Le bilan de la Ligue 1

  • A
  • A
Le bilan de la Ligue 1
Partagez sur :

Pour la troisième saison consécutive, le titre de champion de France a changé de main avec la consécration de Lille. Les Dogues ont su développer un jeu séduisant et efficace pour redonner son lustre d'antan au club. A l'inverse, Monaco a sombré à l'issue d'une saison où la frilosité était de mise si ce n'est pour Sochaux et Lorient, bien emmené par Kévin Gameiro, qui ont apporté une véritable bouffée d'air frais.

Pour la troisième saison consécutive, le titre de champion de France a changé de main avec la consécration de Lille. Les Dogues ont su développer un jeu séduisant et efficace pour redonner son lustre d'antan au club. A l'inverse, Monaco a sombré à l'issue d'une saison où la frilosité était de mise si ce n'est pour Sochaux et Lorient, bien emmené par Kévin Gameiro, qui ont apporté une véritable bouffée d'air frais. LE TOP : Lille A l'heure de faire le bilan de la saison 2010-2011 de Ligue 1, comment ne pas tirer un grand coup de chapeau à Lille ? Privé de titre depuis 1954 mais très régulier depuis plusieurs années, le Losc a su franchir la barrière qui le tenait encore à distance du plus haut niveau. Bénéficiant d'un groupe de très grande qualité aussi bien offensive que défensive, Rudi Garcia a parfaitement su gérer son effectif et les pépites qu'il avait à disposition (Hazard, Gervinho) pour décrocher le doublé. Un tant inquiété par l'OM qui espérait reprendre les devants à l'entame du sprint final, les Dogues ont su garder leur calme pour décrocher le titre devant les Phocéens et l'OL, qui malgré une saison bien décevante, a sauvé les meubles avec cette troisième place. Meilleure attaque (68 buts inscrits soit six de plus que l'OM) et quasiment meilleure défense du championnat (36 buts encaissés soit un de plus que Rennes et autant que Toulouse), le club nordiste a bien mérité son titre. Mais pourra-t-il poursuivre sur sa lancée ? Alors que le départ d'Adil Rami (vers Valence) est déjà acté et que celui de Yohan Cabaye (vers Newcastle) est en bonne voie, Eden Hazard et Gervinho ne manquent pas de sollicitations. Aux dirigeants lillois de ne pas rater le coche de cette intersaison pour ne pas affaiblir l'équipe. La réussite du club est à ce prix comme en convient Rudi Garcia: "Il sera difficile de faire mieux la saison prochaine. La nouveauté se situera dans notre participation à la Champions League. Il s'agira d'une motivation supplémentaire, tout en sachant que notre pain quotidien restera le championnat. Pour cela, nous aurons besoin d'un groupe quantitativement plus étoffé et qualitativement au moins aussi bon que cette saison". LE FLOP : Monaco Au sein de l'élite depuis 34 ans, l'AS Monaco est relégué à l'issue d'une saison bien terne. Auteur d'un recrutement pléthorique l'été dernier (Hansson, Bonnart, Malonga, Niculae...), mais aussi lors du mercato hivernal (Diarra, Lacombe, Feindouno, Moukandjo, Maazou, Welcome...), le club de la Principauté n'a jamais semblé en mesure de trouver la bonne formule que ce soit avec Guy Lacombe sur le banc jusqu'en janvier ou avec Laurent Banide, appelé à la rescousse. Mais le mal est peut-être plus profond pour l'équipe du Rocher qui n'en finit plus de dégringoler les échelons du football hexagonal depuis sa finale de la Ligue des champions disputée en 2004. Aux dirigeants asémistes de trouver la solution pour remettre rapidement le club sur de bons rails. LE TABLEAU D'HONNEUR : Sochaux Dans un championnat marqué par la frilosité de la plupart des équipes, le FC Sochaux a fait figure d'exception. L'entraîneur Francis Gillot n'a en effet jamais dérogé à la règle: prôner un jeu offensif, basé sur la technique et la vitesse, quel que soit l'adversaire. Se présentant le plus souvent avec cinq joueurs à vocation offensive (Boudebouz, Martin, Maurice-Belay, Idieye et Maïga), les Lionceaux ont parfois semé des points en route, mais ont aussi réalisé de très bons coups et obtenus de nombreuses victoires avec la manière : 4-0 face à Nice, 3-0 face à Lens, 3-0 face à Caen, 5-1 face à Rennes, 4-0 face à bordeaux, 3-0 face à Monaco. Une générosité incarnée par les deux milieux de terrain Ryad Boudebouz et Marvin Martin, meilleur passeur du championnat avec 17 passes décisives, qui a porté ses fruits puisque Sochaux a terminé la saison à la cinquième place. LE JOUEUR : Kévin Gameiro Au même titre que Lille et Sochaux, Lorient, qui a terminé onzième du classement, a développé l'un des jeux les plus séduisants de la saison. Fidèle à sa philosophie de jeu, fondée sur la passe et le mouvement des joueurs sans ballon, Christian Gourcuff a pu compter sur un duo d'attaquants de feu pour tirer son équipe vers le haut. Morgan Amalfitano, deuxième meilleur passeur de la saison derrière Marvin Martin avec 13 passes décisives, et Kévin Gameiro, deuxième meilleur buteur de Ligue 1 derrière Moussa Sow avec 22 réalisations, ont dynamité bon nombre de défense. A 24 ans, ce dernier a confirmé tout son talent, s'imposant comme l'un des tous meilleurs attaquants du championnat. Désormais international tricolore, l'ancien strasbourgeois devrait aller voir ailleurs. LA STAT : 46 Comme le nombre de points des trois premiers non relégables Caen, Brest et Nice à l'issue de la saison. A titre de comparaison, Saint-Etienne s'était maintenu la saison dernière avec 40 points. La lutte pour le maintien a d'ailleurs était âpre jusqu'au bout puisqu'ils étaient encore sept à pouvoir descendre avant la 38e et dernière journée (Auxerre, Brest, Nice, Valenciennes, Caen, Nancy et Monaco). Et ce sont donc les Monégasques, malgré leurs 44 points, qui ont fait les frais du faible nombre de points de la lanterne rouge Arles-Avignon (20 points). La célèbre barre des 42 points n'était donc pas suffisante pour se maintenir cette saison.