Le Bayern remercie Gomez

  • A
  • A
Le Bayern remercie Gomez
Partagez sur :

Le premier acte de la revanche de la finale de l'édition 2010 a tourné à l'avantage du Bayern Munich, vainqueur ce mercredi de l'Inter Milan (1-0) en huitième de finale aller. Un but de Mario Gomez en toute fin de rencontre place les Bavarois en ballottage favorable avant le match retour en Allemagne dans trois semaines. Les Italiens, tenants du titre, ont pris un coup sur la tête.

Le premier acte de la revanche de la finale de l'édition 2010 a tourné à l'avantage du Bayern Munich, vainqueur ce mercredi de l'Inter Milan (1-0) en huitième de finale aller. Un but de Mario Gomez en toute fin de rencontre place les Bavarois en ballottage favorable avant le match retour en Allemagne dans trois semaines. Les Italiens, tenants du titre, ont pris un coup sur la tête. Neuf mois après la finale de l'édition 2010 de la Ligue des champions, remportée par l'Inter Milan (2-0), les Italiens et le Bayern Munich se retrouvaient pour la revanche en deux actes. Le premier, ce huitième de finale aller à Giuseppe-Meazza, a offert mercredi soir une partie plaisante entre deux formations joueuses, les Bavarois prenant l'ascendant à la fin du temps réglementaire sur un but opportuniste de Mario Gomez (1-0). Un unique but qui place les hommes de Louis Van Gaal en bonne position pour la qualification en quarts de finale. Les Intéristes, trop maladroits, attendent de pied ferme le match retour dans trois semaines en Allemagne. En mai dernier, Diego Milito avait crucifié le Bayern d'un doublé en finale. Cette fois-ci, c'est Mario Gomez qui a endossé le rôle de sauveur et offert une première revanche à son équipe. Un but tardif, mais si important à l'extérieur, qui ouvre de belles perspectives aux Munichois. Cette réalisation cache un match durant lequel les attaques milanaise et bavaroise, très prolifiques dans leur championnat respectif, ont failli rester muettes. Conséquence de défenses hermétiques, mais surtout d'un manque de réalisme dans le dernier geste. La réussite également n'était pas au rendez-vous des deux côtés. Pourtant, ce n'était pas faute d'avoir essayé, à l'image de la barre transversale trouvée par Franck Ribéry de la tête en première période (24e) et du poteau extérieur que touchait Arjen Robben en seconde (53e). Samuel Eto'o, meilleur buteur de la compétition avec sept réalisations au compteur, n'était pas plus en verve, voyant ses tentatives repoussées par un excellent Thomas Kraft. Robben et Ribéry en jambes, Gomez opportuniste Dans le milieu de terrain à trois têtes concocté par Leonardo, le coach de l'Inter, Javier Zanetti multipliait les courses et les passes dans les intervalles avec une telle débauche d'énergie qu'il faisait largement oublier ses 37 ans. Le quadrillage de l'entrejeu, clé de voûte du succès sous l'ère José Mourinho la saison passée, pâtissait toutefois d'un certain laxisme mercredi soir. Si bien que les Bavarois dominaient territorialement les Milanais durant toute la partie. Au nombre d'occasions, les hommes de Louis Van Gaal remportaient largement la partie, mais leur incroyable efficacité des dernières semaines (39 buts marqués lors de leur onze derniers matches, toutes compétitions confondues) n'avait pas le rendement espéré. Jusqu'à la 90e minute... Sur une percée de Robben plein axe, l'ailier néerlandais décochait une frappe soudaine du gauche que Julio Cesar ne parvenait pas à capter. Gomez, en embuscade et oublié par l'arrière-garde milanaise, en profitait pour tromper le portier brésilien (1-0, 90e). Cruel pour l'Inter ? Pas forcément, tant le Bayern multipliait les offensives, sous l'impulsion de Robben, en très grande forme, et de Ribéry, très percutant sur son côté gauche. Les Bavarois sont donc récompensés de leurs efforts et peuvent envisager sereinement le match retour à l'Allianz Arena. Pour l'Inter, c'est déjà la troisième défaite depuis le début de la compétition. Sans doute celle de trop pour espérer conserver son titre de champion d'Europe.