schleck et Lance Armstrong auront compté avec Alberto Contador parmi les grands animateurs de ce Tour de France 2009. S'ils n'ont pas remporté la moindre étape pour leur propre compte cette année – l'Américain n'ayant eu les honneurs du podium qu'à l'occasion du contre-la-montre par équipes de Montpellier – les deux coureurs complètent sur les Champs-Elysées le palmarès de cette Grande Boucle. Avec d'autant plus de fierté pour le Luxembourgeois qui repart à 24 ans avec le maillot blanc du meilleur jeune sur les épaules. Quant au Texan, son pari est sans conteste réussi. Malgré ces trois ans et demi de retraite et ses 37 printemps au compteur, Armstrong, qui n'avait jamais enchaîné auparavant le Giro et le Tour, a démontré qu'il restait une figure incontournable de l'épreuve.Thor Hushovd, meilleur sprinteur mais...Le classement du maillot vertParadoxalement, le meilleur sprinteur du Tour de France ne porte pas le maillot vert à Paris. Si la domination de Mark Cavendish dans les arrivées massives ne souffre d'aucune contestation, comme en témoignent ses six victoires cette année, le classement par points a récompensé le plus complet. A ce petit jeu-là, c'est Thor Hushovd qui décroche la timbale. Vainqueur d'une seule étape, sur les hauteurs de Montjuic à Barcelone, le Norvégien a mieux passé les Alpes que son rival, prenant au passage de précieux points lors des sprints intermédiaires vers le Grand-Bornand. C'est la deuxième fois de sa carrière que le robuste sprinteur de la formation Cervélo termine en vert sur les Champs-Elysées, quatre ans après son premier gros coup sous les couleurs du Crédit Agricole. Franco Pellizotti, grimpeur au courageLe classement du maillot à poisA force de courage et d'abnégation, Franco Pellizotti s'est offert un défilé sur les Champs-Elysées avec le maillot à pois sur les épaules ce dimanche. L'Italien, récent troisième du Giro derrière Denis Menchov et Danilo Di Luca, a tiré un trait sur le classement général du Tour pour se concentrer sur les grimpeurs. Et sa tactique a payé. Souvent aux avant-postes dans les Pyrénées et les Alpes, passant notamment en tête au sommet des cols d'Aspin, du Tourmalet, du Petit et du Grand-Saint-Bernard, le coureur de la Liquigas, 8e au Mont Ventoux, a rondement mené sa quête de points et de pois. Seule une victoire d'étape lui a fait défaut, Pellizotti ayant échoué de peu à Tarbes, battu par Pierrick Fédrigo. Andy Schleck, meilleur jeune et bien plus encoreLe classement du maillot blancPour la deuxième année consécutive, Andy Schleck ramène le maillot blanc du meilleur jeune à Paris. En 2008, le cadet des frères Schleck avait terminé à la 11e place au général pour sa première participation à la Grande Boucle. Et cette année, c'est sur la deuxième marche du podium qu'il a pris place, témoignage des progrès réalisés en l'espace d'une saison par ce talentueux jeune homme de 24 ans. Au palmarès, le Luxembourgeois rejoint des coureurs comme Jan Ullrich et Marco Pantani, les deux seuls à avoir conserver leur tunique blanche deux années de suite. En espérant toutefois qu'il ne connaisse pas les mêmes déboires que ses prédécesseurs... Ses dauphins en 2009, Vincenzo Nibali et Roman Kreuziger, ont eux aussi montré de belles aptitudes, tout comme Pierre Rolland (4e) et Brice Feillu (6e) côté Français. L'avenir leur appartient.Les neuf glorieuses tricoloresLe récapitulatif des étapesLes locaux de l'épreuve ont eu beau nous gratifier d'une très belle première semaine, ce Tour de France 2009 n'aura une nouvelle fois pas été celui des Français. Avec en tout et pour tout trois victoires d'étape - un bilan assuré par Thomas Voeckler à Perpignan, Brice Feillu à Arcalis et Pierrick Fédrigo à Tarbes lors des neuf premiers jours de course – les baroudeurs tricolores n'ont pas fait mieux que l'an passé. La grosse satisfaction de cette Grande Boucle, outre la révélation Brice Feillu, est de fait incarnée par Christophe Le Mével. Le coureur de la Française des Jeux ayant au prix d'une admirable combativité dans les Alpes préservé jusqu'au bout sa place dans le Top 10. Une performance qu'aucun Français n'avait réalisée depuis 2006 et les sixième et septième positions finales de Cyril Dessel et Christophe Moreau. Il y a eu Astana et les autres...Le classement par équipesNon admise sur la route du Tour l'an dernier alors qu'elle abritait en son sein un certain Alexandre Vinokourov, l'équipe Astana n'en était pas moins la grande favorite de cette édition 2009. Avec pour leaders Alberto Contador et Lance Armstrong, soit le lauréat et le troisième du classement général, la formation kazakhe, malgré des dissensions internes, a survolé les débats, bien aidée en cela par des lieutenants de premier choix tel qu'Andreas Klöden (6e). En tête à l'issue de la première semaine et quatrième collectif de cette Grande Boucle 2009 au final, derrière les teams Garmin et Saxo Bank, le groupe AG2R aura quant à lui porté haut ses couleurs, grâce notamment au maillot jaune arboré six jours durant par Rinaldo Nocentini. Enfin la formation Columbia, bien que reléguée à près d'1h30 d'Astana à l'arrivée, s'est imposée comme une équipe intouchable au sprint, grâce à Mark Cavendish et ses rampes de lancement.